FRANCE (Histoire et institutions)Le temps des révolutions

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les révolutions scientifiques

Les progrès techniques qui étaient au cœur de la révolution industrielle contribuèrent, par ailleurs, à bouleverser profondément les croyances et les représentations des Français. Le cas des moyens de transport est particulièrement remarquable. La navigation à vapeur et le chemin de fer jouèrent ainsi un rôle décisif dans la diffusion de l'impression selon laquelle l'inconnu allait disparaître du globe à coups d'explorations, tandis que les distances semblaient se raccourcir toujours plus. La progressive constitution de la science géographique, de même que sa vulgarisation à grande échelle – songeons à l'œuvre de Jules Verne – s'accompagnèrent ainsi de la célébration du rôle du progrès technique dans l'avènement de la connaissance de la planète entière. Au tournant des xixe et xxe siècles, conséquence de la révolution des transports et du double mouvement d'exploration et de colonisation du monde, le thème du « monde fini » s'imposa, suggérant que l'espace dans lequel vivaient désormais les hommes n'avait plus rien à voir avec celui qui avait jusqu'alors conditionné leur existence. Le temps de l'aventure semblait passé et le monde allait entrer dans une ère nouvelle, dont on déplorait volontiers qu'elle allait être aussi triste que sûre, le regret d'une uniformisation des sociétés l'emportant sur la gloire des découvertes scientifiques.

Ce sentiment d'une transformation dans les conditions de vie des hommes sur terre se doublait de la découverte de l'existence de bouleversements ayant affecté la terre elle-même. Dès les premières années du xixe siècle, dans son Discours sur les révolutions de la surface du globe, Georges Cuvier défendait l'idée de l'immense ancienneté du globe et de l'importance considérable des mouvements qui avaient transformé, depuis les origines, la surface de la terre. Par la suite, les théories géologiques, l'invention de la paléontologie, la reconnaissance de la préhistoire bouleversèrent en profondeur les conceptions de l'histoire de la terre et des hommes. La révolution devenait le principe même de la vie.

Plus encore : instruit des nouvelles connaissances géologiques, reprenant à son compte les intuitions de Lamarck sur le transformisme et y introduisant le principe de la « sélection naturelle », Charles Darwin proposa, en 1859, dans L'Origine des espèces, sa théorie de « l'évolution » des espèces vivantes. Celle-ci fut, d'emblée, considérée comme révolutionnaire – et dénoncée comme telle. En finissant par établir un lien entre l'espèce humaine et les espèces animales, Darwin bouleversait en effet profondément toutes les conceptions admises sur la création de l'homme.

De ce point de vue, la diffusion du darwinisme en France sembla renforcer le mouvement plus général de déchristianisation de la société, entrepris depuis le xviiie siècle au moins. L'Église catholique en eut une claire conscience, qui condamna non seulement la théorie de l'évolution mais aussi, de façon plus générale, l'esprit de révolution du monde moderne que la science, tout particulièrement, semblait favoriser. De fait, depuis les progrès de l'exégèse biblique, qui conduisaient à une révision déchirante des dogmes chrétiens, jusqu'à l'invention de la psychanalyse par Freud, qui faisait éclater l'unité du sujet et donc la responsabilité du pécheur, les découvertes scientifiques bouleversaient les représentations traditionnelles du monde et de l'homme, dont l'Église était la principale garante. D'ailleurs, les républicains ne s'y trompèrent pas. Alors que, de Grégoire XVI à Pie XII en passant par Pie IX, le Vatican condamnait les progrès scientifiques dans bien des domaines, eux firent du scientiste Ernest Renan un des héros de ce monde nouveau qui mêlait révolution politique et révolution scientifique et dont ils étaient les ardents défenseurs. Dans le même mouvement, ils célébrèrent aussi Louis Pasteur, d'esprit pourtant moins scientiste que Renan. En identifiant les microbes, celui-ci avait rendu caduque toute autre th [...]

Ernest Renan

Photographie : Ernest Renan

Ernest Renan (1823-1892), philologue et historien français, ici vers 1875. 

Crédits : Hulton-Deutsch Collection/ Corbis/ Getty Images

Afficher

Louis Pasteur

Photographie : Louis Pasteur

Louis Pasteur, scientifique français, chimiste de formation, est devenu microbiologiste. Pasteur a très largement contribué à l'essor de la microbiologie médicale et vétérinaire, à l'identification des microbes responsables et à la mise au point de vaccins destinés à protéger contre... 

Crédits : O.Golovnev/ Shutterstock

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages

Médias de l’article

Prise de la Bastille

Prise de la Bastille
Crédits : MPI/ Hulton Royals Collection/ Getty Images

photographie

Charles X (1757-1836)

Charles X (1757-1836)
Crédits : A. Dagli Orti/ De Agostini/ Getty Images

photographie

Barricade durant la Commune de Paris

Barricade durant la Commune de Paris
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Le Front populaire

Le Front populaire
Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 8 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur d'histoire contemporaine à l'université de Grenoble-II

Classification

Autres références

«  FRANCE  » est également traité dans :

FRANCE - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Serge BERSTEIN
  •  • 1 049 mots

Finistère du continent eurasiatique, ouverte sur le grand large par trois façades maritimes, bénéficiant, par sa situation en latitude qui la place à mi-distance de l'équateur et du pôle Nord, d'un climat tempéré, la France voit alterner sur son territoire les grandes zones de plaines et de plateaux des bassins sédimentaires et fluviaux et les reliefs montagneux situés sur sa périphérie, à l'excep […] Lire la suite

