FRANCEL'année politique 2000

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La gauche plurielle à l'épreuve

L'année 2000 a révélé un léger effritement de la popularité de Lionel Jospin, sans commune mesure toutefois avec celui de ses prédécesseurs, et surtout de nouvelles tensions au sein de la « gauche plurielle ». En même temps que des divisions, tues au cours des trois premières années du gouvernement, surgissaient au sein du Parti socialiste, le Parti communiste et les Verts montraient leurs difficultés de positionnement.

Du côté du gouvernement, les remaniements successifs firent apparaître de nouveaux équilibres politiques, éloignant le Premier ministre de sa conception d'un « devoir d'inventaire » de la période mitterrandienne. L'échec de deux réformes, celle du ministère de l'Économie, des Finances et de l'Industrie, sanctionné par le départ de Christian Sautter, et celle de l'Éducation nationale, qui se traduisit par la démission de Claude Allègre, ami proche de Lionel Jospin, furent plus que des accidents de parcours. Un doute apparut quant à la capacité du Premier ministre de conduire des réformes, pourtant largement approuvées par le corps social. Dans la perspective notamment de l'élection présidentielle, qui semblait appeler une alliance des différentes sensibilités du P.S., ce « trou d'air » conduisit le chef du gouvernement à appeler d'anciens adversaires à des postes majeurs, Laurent Fabius à Bercy, Jack Lang rue de Grenelle. Le départ de Martine Aubry, en octobre 2000, onze mois après la démission forcée de Dominique Strauss-Kahn, achevait de priver le Premier ministre de ses plus fidèles alliés.

Mais la division de la gauche apparaît également sur des orientations de fond : qu'il s'agisse de la réforme différée des retraites, de la seconde loi sur les trente-cinq heures, [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

  • : président du Centre d'étude et de réflexion pour l'action politique

Classification

Voir aussi

Les derniers événements

France. Annonce de baisses d'impôts supplémentaires. 3-16 mars 2000

surplus fiscal prévisible de 50 milliards de francs pour 2000, dont 40 doivent être affectés à des baisses d'impôts applicables dès l'année en cours – en plus des 40 milliards de réduction figurant déjà dans la loi de finances 2000. Le montant de la taxe d'habitation doit ainsi être diminué de 11 […] Lire la suite

Pour citer l’article

Nicolas TENZER, « FRANCE - L'année politique 2000 », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/france-l-annee-politique-2000/