FRANCE - L'année politique 1996

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un président et un Premier ministre solidaires

La solidarité entre les deux têtes de l'exécutif est de principe sous la Ve République, en dehors des périodes de cohabitation. De ce point de vue, on est revenu à la normale. Toutefois, la pratique a offert de nombreuses variantes, allant de la symbiose (Pompidou-Messmer) à la rivalité puis à la rupture (Pompidou - Chaban-Delmas ; Giscard d'Estaing - Chirac). Au surplus, les frictions entre les entourages sont de droit commun. La singularité de la relation Chirac-Juppé paraît double. D'abord, les entourages semblent solidaires. Ensuite, entre un président qui jouit à l'évidence du bonheur de la fonction en dépit du reproche général de trahison de ses promesses électorales et un Premier ministre qui assume douloureusement le poids de la sienne, la théorie classique du fusible fonctionne de manière inversée : c'est le président qui protège le Premier ministre et non l'inverse ; le second entraîne même le premier dans sa défaveur. Cet état de fait n'avait guère existé qu'avec le gouvernement d'Édith Cresson, que cette situation rendit éphémère. Alain Juppé affirme au contraire devoir durer jusqu'à la fin de la législature (prévue pour 1998).

Pourquoi cette confiance maintenue et constamment réaffirmée ? Le président n'aurait-il pas de solution de remplacement acceptable pour lui ? Veut-il éviter de céder aux pressions, de revenir à une instabilité de style IVe République ? Souhaite-t-il faire conduire jusqu'au bout une politique impopulaire mais nécessaire par un Premier ministre qui l'assume ? Il est clair que Jacques Chirac veut maîtriser la durée, qu'il se sent protégé par sa fonction et que la mort de François Mitterrand lui confère la plénitude et l'exclusivité de la stature présidentielle. La limite de cette solidarité est qu'un remaniement, qui pourrait donner un nouveau souffle à l'exécutif, est écarté par le président. On peut songer au type de relations qui existaient entre de Gaulle et Michel Debré, au début de la Ve République. La différence est toutefois qu'Alain Juppé est en même temps président du R.P.R., donc chef de parti, et plus directement en prise avec les difficultés internes d'une majorité composite.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Écrit par :

  • : professeur de droit public à l'université de Paris-II-Panthéon-Assas

Classification

Les derniers événements

7-21 octobre 1997 France. Début du procès de Maurice Papon pour crimes contre l'humanité

Maurice Papon, qui a suivi une carrière politique sous la Ve République, est le second Français jugé pour crimes contre l'humanité après le milicien Paul Touvier, condamné le 20 avril 1994. Des révélations parues dans Le Canard enchaîné en mai 1981 avaient abouti au dépôt de premières plaintes, en décembre de la même année, tandis qu'un jury d'honneur disculpait en grande partie Maurice Papon, lui donnant acte des faits de résistance qu'il revendiquait. […] Lire la suite

12-31 décembre 1996 France. Entretien télévisé du président Jacques Chirac

Le 12, le président Chirac participe, sur T.F.1, à un entretien avec cinq journalistes de chaînes privées. Cette intervention était attendue, au moment où l'impopularité du gouvernement d'Alain Juppé atteint des records, activant les divisions au sein du camp présidentiel. Jacques Chirac réaffirme son soutien au Premier ministre et à la politique conduite par celui-ci ; il écarte l'éventualité d'un remaniement ministériel. […] Lire la suite

25-28 juin 1996 France. Demande d'asile de trois membres de la famille Oufkir

Le 25, Maria-Inan Oufkir, la fille du général marocain Mohammed Oufkir, arrive à Paris, en provenance de Madrid, en compagnie de son fils adoptif et d'une parente. Elle réclame l'asile à la France pour des raisons humanitaires. Le général Oufkir se serait donné la mort en août 1972, au lendemain d'une tentative d'attentat contre le roi Hassan II à laquelle il aurait participé alors qu'il était ministre de la Défense. […] Lire la suite

22 juin 1995 France. Présentation du collectif budgétaire

Ces mesures, dont le coût est estimé à près de 46 milliards de francs en année pleine, doivent permettre, selon Alain Juppé, de créer 700 000 emplois d'ici à la fin de 1996. Le plan emploi sera adopté le 29 juillet. Le Premier ministre annonce également l'augmentation de 4 p. 100 du S.M.I.C. à partir du 1er juillet. Afin de maintenir le déficit budgétaire dans la limite de 322 milliards de francs, les dépenses prévues pour 1995 sont réduites de 21,8 milliards, dont 8,4 milliards de coupes pour le seul budget de la Défense. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Serge SUR, « FRANCE - L'année politique 1996 », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/france-l-annee-politique-1996/