FORME

Les apories de l'objectivité morphologique

Les approches perceptives et sémantiques du concept de forme que nous venons d'évoquer relèvent pour la plupart d'un mentalisme représentationaliste. Nominalistes et solipsistes, elles admettent la réalité psychologique des représentations mentales mais refusent toute valeur ontologique aux contenus de ces représentations. Elles se heurtent donc au problème du dépassement du solipsisme. De nombreux auteurs (Putnam, Searle, Dreyfus...) ont dénoncé dans la conception du cognitivisme dont elles s'inspirent une impuissance à résoudre « le problème des problèmes », à savoir celui de l'orientation de la conscience phénoménologique vers le monde extérieur, celui de l'intentionnalité.

Représentationalisme et intentionnalité

Le problème n'est pas nouveau. À partir du moment où l'on adopte une conception représentionnaliste faisant de la perception un processus s'édifiant à partir de la transduction sensorielle, on se condamne à faire de l'apparaître phénoménal une apparence subjective-relative n'ayant d'autre contenu objectif que celui d'une information physique conçue au sens physicaliste du terme. Il devient par conséquent impossible de définir une objectivité de la structuration qualitative du monde. Mais alors, comment la conscience peut-elle rejoindre le monde ? Elle ne rejoint qu'un monde projeté, c'est-à-dire elle-même (solipsisme). Si on considère que le solipsisme n'est pas philosophiquement acceptable, on devra donc résoudre le problème suivant : comment la conscience peut-elle rejoindre des transcendances objectives ? Or, comme l'a remarqué Roger Chambon, il est impossible de penser une ouverture constitutionnelle de la conscience vers la transcendance du monde à partir de l'exercice de la réceptivité sensorielle. Il faut une transcendance de l'apparaître lui-même, de l'apparaître comme présence, qui soit préalable au processus de perception proprement dit. « Le problème posé est extraordinaire et, à la vérité, sans égal[...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 41 pages


Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis



Écrit par :

  • : ancien élève de l'Ecole polytechnique, docteur es lettres et sciences humaines, vice président de l'International Association for Semiotic Studies, directeur d'études à l'Ecole des hautes études en sciences sociales.

Classification


Autres références

«  FORME  » est également traité dans :

ACOUSMATIQUE MUSIQUE

  • Écrit par 
  • François BAYLE
  •  • 7 828 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Matériau et image »  : […] du xixe siècle, précurseur d'une conception qualitative du monde : « Les phénomènes qui sont l'objet d'une discipline [...] apparaissent comme des accidents de formes définis dans l'espace substrat de la morphologie étudiée. Dans les cas les plus généraux, l'espace substrat est tout simplement […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/musique-acousmatique/#i_95514

CRASSET MATALI (1965-    )

  • Écrit par 
  • Christine COLIN
  •  • 931 mots

Dans le chapitre « Un univers ramifié »  : […] À ce temps « réel » fait écho un lieu qui ne l'est pas : « La forme est une plate-forme » déclare Matali Crasset. Si on place cette phrase dans la continuité des célèbres aphorismes qui ont véhiculé les théories du design au cours des deux siècles derniers, tels que « l'outil crée la forme » (rationalisme, fin xix […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/matali-crasset/#i_95514

DESCRIPTION ET EXPLICATION

  • Écrit par 
  • Jean LARGEAULT
  •  • 9 337 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'explication causale »  : […] le temps. Aristote et saint Thomas n'assignent pas d'efficace à la forme seule. La forme n'agit pas ; c'est une substance qui agit par sa forme ou suivant sa forme. De même pour Leibniz et Euler, les principes d'optimum et de stationnarité n'agissent pas par eux-mêmes ; la volonté de Dieu ou la Nature les mettent en œuvre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/description-et-explication/#i_95514

DESIGN

  • Écrit par 
  • Christine COLIN
  •  • 8 020 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Contre la théorie, les manifestes »  : […] ce qui précède, on pourrait déduire que le design véhicule une théorie de l'origine des formes des objets industriels. Il ne s'agit pas pour autant, après l'avoir classé parmi les arts appliqués, de le ranger parmi les théories appliquées ou illustrées. Les designers véhiculent une théorie de l'origine de la forme par la forme. Une théorie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/design/#i_95514

