FRANCE (Arts et culture)Le cinéma

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La reconstruction du cinéma français

La libération progressive du pays entre juin 1944 et mai 1945 révèle une situation critique. L'activité cinématographique est pratiquement suspendue pendant un an. Coupures d'électricité, usines, salles et studios détruits ou fermés : le cinéma est sinistré. La question de sa reconstruction se pose à l'intérieur d'une alternative simple : le fragile cinéma de la France libérée, menacé d'étouffement par la masse de films américains produits pendant la guerre et attendus par des spectateurs frustrés, sera-t-il pris en charge par l'État, voire nationalisé comme le craint une partie de la profession, ou bien laissé à l'initiative de cette profession dont les branches (producteurs, distributeurs, exploitants) ont des intérêts contradictoires ? Les choix faits par les législateurs de 1946 – choix assumés et continués par pratiquement tous les gouvernements qui se sont succédé pendant les soixante années qui ont suivi – posent les fondations durables de ce qu'on peut appeler le mode de production français.

En mai 1946, Léon Blum signe aux États-Unis un « arrangement » sur le cinéma, qui ouvre une porte contrôlée (un quota de semaines réservées aux films français) aux milliers de films américains retenus aux frontières. L'accord Blum-Byrnes, vilipendé ensuite dans le cadre de la guerre froide, n'en a pas moins joué son rôle de parapluie pendant les deux ans d'extrême fragilité de l'industrie française.

En octobre 1946 paraît la loi qui crée le Centre national de la cinématographie (C.N.C.), un établissement public chargé d'encadrer le cinéma et de contrôler ses finances. En septembre 1948, les députés votent une première loi d'aide à l'industrie cinématographique, qui prévoit un soutien financier aux producteurs de films et aux exploitants de salles. L'argent provient d'un compte alimenté par une taxe sur les tickets d'entrée dans les salles. Le mécanisme est géré par le C.N.C. En 1953, il est prolongé par une seconde loi d'aide. En 1959, après le passage à la Ve République, les « décrets Malraux » ajoutent à l'aide automatique une aide sélective accordée cette fois aux auteurs des films soutenus. Après 1981, le rôle croissant des chaînes de télévision dans la diffusion et la production des films est étendu à l'alimentation du compte. En 1993, la sauvegarde de l'ensemble de ces mesures sera au cœur des négociations internationales qui ont abouti à l'affirmation de l'exception culturelle française.

La décennie qui suit la fin de la guerre, et qui coïncide avec l'éphémère IVe République, se place à première vue sous le signe de la continuité. La renaissance étonnamment rapide d'un cinéma de bon niveau, consacrée par les prix glanés dans les festivals européens en 1946 et 1947, est le fait de cinéastes qui ont gagné leurs premiers galons avant la guerre ou pendant l'Occupation. Leur approche technique, leurs codes narratifs demeurent pour l'essentiel ceux qu'il avait fallu forger dans l'urgence aux premières années du cinéma parlant. Ce cinéma mal aimé, qui n'est qu'exceptionnellement cinéma d'auteur dans une époque où, précisément, il trouve ses marques, est souvent le fait de producteurs. À Paris comme à Rome, les plus habiles d'entre eux savent tirer parti des accords de coproduction franco-italiens, esquissés dès 1946 et confirmés en 1949 qui permettront pendant trente ans d'additionner francs et lires dans des budgets importants. Le cinéma est encore vu par beaucoup comme un artisanat. Ce cinéma est timide, coupé de la réalité, sans doute par une censure tatillonne qui fait alibi pour une autocensure peu glorieuse. Pas de sujets politiques. Les thèmes de la guerre et de la Résistance, si importants dans d'autres cinématographies européennes, s'éloignent dès 1948 après une trentaine de films médiocres et deux monuments : Le Six Juin à l'aube de Jean Grémillon en 1945 et La Bataille du rail de René Clément en 1946.

