FRANCE - L'année politique 1996

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une opinion désenchantée

Le désenchantement et l'amertume de l'opinion publique constituent la toile de fond, le contexte qui éclaire et souvent aggrave les données précédentes. Ils ont des origines diverses, mais leur portée demande à être justement appréciée.

Ils se traduisent d'abord par une méfiance générale à l'égard des pouvoirs établis, des groupes, des institutions. Le succès durable des « Guignols de l'information » est à cet égard aussi significatif que ravageur. Les sondages d'opinion de plus en plus douloureux pour le président et le Premier ministre ne profitent au fond à personne. La première origine tient sans doute aux « affaires », à l'image d'une corruption généralisée, de partis se prétendant au-dessus des lois, d'un pouvoir qui tente maladroitement de cacher la vérité. Ce dernier se trouve davantage sur la sellette, notamment à Paris et dans la région Île-de-France, ce qui met en cause le financement du R.P.R., sans préjudice d'enrichissements individuels. Seule la justice sort peut-être épargnée, du fait du courage de nombre de juges d'instruction, mais à condition de ne pas apparaître elle-même comme une force politique.

Les affaires nourrissent les campagnes du Front national, mais les pratiques qu'elles révèlent constituent en toute hypothèse une atteinte à la République et une insulte à la démocratie. L'amnistie déguisée que serait une réforme de la prescription de l'abus de biens sociaux ne les effacerait sans doute pas. La double réplique du pouvoir paraît bien mal adaptée : d'un côté, multiplier les déclarations sur l'indépendance de l'autorité judiciaire, envisager même de soustraire le parquet à l'autorité de la chancellerie ; de l'autre, organiser l'opacité, maintenir en fonctions des élus mis en examen et surtout tenter d'accroître la maîtrise sur les médias. Radio et télévision publiques sont reprises en main et le Conseil supérieur de l'audiovisuel (C.S.A.), soit par faiblesse institutionnelle, soit en r [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages






Écrit par :

  • : professeur de droit public à l'université de Paris-II-Panthéon-Assas

Classification

Voir aussi

Les derniers événements

7-21 octobre 1997 • France • Début du procès de Maurice Papon pour crimes contre l'humanité.

Le 7, le Syndicat national des policiers en tenue diffuse un communiqué dans lequel il demande « pardon » pour la « collaboration active d'une partie non négligeable de la police nationale dans la déportation des juifs de France » pendant l'Occupation. Le même jour, lors d'une cérémonie [...] Lire la suite

22 juin 1995 • France • Présentation du collectif budgétaire.

, des charges sur les bas salaires, jusqu'à 1,2 fois le montant du S.M.I.C. Ces mesures, dont le coût est estimé à près de 46 milliards de francs en année pleine, doivent permettre, selon Alain Juppé, de créer 700 000 emplois d'ici à la fin de 1996. Le plan emploi sera adopté le 29 juillet. Le Premier [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Serge SUR, « FRANCE - L'année politique 1996 », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/france-l-annee-politique-1996/