FRANCEL'année politique 2001

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Des élections municipales contrastées

Les élections municipales des 11 et 18 mars 2001, les premières où s'appliqua la loi sur la parité, offrent plusieurs clés de lecture suivant l'angle adopté. On peut à la fois souligner que la gauche l'a emporté sur la droite dans deux des trois grandes villes, en gagnant Paris et Lyon, qu'elle a limité ses pertes dans les trente-cinq villes de plus de 100 000 habitants en perdant six villes, mais en en conquérant trois (tabl. 1), qu'elle a connu un revers important en ce qui concerne les deux cent quarante-quatre villes de plus de 30 000 habitants, avec un solde négatif net de vingt-trois (contre un gain net de 24 pour la droite) et pour les cinq cent quatre-vingt-trois villes de plus de 15 000 habitants (perte nette de 42 municipalités contre un gain net de 40 pour la droite) et que la stabilité domine si l'on considère les villes de plus de 3 500 habitants, dont seulement quatorze ont été perdues par la gauche (tabl. 2). On peut aussi considérer, pour prendre les neuf cent trente-six communes de plus de 9 000 habitants, que la gauche plurielle progresse, et notamment le Parti socialiste, mais surtout les Verts lorsqu'ils sont présents. Pourtant, c'est plutôt le sentiment d'un avertissement donné à la gauche qui a marqué l'opinion, frappée par la défaite de plusieurs membres du gouvernement (Élisabeth Guigou à Avignon, Pierre Moscovici à Montbéliard, Jack Lang à Blois, Jean-Claude Gayssot à Béziers, Dominique Voynet à Dole), tandis que le score de Martine Aubry, élue à la mairie de Lille, peut être considéré comme décevant. On notera également que si l'extrême droite perd Toulon elle garde Orange, Marignane et Vitrolles. Ces élections sont également marquées par les bons scores des candidats des Verts et par des échecs nombreux pour les candidats communistes, le Parti communiste gagnant Sevran et Arles, mais perdant Argenteuil, Goussainville, Nîmes, La Ciotat, Tarbes, La Seyne-sur-Mer, Sète, Évreux, Drancy, Sens, Colombes et de nombreuses autres villes de la région parisienne – il conserve au total cinquante-trois municipalités de plus de 15 000 habitants alors qu'il en détenait soixante-quatorze auparavant.

France : élections municipales (2001)

Tableau : France : élections municipales (2001)

Élections municipales de 2001 : les maires des 35 villes de plus de 100 000 habitants. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

France : élections municipales de 1989, 1995 et 2001

Tableau : France : élections municipales de 1989, 1995 et 2001

Résultats électoraux en 1989, 1995 et 2001 dans les communes de plus de 3 500 habitants au premier tour de scrutin, en pourcentage (source : Cevipof). 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

De fait, les élections municipales comportent simultanément une dimension nationale et un aspect local. Sur le plan national, certains électeurs, votant traditionnellement à gauche, ont souhaité sanctionner le gouvernement – et le taux élevé d'abstentions pour des élections municipales, importantes notamment chez les électeurs traditionnels de la gauche, en donne un éclairage> (tabl. 3). L'électorat le plus populaire s'est souvent abstenu et, quand il a voté, a majoritairement préféré la droite. Sur un plan local, le « parachutage » de personnalités trop parisiennes et soupçonnées de ne pas s'investir dans la gestion de leur ville, l'adhésion à la politique comme à la personnalité du maire sortant ou leur rejet – Jean-Pierre Sueur et Catherine Trautmann en firent les frais – sont des facteurs déterminants. Les divisions de la droite et ses querelles internes – à Paris, entre les partisans d'un Philippe Séguin, souvent jugé trop peu impliqué dans sa campagne, et ceux du maire sortant, Jean Tiberi ; à Lyon, entre les soutiens de Charles Millon, de Jean-Michel Dubernard, de Michel Mercier et d'Anne-Marie Comparini – ont joué en sa défaveur. Une alliance trop décalée par rapport à la sociologie de la ville – ainsi à Toulouse entre le socialiste François Simon, les Verts et les militants de « Motivé-e-s » – a conduit à l'érosion des espoirs de la gauche au lendemain du premier tour et mobilisé les abstentionnistes de droite. L'image centriste de Gérard Collomb (P.S.) à Lyon a également permis à un grand nombre d'électeurs modérés de rejeter sans états d'âme la perspective d'une municipalité dirigée par Charles Millon. Enfin, la traditionnelle prime au sortant a largement joué, sauf s'il effectuait son troisième mandat.