Le cinéma de ces années est populaire : en 1947 (la France compte alors 42 millions d'habitants), les salles de cinéma dénombrent 424 millions d'entrées. Quelques nouveaux réalisateurs, qui ne sont pas jeunes, s'affirment : Jean Delannoy (né en 1908), qui a signé son premier film en 1940, auteur en 1946 de La Symphonie pastorale ; André Cayatte (1909-1989), dont le premier film date de 1942, auteur de films [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 17 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

L'Inhumaine, de M. L'Herbier, 1924, affiche

L'Inhumaine, de M. L'Herbier, 1924, affiche
Crédits : Collection privée

photographie

Michèle Morgan dans Remorques, de J. Grémillon

Michèle Morgan dans Remorques, de J. Grémillon
Crédits : Emmanuel Lowenthal/M.A.I.C/ BBQ_DFY/ Aurimages

photographie

Entre les murs, Laurent Cantet

Entre les murs, Laurent Cantet
Crédits : Haut De Court/ The Kobal Collection/ Aurimages

photographie

Camille Claudel, B. Dumont

Camille Claudel, B. Dumont
Crédits : 3B Productions/ Arte France Cinema/ C.R.R.A.V. Nord Pas De Calais/ Canal+/ Region Paca/ The Kobal Collection/ Aurimages

photographie

Afficher les 6 médias de l'article

Écrit par :

  • : professeur d'histoire, historien de cinéma, président de l'Association française de recherche sur l'histoire du cinéma
  • : professeur honoraire d'histoire et esthétique du cinéma, département des arts du spectacle de l'université de Caen

Classification

Autres références

«  FRANCE  » est également traité dans :

FRANCE - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Serge BERSTEIN
  •  • 1 049 mots

Finistère du continent eurasiatique, ouverte sur le grand large par trois façades maritimes, bénéficiant, par sa situation en latitude qui la place à mi-distance de l'équateur et du pôle Nord, d'un climat tempéré, la France voit alterner sur son territoire les grandes zones de plaines et de plateaux des bassins sédimentaires et fluviaux et les reliefs montagneux situés sur sa périphérie, à l'excep […] Lire la suite

FRANCE (Le territoire et les hommes) - Géologie

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN, 
  • Jean COGNÉ, 
  • Michel DURAND-DELGA, 
  • François ELLENBERGER, 
  • Jean-Paul von ELLER, 
  • Jean GOGUEL, 
  • Charles POMEROL, 
  • Maurice ROQUES, 
  • Étienne WINNOCK
  •  • 16 657 mots
  •  • 25 médias

L'Europe centrale et occidentale contraste avec la plupart des autres masses continentales par le compartimentage de son relief et du tracé de son littoral, compartimentage qui traduit celui de sa structure géologique et explique sans doute certains aspects de son développement historique. On peut cependant, malgré les irrégularités de leurs tracés, distinguer de grandes zones, correspondant aux p […] Lire la suite

FRANCE (Le territoire et les hommes) - Données naturelles

  • Écrit par 
  • Jacqueline BEAUJEU-GARNIER, 
  • Estelle DUCOM
  •  • 4 872 mots
  •  • 3 médias

544 435 kilomètres carrés, 65,7 millions d'habitants (2013), telles sont les données majeures de l'espace français, ce qui le classe au 42e rang pour la superficie et au 21e rang pour la population, parmi les États du monde.Dix-neuf fois plus petit que celui des États-Unis, trente-deux fois plus petit que celui de la Russie, le territoire métropolitain […] Lire la suite

FRANCE (Le territoire et les hommes) - Un siècle de politique économique

  • Écrit par 
  • Pascal GAUCHON, 
  • Philippe LÉGÉ
  •  • 21 046 mots
  •  • 3 médias

« La France est hantée par l'idée de déclin. » La formule de Christian Stoffaës résume de façon percutante l'histoire économique française depuis le début du xxe siècle, ou plutôt la manière dont les Français ont vécu cette histoire.L'idée qu'il existe un « retard français » est, en effet, une constante sur le long terme. Les comparaisons qui sont éta […] Lire la suite

FRANCE (Histoire et institutions) - Naissance d'une nation

  • Écrit par 
  • Jacques LE GOFF
  •  • 8 953 mots
  •  • 11 médias

Si la Gaule romaine peut apparaître avec le recul des siècles comme une ancêtre de la France, les territoires qui devaient constituer celle-ci ne formèrent que lentement, au cours du Moyen Âge, la préfiguration de son entité nationale. Divisée au lendemain des grandes invasions du v […] Lire la suite

