GALL FRANCE (1947-2018)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La « poupée des yé-yé »

Née le 9 octobre 1947 à Paris, Isabelle Gall – son prénom France sera choisi par le producteur de sa maison de disques en 1963 – a grandi dans une famille de musiciens. Son père, Robert, chante dans des cabarets, écrit pour d'autres – Luis Mariano, Tino Rossi, André Claveau, Édith Piaf, Charles Aznavour (notamment « La Mamma »). Sa mère est la fille de Paul Berthier, cofondateur des Petits Chanteurs à la croix de bois. Avec l’aide de son père, elle publie un premier 45-tours en 1963, le jour de ses seize ans. Y figure « Ne sois pas si bête », adaptation française de Pierre Delanoë de « Stand a Little Closer » des Laurie Sisters. La voici propulsée vedette aux côtés de Sylvie Vartan, Sheila, Johnny Hallyday, tous « chouchous » de « Salut les copains », l’émission phare de la jeunesse française.

En 1964, année où Barbara crée « Nantes » dans la pure tradition de la chanson française, France Gall se hausse en tête des ventes de disques, section enfantine, avec « Sacré Charlemagne ». Enregistrée à contrecœur, cette chanson écrite par son père se vend à plus de deux millions d’exemplaires en France et s’exporte à l’international. Serge Gainsbourg, dont la carrière peine à démarrer, est à l’affût ; il remarque la jeune fille et lui écrit des chansons sur mesure, à commencer par « Laisse tomber les filles » (1964). Ensemble, ils gagnent le grand prix de l’Eurovision en 1965, avec « Poupée de cire, poupée de son ». Gainsbourg s’amuse de l’innocence de l’adolescente, joue sur les mots. Il lui écrit « Les sucettes » en 1966, un texte à double sens, à la connotation sexuelle évidente, mais que France Gall interprète en toute naïveté, suscitant des ricanements à ses dépens.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  GALL FRANCE (1947-2018)  » est également traité dans :

ARRANGEURS DE LA CHANSON FRANÇAISE

  • Écrit par 
  • Serge ELHAÏK
  •  • 8 002 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Années 1950 : les arrangeurs des monstres sacrés de la chanson française et l’arrivée du vinyle »  : […] À partir du début des années 1950, les 78-tours sont progressivement remplacés par les disques vinyle 45-tours et 33-tours, popularisés auprès du grand public grâce aux progrès des techniques d’enregistrement (magnétophones multipistes, stéréophonie, etc.) et à la diffusion de la musique (juke-box, radio dont celle au transistor, télévision). Ce nouveau support permet l’enregistrement de plusieur […] Lire la suite

BERGER MICHEL (1947-1992)

  • Écrit par 
  • Michel P. SCHMITT
  •  • 534 mots
  •  • 1 média

Fils du professeur de médecine Jean Hamburger et de la pianiste Annette Haas-Hamburger, Michel Berger (né à Neuilly-sur-Seine le 28 novembre 1947) avait reçu en héritage un goût pour la précision soignée et une forme de sensibilité artistique qu'il tenta toujours d'accommoder au blues et au swing issus d'un rock dégraissé de son agressivité sonore. Après un passage parmi les « yéyés » dont témoig […] Lire la suite

Pour citer l’article

Véronique MORTAIGNE, « GALL FRANCE - (1947-2018) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/france-gall/