DIALECTIQUE

  • Écrit par 
  • Étienne BALIBAR, 
  • Pierre MACHEREY
  •  • 8 040 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Forme et contenu »  : […] Le premier problème oppose les notions de contenu et de forme. On peut se demander si la dialectique est un processus réel, le procès même du réel – et alors celui-ci se reproduirait seulement par voie de conséquence au niveau de la méthode qui permet de l'appréhender et d'en rendre compte –, ou bien si elle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dialectique/#i_95514

ESTHÉTIQUE - Histoire

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES
  •  • 11 894 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les esthétiques de l'objet »  : […] chez un Lukács (Prolégomènes à une esthétique marxiste, 1957), à prôner la forme comme requisit de la perfection d'une œuvre, d'abord saisie comme exprimant la situation socio-historique d'une classe ou d'une collectivité. Le risque est évidemment de considérer l'art comme un « exposant » plutôt que comme un « ferment » de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/esthetique-histoire/#i_95514

FINALITÉ

  • Écrit par 
  • Raymond RUYER
  •  • 6 602 mots

Dans le chapitre « La création de formes »  : […] Toute action finaliste est épigénétique, c'est-à-dire créatrice de formes. Le travail d'« implication », dans le temps et l'espace, est lié à ce caractère épigénétique de la finalité. Une œuvre finaliste en cours va se différenciant de plus en plus, au sens propre du mot. Il y apparaît (épi-genèse) des différences, dans l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/finalite/#i_95514

GESTALTISME

  • Écrit par 
  • Georges THINÈS
  •  • 6 595 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Un double courant originel : Wilhelm Wundt et Franz Brentano »  : […] immanent à lui-même et n'acquiert de consistance que par l'intentionnalité de l'acte même. La couleur ou la forme d'un objet, par exemple, ne possèdent pas d'existence propre dans l'acte perceptif ; elles ne sont présentes à la conscience que par une référence d'intentionnalité. Il n'est pas possible de concevoir un acte qui ne soit pas dirigé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gestaltisme/#i_95514

IDÉALISME

  • Écrit par 
  • Jean LARGEAULT
  •  • 9 497 mots

Dans le chapitre « Les éléments de la représentation : le sujet et l'objet »  : […] et qui peut être appelé le représentatif. (Représenter signifie tenir la place de la chose et la présenter à la pensée.) « Formel » s'applique à ce qui est cause des représentations objectives, l'idée revêtant une forme en représentant quelque chose, un arbre, une maison, etc. (La forme est, d'après Aristote et les thomistes, un principe d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/idealisme/#i_95514

IDENTITÉ

  • Écrit par 
  • Annie COLLOVALD, 
  • Fernando GIL, 
  • Nicole SINDZINGRE, 
  • Pierre TAP
  •  • 13 234 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les critères de l'identité »  : […] spatiale du fleuve, au détriment de la persistance dans le temps de ses composantes. C'est-à-dire que l'identité s'évalue par l'unité d'une même forme, plutôt que par l'identité numérique des molécules d'eau qui forment le fleuve (on peut dire aussi qu'on se baigne dans le même fleuve, mais non dans le même « stade » du fleuve ; cf. Quine, 1953, p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/identite/#i_95514

IMAGINAL MONDE

  • Écrit par 
  • Alain DELAUNAY
  •  • 1 030 mots

Cette notion est une création conceptuelle due au philosophe français Henry Corbin, dont les travaux sont essentiels pour l'herméneutique comparée. Face à la défiance que la philosophie occidentale moderne a manifestée par rapport à l'imagination, le néologisme « imaginal » porte, au contraire, une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/monde-imaginal/#i_95514

INDIVIDUATION

  • Écrit par 
  • Alain DELAUNAY
  •  • 414 mots

Sur le plan philosophique, et d'une façon très générale, l'individuation désigne le processus d'organisation qui détermine la réalisation d'une forme individuelle complète et achevée. Qu'il y ait une réalité individuelle est une énigme métaphysique. Elle se constate. Comment la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/individuation/#i_95514

