FRANCEL'année politique 1997

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'affaiblissement élyséen

Au soir du second tour des élections législatives, le 1er juin 1997, la droite se voit privée, vraisemblablement pour cinq ans, du pouvoir qu'elle exerçait sans partage depuis quatre années. Elle a perdu son chef en même temps que sa majorité. Certes, le président de la République doit exercer son mandat jusqu'en 2002. Mais il apparaît comme le principal instigateur de la déroute de son camp et ses prérogatives tant politiques qu'institutionnelles sont diminuées.

Si les dirigeants de la nouvelle opposition conservent à son égard une déférence formelle due à sa fonction, des critiques acerbes sont formulées à son endroit. Surtout, il ne pèse plus sur la vie du parti qu'il a fondé et présidé pendant dix-huit ans, puisqu'il ne peut éviter la prise du pouvoir rapide au R.P.R. par Philippe Séguin, élu le 6 juillet lors d'assises extraordinaires avec l'appui des partisans d'Édouard Balladur. L'élection de Jean-Louis Debré à la tête du groupe R.P.R. de l'Assemblée nationale n'est qu'un maigre lot de consolation. Le R.P.R. n'est plus le parti du président et les « chiraquiens » en deviennent une composante parmi d'autres, qui plus est minoritaire.

Plus fondamentalement, le rôle du président s'est trouvé modifié en raison de la sanction politique directe que lui ont infligée les électeurs. D'un côté, il conserve certaines compétences propres en matière de défense et de politique étrangère, mais ces domaines paraissent plus « partagés » que « réservés ». Il garde ses prérogatives en matière de nomination des hauts fonctionnaires et dirigeants d'entreprises publiques nommés par décret en Conseil des ministres, mais la situation se prête mal à ce qu'il impose ses choix ou contrarie trop longtemps ceux du gouvernement. D'un autre côté, il se trouve dépourvu du pouvoir d'impulsion qu'il détenait dans les autres secteurs de l'action publique, notamment les questions économiques, sociales et judiciaires, et ne dispose plus de l'arme de la dissolution. S'il peut porter publiquement une appréciation négative sur les projets du gouvernement (trente-cinq heures, emplois-jeunes), cette intervention s'apparente à celle d'un ministère de la parole. Il peut exister des oppositions claires entre l'Élysée et Matignon, mais tout durcissement de la cohabitation ne pourrait, semble-t-il, qu'affaiblir le président.

Il n'est dès lors pas fortuit que le débat sur les institutions ait connu un nouvel élan. Même si, constitutionnellement, il est impossible de réduire la durée des fonctions de l'actuel titulaire du poste, à l'avenir le quinquennat, pense-t-on, pourrait constituer une solution pour éviter une trop longue cohabitation. Certains vont même plus loin et appellent de leurs vœux un régime présidentiel qui mette un terme à la « dyarchie au sommet » tout en revalorisant le rôle du Parlement. L'interrogation sur la fonction exacte du président semble en tout cas le signe d'une crise de l'institution qui dépasse les événements de mai-juin 1997.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

  • : président du Centre d'étude et de réflexion pour l'action politique

Classification

Les derniers événements

4-25 novembre 2003 Union européenne. Assouplissement du pacte de stabilité pour la France et l'Allemagne

Le déficit budgétaire de la France pour 2004 doit dépasser, pour la troisième année consécutive, la borne des 3 p. 100 du P.I.B. posée par le pacte de stabilité et de croissance de juin 1997. Le 20, la Commission exige des efforts similaires de la part de l'Allemagne. Le 25, sur l'initiative de Berlin et de Paris, le conseil des ministres de l'Économie et des Finances de l'Union européenne (conseil Ecofin) décide de suspendre l'application du pacte de stabilité pour la France et pour l'Allemagne. […] Lire la suite

7-21 octobre 1997 France. Début du procès de Maurice Papon pour crimes contre l'humanité

Le 7, le Syndicat national des policiers en tenue diffuse un communiqué dans lequel il demande « pardon » pour la « collaboration active d'une partie non négligeable de la police nationale dans la déportation des juifs de France » pendant l'Occupation. Le même jour, lors d'une cérémonie au mémorial du Martyr juif inconnu, à Paris, son secrétaire général, André Lenfant, exprime les « regrets éternels des policiers français ». […] Lire la suite

12-31 décembre 1996 France. Entretien télévisé du président Jacques Chirac

Le 31, présentant ses vœux aux Français, Jacques Chirac vante le « dynamisme » de la France qui est « sortie d'une longue période d'immobilisme ». Celle-ci doit réussir « son entrée dans l'avenir tout en restant fidèle à elle-même ». Le chef de l'État encourage le gouvernement à « libérer les énergies » et à accélérer la baisse des impôts. Il annonce que « 1997 sera vraiment l'année de l'emploi des jeunes ». […] Lire la suite

Pour citer l’article

Nicolas TENZER, « FRANCE - L'année politique 1997 », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 avril 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/france-l-annee-politique-1997/