FRANCE - L'année politique 1996

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

En France, disait-on en 1996, il y a les optimistes et les pessimistes. Les optimistes pensent que la période est pré-révolutionnaire. Quant aux pessimistes, ils pensent que le gouvernement Juppé va durer. Au-delà de son caractère provocant, cette boutade comporte plusieurs enseignements. Elle dénote un sentiment d'attente, le caractère de transition – ou plutôt de gestation – de la période. Elle souligne l'illusion des apparences, puisque les catastrophes annoncées ne se sont pas produites. Elle montre à quel point le Premier ministre apparaît comme le bouc émissaire de ces inquiétudes et de ces frustrations. Plus profondément cependant, elle renvoie au double sens ou à la double dimension du terme « politique » : le gouvernement des hommes et le gouvernement des choses. La distinction peut servir de fil conducteur.

D'un côté, le plus spectaculaire mais aussi le plus superficiel, l'attention s'est concentrée sur les tribulations du gouvernement, victime d'une croissante impopularité ou pour mieux dire sur celles du Premier ministre, qui polarise sur lui un regard fréquemment négatif. Il paraît caricaturer tout ce que les Français reprochent à leur élite dirigeante : arrogance, froideur, caractère péremptoire du propos, distance créée par les diplômes, justification des choix par des contraintes extérieures, discours de la raison qui rejette la responsabilité politique.

De l'autre, c'est avec constance – ou avec obstination, si on le critique – que le gouvernement a subordonné toute son action à un objectif majeur : réunir les conditions du passage à la monnaie unique, l'euro, en 1999. Louable ou non, réaliste ou non, cet objectif est poursuivi avec une résolution qui transcende la conjoncture. C'est par rapport à lui que s'ordonnent et que doivent être appréciés les différents aspects de l'action gouvernementale et plus largement de la vie politique en 1996.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages






Écrit par :

  • : professeur de droit public à l'université de Paris-II-Panthéon-Assas

Classification

Voir aussi

Les derniers événements

7-21 octobre 1997 • France • Début du procès de Maurice Papon pour crimes contre l'humanité.

Le 7, le Syndicat national des policiers en tenue diffuse un communiqué dans lequel il demande « pardon » pour la « collaboration active d'une partie non négligeable de la police nationale dans la déportation des juifs de France » pendant l'Occupation. Le même jour, lors d'une cérémonie [...] Lire la suite

22 juin 1995 • France • Présentation du collectif budgétaire.

, des charges sur les bas salaires, jusqu'à 1,2 fois le montant du S.M.I.C. Ces mesures, dont le coût est estimé à près de 46 milliards de francs en année pleine, doivent permettre, selon Alain Juppé, de créer 700 000 emplois d'ici à la fin de 1996. Le plan emploi sera adopté le 29 juillet. Le Premier [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Serge SUR, « FRANCE - L'année politique 1996 », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/france-l-annee-politique-1996/