FOYERS DE CULTURE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le collège de Coqueret : la lecture des Anciens à la lumière de l'esprit nouveau

Arrêtons-nous d'abord sur l'exemple du collège universitaire du xvie siècle, véhicule d'idées nouvelles à l'intérieur d'une institution conservatrice. Non que l'autonomie du collège à l'intérieur de l'université ait été une innovation : l'hypertrophie du collège aux dépens de la Faculté a commencé dès le xive siècle. Il faut voir aujourd'hui même des universités fondées, à cette époque, à l'imitation de Paris, et qui ont conservé presque intactes leurs structures d'origine – c'est le cas d'Oxford et de Cambridge –, pour comprendre le fonctionnement de l'université de Paris à la Renaissance, confédération de collèges (fondations privées, provinciales ou religieuses) jouissant tous d'une assez grande autonomie et encadrés chacun par de jeunes régents placés sous l'autorité d'un supérieur. Si elle était calquée sur celle des monastères bénédictins, cette structure dissimulait sous son apparente rigidité de grandes réserves de souplesse. L'autonomie des collèges n'excluait pas un contrôle de l'administration universitaire sur la discipline, la religion et les mœurs. De plus, même si le supérieur d'un collège était propriétaire des murs et tenait son poste d'un héritage, il n'en relevait pas moins d'un contrôle de l'Université. C'était le cas de Roger Du Gast, maître principal et propriétaire du collège de Coqueret , qui, à la suite d'un conflit avec les régents, fut suspendu au profit de Jean Daurat , qui fit, pendant plusieurs années, fonction de gouverneur intérimaire du collège. Cet accident allait favoriser au collège de Coqueret la naissance de la Pléiade.

Arrivé à la faveur de circonstances exceptionnelles, Daurat est précédé par sa réputation d'helléniste et écouté par une élite d'étudiants peu nombreux mais zélés, parmi lesquels Ronsard et Antoine de Baïf qui avaient déjà été ses élèves dans la maison de Lazare [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 15 pages

Médias de l’article

Une lecture chez Madame Geoffrin, A.C.G. Lemonnier

Une lecture chez Madame Geoffrin, A.C.G. Lemonnier
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

L'Atelier de Bazille, F. Bazille

L'Atelier de Bazille, F. Bazille
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Théâtre d’ombres au cabaret du Chat noir

Théâtre d’ombres au cabaret du Chat noir
Crédits : Musée Carnavalet/ Leemage/ Bridgeman Images

photographie


Écrit par :

  • : ancien professeur à l'université de Berkeley, professeur émérite à l'université de Manchester, fondateur de l'Institut collégial européen

Classification

Autres références

«  FOYERS DE CULTURE  » est également traité dans :

BEACH SYLVIA (1887-1962)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 606 mots

Sylvia Beach fut, avec Adrienne Monnier, l'une des grandes figures de la vie littéraire parisienne, en particulier dans les années 1920, lorsque sa librairie offrait aux écrivains expatriés un lieu de rencontre et accueillait les auteurs français qui découvraient un nouveau continent, la littérature américaine. Née le 14 mars 1887 à Baltimore (Maryland), Sylvia Woodbridge Beach fréquente peu l'éc […] Lire la suite

BERLIN (foyer culturel)

  • Écrit par 
  • Lionel RICHARD
  •  • 4 402 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Berlin, capitale des arts ? »  : […] Parmi les experts, l’idée en vogue, dans les années 1990, voulait que Berlin, située géographiquement à mi-chemin entre Stockholm et Rome, entre Paris et Moscou, soit vouée à s’imposer comme le point de rencontre des gens de culture de toute l’Europe et à se révéler comme un « tremplin vers l’Est ». Mieux encore, avec son millier d’hectares de réserves foncières pouvant être affectées à l’industri […] Lire la suite

PARIS ÉCOLES DE

  • Écrit par 
  • Claire MAINGON
  •  • 2 615 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La première école de Paris »  : […] Utilisée pour la première fois par le critique André Warnod (1885-1960) dans le journal Comoedia en 1925, l'expression « école de Paris » désigne alors la vague d'artistes étrangers venus participer à la vie intellectuelle de la capitale dans les deux premières décennies du xx e  siècle. À cette époque, et notamment grâce aux expositions universelles qui l'ont consacrée Ville Lumière, Paris repr […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Gilbert GADOFFRE, « FOYERS DE CULTURE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/foyers-de-culture/