KANT EMMANUEL

  • Écrit par 
  • Louis GUILLERMIT
  •  • 13 383 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'espace et le temps, formes de la sensibilité »  : […] Une théorie de la sensibilité, ou « esthétique transcendantale », en expose les formes, l'espace et le temps, qui rendent possible la représentation des choses non comme elles sont en elles-mêmes, mais comme phénomènes : les choses telles qu'elles sont en soi ne sauraient, comme telles, être pour nous, et si […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/emmanuel-kant/#i_95514

LOGIQUE

  • Écrit par 
  • Robert BLANCHÉ, 
  • Jan SEBESTIK
  •  • 12 996 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Bernard Bolzano »  : […] sa logique des propositions. Il commence par définir la notion de « forme propositionnelle » : c'est ce que devient une proposition quand on substitue des variables à la place de certaines représentations ou, comme dit parfois Bolzano, c'est une proposition dans laquelle on considère certaines représentations comme variables (ce sont ces « […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/logique/#i_95514

MATIÈRE

  • Écrit par 
  • Jacques GUILLERME, 
  • Hélène VÉRIN
  •  • 10 674 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Substance et apparence ; la transsubstantiation »  : […] plus assurée, aux antagonismes de la physique et de la théologie. Tout corps, dans les vues du théologien, procède des deux principes métaphysiques que sont la matière et la forme. L'extension des corps est due à leur matière (materia prima) ; leurs qualités, activités et propriétés sont le fait de la forme. Une substance […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/matiere/#i_95514

MERLEAU-PONTY MAURICE (1908-1961)

  • Écrit par 
  • Alphonse DE WAELHENS
  •  • 3 508 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La conscience et le langage »  : […] aussi, en une phrase : le comportement n'est ni une chose, ni une idée. Positivement, il est une forme et, en tant que forme, il est aussi sens. Cela ne veut pas dire, sans plus, que toute forme est un sens. La Structure du comportement distingue et analyse divers types de formes. Celle qui caractérise le comportement […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maurice-merleau-ponty/#i_95514

MONDE

  • Écrit par 
  • Jean LADRIÈRE
  •  • 5 934 mots

Dans le chapitre « L'horizon de la question du fondement »  : […] même très généralisée, ne concerne que les processus les plus généraux de la nature. Il faut encore tenir compte de ce qu'on pourrait appeler son aspect architectural : la nature se présente à nous sous la forme d'une multiplicité de formes qu'on peut classer par ordre croissant de complexité depuis les édifices atomiques jusqu'aux formes vivantes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/monde/#i_95514

MORT - Les interrogations philosophiques

  • Écrit par 
  • René HABACHI
  •  • 7 527 mots

Dans le chapitre « Les doctrines de l'information »  : […] pour lequel l'union des âmes et du corps est comme un cas particulier de la substance. Celle-ci est constituée de matière et de forme, la forme ne s'ajoutant pas de l'extérieur mais informant du dedans une matière qui, autrement, n'aurait aucune existence. La forme est l'acte d'une matière qui de soi serait pure potentialité. Ainsi donc, comme la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mort-les-interrogations-philosophiques/#i_95514

ONTOLOGIE

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 15 647 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Aristote et la métaphysique »  : […] « un sujet réel et déterminé ». Dès lors, toute l'intelligibilité se concentre dans la forme ; la tradition du Moyen Âge parlera à la suite d'Aristote de « forme substantielle » ; cette forme est manifestement héritière de l'Idée platonicienne ; mais alors que celle-ci était nettement séparée du sensible, chez Aristote, la chose et la forme sont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ontologie/#i_95514

PANTHÉISME

  • Écrit par 
  • Robert MISRAHI
  •  • 7 634 mots

Dans le chapitre « Giordano Bruno »  : […] Bruno cependant ne sépare pas forme et matière, à la façon aristotélicienne. La Forme est l'opération de la Nature, qui agit dans la matière, et « du dedans » de la matière. Cette Forme, qui est l'autre aspect de Dieu, peut à son tour se distinguer en Intelligence et en Âme (en reprenant les termes platoniciens). Comme Intellect […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pantheisme/#i_95514

