FRANCEL'année politique 1998

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le rééquilibrage des cantonales

Comme en 1992, le premier tour des élections cantonales se déroulait simultanément aux élections régionales. Il s'agissait de renouveler par moitié les conseils généraux. À l'issue du second tour, le 22 mai 1998, la gauche devait conquérir 13 départements (dont deux outre-mer) et en perdre un, ce qui la place à la tête de 34 départements. Cette progression d'environ 400 sièges devait essentiellement profiter au parti socialiste (11 présidences supplémentaires). Ce rééquilibrage tient au meilleur score de la gauche aux cantonales qu'aux régionales : avec 44 p. 100 des suffrages exprimés au premier tour, la gauche devance de quatre points la droite et améliore de 2 p. 100 son score aux législatives (tabl. 4). Le second tour, marqué par les débats sur l'alliance entre certains présidents de région et l'extrême droite, allait amplifier le vote en faveur de la gauche, notamment dans les régions concernées, les électeurs marquant ainsi leur désapprobation d'un « rapt » de leurs suffrages (tabl. 5).


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages


Écrit par :

  • : président du Centre d'étude et de réflexion pour l'action politique

Classification

Pour citer l’article

Nicolas TENZER, « FRANCE - L'année politique 1998 », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/france-l-annee-politique-1998/