FRANCE (Histoire et institutions) - Formation territoriale

  • Écrit par 
  • Yves DURAND
  •  • 12 875 mots
  •  • 7 médias

À l'encontre de ce qui fut jadis soutenu par nombre d'historiens, il semble établi aujourd'hui que la monarchie d'Ancien Régime ne connut presque jamais de politique des frontières naturelles. Aux xvie et xviie siècles […] Lire la suite

FRANCE (Histoire et institutions) - L'État monarchique

  • Écrit par 
  • Jehan de MALAFOSSE
  •  • 7 583 mots
  •  • 1 média

Liberté, égalité, ces deux principes constituent, en 1789, les fondements de l'ordre nouveau, mais plus encore la négation radicale de l'ancien droit français, en ce qui concerne tant la conception de l'État que celle des droits individuels. L'explosion individualiste de la Révolution française a gagné toute l'Europe, tandis qu'elle a profondéme […] Lire la suite

FRANCE (Histoire et institutions) - Le temps des révolutions

  • Écrit par 
  • Sylvain VENAYRE
  •  • 6 926 mots
  •  • 8 médias

Dès le début de l'année 1789, alors que se préparait la réunion des États généraux voulue par le roi Louis XVI, on parlait, en France, d'« Ancien Régime ». Les événements ultérieurs donnèrent à l'expression une dimension radicale qu'elle n'avait pas nécessairement dans son principe. Il n'empêche que la période qui s'ouvre en 1789 fut bien d'abord marq […] Lire la suite

FRANCE (Histoire et institutions) - La France d'aujourd'hui

  • Écrit par 
  • Serge BERSTEIN
  •  • 6 686 mots
  •  • 7 médias

La France libérée en 1945 est un pays en ruine, usé par une décennie de crise économique puis cinq années d'occupation. Or, durant la seconde moitié du xxe siècle, elle va connaître une spectaculaire mutation de ses structures économiques, sociales, politiques, culturelles, entraînant des transformations de l'existence quotidienne des Français comme l […] Lire la suite

FRANCE (Histoire et institutions) - Le droit français

  • Écrit par 
  • Jean-Louis HALPÉRIN
  •  • 7 138 mots
  •  • 2 médias

Qu'est ce que le droit français ? Si les enseignants spécialisés dans une branche particulière de ce droit n'éprouvent pas le besoin de répondre à une telle question, une présentation générale de cet « objet scientifique » nécessite quelques préalables méthodologiques. Les juristes positivistes considèrent qu'à chaque État correspond – et même s'identifie – un […] Lire la suite

FRANCE (Arts et culture) - La langue française

  • Écrit par 
  • Gérald ANTOINE, 
  • Jean-Claude CHEVALIER, 
  • Loïc DEPECKER, 
  • Françoise HELGORSKY
  •  • 15 783 mots
  •  • 1 média

Pour rendre compte de l'évolution d'une langue, le linguiste distingue traditionnellement deux sortes de facteurs : des facteurs internes, c'est-à-dire des mécanismes de changements proprement linguistiques, dus aux modifications et au réaménagement des systèmes, et des facteurs externes, à savoir les modifications de la société, des techniques, etc., ainsi que les événements historiques. Ces caus […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

9-27 février 2004 France. Poursuite du conflit des chercheurs et des intermittents du spectacle

Le 21, lors de la cérémonie de remise des césars du cinéma français, le ministre de la Culture et de la Communication Jean-Jacques Aillagon est pris à partie par des intermittents du spectacle qui dénoncent toujours la réforme de leur régime d'assurance-chômage. Le 27, Claudie Haigneré, ministre déléguée à la Recherche et aux Nouvelles Technologies, annonce le déblocage de 294 millions d'euros de crédits, votés au cours des années précédentes mais non affectés, ainsi que l'ouverture à concours de cent vingt des cinq cent cinquante postes statutaires gelés. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Pierre JEANCOLAS, René PRÉDAL, « FRANCE (Arts et culture) - Le cinéma », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 octobre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/france-arts-et-culture-le-cinema/