PEIRCE CHARLES SANDERS

  • Écrit par 
  • Gérard DELEDALLE
  •  • 3 101 mots

Dans le chapitre « Le phénoménologue »  : […] que la méthode « intuitive » de Husserl commande une phénoménologie différente. La «  forme » est donnée d'un seul coup par une simple inspection de l'esprit comme « essence ». En tant que connue, elle renseigne autant sur le connaissant que sur le connu : elle est « intentionnelle ». L'ascendance aristotélico-thomiste de cette théorie explique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-sanders-peirce/#i_95514

PLATON

  • Écrit par 
  • Monique DIXSAUT
  •  • 13 742 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les Formes et la participation »  : […] Formes et essences réfèrent aux mêmes réalités, mais Platon emploie plutôt le terme Forme (ou Idée : eidos) quand il veut répondre à une double question, celle de l'articulation des réalités en soi avec les choses sensibles, ou celle de leurs articulations entre elles. Dans le premier cas, les Formes sont causes. La Forme n' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/platon/#i_95514

RAISON

  • Écrit par 
  • Éric WEIL
  •  • 13 167 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La dialectique platonicienne »  : […] vraiment identique, est dénué de toute valeur et tombe dans la pure répétition verbale. Les formes elles-mêmes ne sont pas placées les unes à côté des autres comme autant de statues, elles s'interpénètrent dans un mouvement intemporel, de même que le discours humain procède en découvrant les liens entre ce qui n'est pas identique et est pourtant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/raison/#i_95514

RÉDUCTIONNISME & HOLISME

  • Écrit par 
  • Jean LARGEAULT
  •  • 6 924 mots

de l'ordre d'une causalité efficiente. Pour Aristote, c'est la forme, organisatrice et conservatrice de l'être vivant (forma est qua ens est id quod est). Ce principe de liaison a porté encore d'autres noms : entéléchie, force vitale, principe directeur. Le fait frappant, qui justifie et illustre le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/reductionnisme-et-holisme/#i_95514

SCIENCES - Science et philosophie

  • Écrit par 
  • Alain BOUTOT
  •  • 17 644 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Un nouvel encyclopédisme »  : […] de l'universalité des théories morphologiques est le principe de l'indépendance de la forme par rapport au substrat. Une même forme peut s'incarner dans deux supports différents, une même structure peut apparaître dans des systèmes composés d'éléments appartenant à des domaines hétérogènes de la réalité. Ainsi, en théorie des catastrophes, une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sciences-science-et-philosophie/#i_95514

SIMMEL GEORG (1858-1918)

  • Écrit par 
  • Raymond BOUDON
  •  • 2 759 mots

Dans le chapitre « Les fondements de la sociologie « formelle » »  : […] on songe le plus fréquemment lorsqu'on veut caractériser l'œuvre de Simmel est celle de sociologie « de la forme » ou de sociologie « formelle ». Pour cerner cette notion, il faut en premier lieu prendre conscience de son origine kantienne. De même que la connaissance des phénomènes naturels n'est possible, selon Kant, que parce que l'esprit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/georg-simmel/#i_95514

STRUCTURE, biologie

  • Écrit par 
  • Philippe COURRIÈRE, 
  • Pierre DELATTRE, 
  • Armand de RICQLÈS
  •  • 10 002 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Structure et forme »  : […] propre de la « structure biologique » est d'être identifiable sur le plan morphologique, sans doute devrait-on plutôt parler de « formes » pour désigner de tels objets. La structure proprement dite apparaîtrait alors comme l'organisation, l'agencement qui sous-tend la forme. La recherche de la structure incite donc à une perpétuelle dissection, à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/structure-biologie/#i_95514

VIDE & PLEIN, symbolique

  • Écrit par 
  • Alain DELAUNAY
  •  • 1 486 mots

Cette opposition ne dérive en rien de l'empirie, elle constitue une catégorie a priori de l'imagination. À travers l'imaginaire du plein et du vide, nous investissons la réalité selon les trois plans de la connaissance : ceux de la matière, de la vie et de l'esprit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vide-et-plein-symbolique/#i_95514

Voir aussi

COGNITIVISME    JOHANNES DAUBERT    EIDