FRANCE - L'année politique 1996

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une opinion désenchantée

Le désenchantement et l'amertume de l'opinion publique constituent la toile de fond, le contexte qui éclaire et souvent aggrave les données précédentes. Ils ont des origines diverses, mais leur portée demande à être justement appréciée.

Ils se traduisent d'abord par une méfiance générale à l'égard des pouvoirs établis, des groupes, des institutions. Le succès durable des « Guignols de l'information » est à cet égard aussi significatif que ravageur. Les sondages d'opinion de plus en plus douloureux pour le président et le Premier ministre ne profitent au fond à personne. La première origine tient sans doute aux « affaires », à l'image d'une corruption généralisée, de partis se prétendant au-dessus des lois, d'un pouvoir qui tente maladroitement de cacher la vérité. Ce dernier se trouve davantage sur la sellette, notamment à Paris et dans la région Île-de-France, ce qui met en cause le financement du R.P.R., sans préjudice d'enrichissements individuels. Seule la justice sort peut-être épargnée, du fait du courage de nombre de juges d'instruction, mais à condition de ne pas apparaître elle-même comme une force politique.

Les affaires nourrissent les campagnes du Front national, mais les pratiques qu'elles révèlent constituent en toute hypothèse une atteinte à la République et une insulte à la démocratie. L'amnistie déguisée que serait une réforme de la prescription de l'abus de biens sociaux ne les effacerait sans doute pas. La double réplique du pouvoir paraît bien mal adaptée : d'un côté, multiplier les déclarations sur l'indépendance de l'autorité judiciaire, envisager même de soustraire le parquet à l'autorité de la chancellerie ; de l'autre, organiser l'opacité, maintenir en fonctions des élus mis en examen et surtout tenter d'accroître la maîtrise sur les médias. Radio et télévision publiques sont reprises en main et le Conseil supérieur de l'audiovisuel (C.S.A.), soit par faiblesse institutionnelle, soit en raison de complaisances individuelles, n'y fait guère opposition.

Il est cependant un domaine où l'opinion, toutes tendances confondues, est solidaire du gouvernement, celui de la lutte contre le terrorisme, toujours latent et parfois actif. Les Français manifestent face aux attentats résistance et dignité. Cela est surtout vrai face au terrorisme islamique, mais aussi à l'égard de la situation en Corse. Les politiques gouvernementales ont souvent paru hésitantes et contradictoires, tentant d'affaiblir les mouvements « nationalistes » en les divisant par la négociation, tout en réaffirmant parallèlement l'autorité souvent bafouée de la République. L'opinion rejette ces traitements de faveur, dénonce l'abus des subventions, et Raymond Barre crée un choc lorsqu'il évoque l'indépendance de l'île. Quand les liens entre le crime organisé et les prétendus « nationalistes » sont avérés, l'annonce d'une politique répressive contre les attentats est largement approuvée.

Une telle attitude indique plus profondément les aspirations de l'opinion. Celle-ci est fragmentée, les intérêts qui la sous-tendent sont divers et souvent contradictoires : exclus, jeunes en quête d'emploi, classes moyennes menacées par la précarité, par la fragilité des régimes de retraite, commerçants, entrepreneurs aspirant à des allègements des prélèvements obligatoires, etc. La réalité des choses est une inquiétude profonde face à l'avenir, face à un sous-emploi persistant, face à une stagnation des revenus, face à l'absence de perspectives claires. Cela conduit non à la révolte, au-delà d'une solidarité passive avec les grévistes, mais au rejet de la politique, au repli individuel ou familial.

En réalité, cette opinion demande à être gouvernée. Comme l'écrivait Montesquieu : « Ils n'avaient point cet esprit d'indépendance qui [...] porte à secouer le joug, mais cette impatience qui [...] fait désirer de changer de maître. » Or, si méritoire soit-elle, la monnaie unique peut-elle tenir lieu de gouvernement ?

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Écrit par :

  • : professeur de droit public à l'université de Paris-II-Panthéon-Assas

Classification

Voir aussi

Les derniers événements

7-21 octobre 1997 France. Début du procès de Maurice Papon pour crimes contre l'humanité

Maurice Papon, qui a suivi une carrière politique sous la Ve République, est le second Français jugé pour crimes contre l'humanité après le milicien Paul Touvier, condamné le 20 avril 1994. Des révélations parues dans Le Canard enchaîné en mai 1981 avaient abouti au dépôt de premières plaintes, en décembre de la même année, tandis qu'un jury d'honneur disculpait en grande partie Maurice Papon, lui donnant acte des faits de résistance qu'il revendiquait. […] Lire la suite

12-31 décembre 1996 France. Entretien télévisé du président Jacques Chirac

Le 12, le président Chirac participe, sur T.F.1, à un entretien avec cinq journalistes de chaînes privées. Cette intervention était attendue, au moment où l'impopularité du gouvernement d'Alain Juppé atteint des records, activant les divisions au sein du camp présidentiel. Jacques Chirac réaffirme son soutien au Premier ministre et à la politique conduite par celui-ci ; il écarte l'éventualité d'un remaniement ministériel. […] Lire la suite

25-28 juin 1996 France. Demande d'asile de trois membres de la famille Oufkir

Le 25, Maria-Inan Oufkir, la fille du général marocain Mohammed Oufkir, arrive à Paris, en provenance de Madrid, en compagnie de son fils adoptif et d'une parente. Elle réclame l'asile à la France pour des raisons humanitaires. Le général Oufkir se serait donné la mort en août 1972, au lendemain d'une tentative d'attentat contre le roi Hassan II à laquelle il aurait participé alors qu'il était ministre de la Défense. […] Lire la suite

22 juin 1995 France. Présentation du collectif budgétaire

Ces mesures, dont le coût est estimé à près de 46 milliards de francs en année pleine, doivent permettre, selon Alain Juppé, de créer 700 000 emplois d'ici à la fin de 1996. Le plan emploi sera adopté le 29 juillet. Le Premier ministre annonce également l'augmentation de 4 p. 100 du S.M.I.C. à partir du 1er juillet. Afin de maintenir le déficit budgétaire dans la limite de 322 milliards de francs, les dépenses prévues pour 1995 sont réduites de 21,8 milliards, dont 8,4 milliards de coupes pour le seul budget de la Défense. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Serge SUR, « FRANCE - L'année politique 1996 », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 avril 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/france-l-annee-politique-1996/