FRANCE (Le territoire et les hommes) - Géologie

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN, 
  • Jean COGNÉ, 
  • Michel DURAND-DELGA, 
  • François ELLENBERGER, 
  • Jean-Paul von ELLER, 
  • Jean GOGUEL, 
  • Charles POMEROL, 
  • Maurice ROQUES, 
  • Étienne WINNOCK
  •  • 16 657 mots
  •  • 25 médias

L'Europe centrale et occidentale contraste avec la plupart des autres masses continentales par le compartimentage de son relief et du tracé de son littoral, compartimentage qui traduit celui de sa structure géologique et explique sans doute certains aspects de son développement historique. On peut cependant, malgré les irrégularités de leurs tracés, distinguer de grandes zones, correspondant aux p […] Lire la suite

FRANCE (Le territoire et les hommes) - Données naturelles

  • Écrit par 
  • Jacqueline BEAUJEU-GARNIER, 
  • Estelle DUCOM
  •  • 4 872 mots
  •  • 3 médias

544 435 kilomètres carrés, 65,7 millions d'habitants (2013), telles sont les données majeures de l'espace français, ce qui le classe au 42e rang pour la superficie et au 21e rang pour la population, parmi les États du monde.Dix-neuf fois plus petit que celui des États-Unis, trente-deux fois plus petit que celui de la Russie, le territoire métropolitain […] Lire la suite

FRANCE (Le territoire et les hommes) - Un siècle de politique économique

  • Écrit par 
  • Pascal GAUCHON, 
  • Philippe LÉGÉ
  •  • 21 046 mots
  •  • 3 médias

« La France est hantée par l'idée de déclin. » La formule de Christian Stoffaës résume de façon percutante l'histoire économique française depuis le début du xxe siècle, ou plutôt la manière dont les Français ont vécu cette histoire.L'idée qu'il existe un « retard français » est, en effet, une constante sur le long terme. Les comparaisons qui sont éta […] Lire la suite

FRANCE (Histoire et institutions) - Naissance d'une nation

  • Écrit par 
  • Jacques LE GOFF
  •  • 8 953 mots
  •  • 11 médias

Si la Gaule romaine peut apparaître avec le recul des siècles comme une ancêtre de la France, les territoires qui devaient constituer celle-ci ne formèrent que lentement, au cours du Moyen Âge, la préfiguration de son entité nationale. Divisée au lendemain des grandes invasions du v […] Lire la suite

FRANCE (Histoire et institutions) - Formation territoriale

  • Écrit par 
  • Yves DURAND
  •  • 12 875 mots
  •  • 7 médias

À l'encontre de ce qui fut jadis soutenu par nombre d'historiens, il semble établi aujourd'hui que la monarchie d'Ancien Régime ne connut presque jamais de politique des frontières naturelles. Aux xvie et xviie siècles […] Lire la suite

FRANCE (Histoire et institutions) - L'État monarchique

  • Écrit par 
  • Jehan de MALAFOSSE
  •  • 7 583 mots
  •  • 1 média

Liberté, égalité, ces deux principes constituent, en 1789, les fondements de l'ordre nouveau, mais plus encore la négation radicale de l'ancien droit français, en ce qui concerne tant la conception de l'État que celle des droits individuels. L'explosion individualiste de la Révolution française a gagné toute l'Europe, tandis qu'elle a profondéme […] Lire la suite

FRANCE (Histoire et institutions) - La France d'aujourd'hui

  • Écrit par 
  • Serge BERSTEIN
  •  • 6 686 mots
  •  • 7 médias

La France libérée en 1945 est un pays en ruine, usé par une décennie de crise économique puis cinq années d'occupation. Or, durant la seconde moitié du xxe siècle, elle va connaître une spectaculaire mutation de ses structures économiques, sociales, politiques, culturelles, entraînant des transformations de l'existence quotidienne des Français comme l […] Lire la suite

FRANCE (Histoire et institutions) - Le droit français

  • Écrit par 
  • Jean-Louis HALPÉRIN
  •  • 7 138 mots
  •  • 2 médias

Qu'est ce que le droit français ? Si les enseignants spécialisés dans une branche particulière de ce droit n'éprouvent pas le besoin de répondre à une telle question, une présentation générale de cet « objet scientifique » nécessite quelques préalables méthodologiques. Les juristes positivistes considèrent qu'à chaque État correspond – et même s'identifie – un […] Lire la suite

FRANCE (Arts et culture) - La langue française

  • Écrit par 
  • Gérald ANTOINE, 
  • Jean-Claude CHEVALIER, 
  • Loïc DEPECKER, 
  • Françoise HELGORSKY
  •  • 15 783 mots
  •  • 1 média

Pour rendre compte de l'évolution d'une langue, le linguiste distingue traditionnellement deux sortes de facteurs : des facteurs internes, c'est-à-dire des mécanismes de changements proprement linguistiques, dus aux modifications et au réaménagement des systèmes, et des facteurs externes, à savoir les modifications de la société, des techniques, etc., ainsi que les événements historiques. Ces caus […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Sylvain VENAYRE, « FRANCE (Histoire et institutions) - Le temps des révolutions », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/france-histoire-et-institutions-le-temps-des-revolutions/