France : participation aux élections municipales (1947-2020)

Tableau : France : participation aux élections municipales (1947-2020)

Participation électorale au premier tour des élections municipales de 1947 à 2020 (en pourcentage des électeurs inscrits). 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

De manière globale, la gauche gouvernementale a reconnu que ces élections constituaient pour elle un « avertissement » et on a pu relever l'importance du thème de la sécurité dans les choix d'électeurs motivés par leur perception de [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Médias de l’article

France : élections municipales (2001)

France : élections municipales (2001)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

France : élections municipales de 1989, 1995 et 2001

France : élections municipales de 1989, 1995 et 2001
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

France : participation aux élections municipales (1947-2020)

France : participation aux élections municipales (1947-2020)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

France : élections cantonales (1988-2001)

France : élections cantonales (1988-2001)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

  • : président du Centre d'étude et de réflexion pour l'action politique

Classification

Voir aussi

Les derniers événements

12 avril - 29 mai 2002 France. Crise chez Vivendi Universal et à Canal Plus

Le 12, le directeur général de Canal Plus, Denis Olivennes, annonce sa démission. Jean-Marie Messier, P.-D.G. de Vivendi Universal (V.U.), la maison mère du groupe, avait demandé à la direction de la chaîne cryptée de redresser les comptes à la suite de l'annonce, en mars, de pertes importantes pour 2001. La crise qui se noue à Canal Plus intervient sur fond de remise en cause de la politique de Jean-Marie Messier par le conseil d'administration de V. […] Lire la suite

23 septembre - 1er octobre 2001 France. Renouvellement partiel du Sénat

Le 23 a lieu le renouvellement du tiers des membres du Sénat. La loi de juin 2000 sur la parité hommes-femmes en politique, et la loi de juillet de la même année, qui étend le nombre de sièges de sénateurs à pourvoir au scrutin proportionnel, s'appliquent pour la première fois. La seconde loi prévoit l'application de la représentation proportionnelle aux départements comptant au moins trois sénateurs, contre cinq auparavant. […] Lire la suite

1er-30 août 2001 France. Assassinat du chef nationaliste corse François Santoni

Le 1er, le F.L.N.C. revendique sept attentats mineurs commis en Corse depuis mars, mais pas les plasticages visant une caserne de C.R.S., à Furiani, et une caserne de gendarmerie, à Borgo, les 6 et 23 juillet, ni l'envoi de colis piégés, le 26, à deux avocats nationalistes, Marie-Hélène Mattei et Jean-Guy Talamoni, chef de file de Corsica Nazione et principal négociateur du « processus de Matignon » sur le futur statut de l'île. […] Lire la suite

20 janvier 2000 France. Annonce d'une forte baisse des impôts

Le gouvernement arrête un « programme triennal de finances publiques » qui prévoit une baisse de 120 milliards de francs des prélèvements obligatoires pour les années 2001 à 2003. Ce programme est transmis chaque année à la Commission européenne par les membres de l'Union économique et monétaire, en application du pacte de stabilité qui les lie. Ce tournant dans la politique fiscale du gouvernement vise à ramener le taux des prélèvements obligatoires à son niveau de 1995. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Nicolas TENZER, « FRANCE - L'année politique 2001 », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/france-l-annee-politique-2001/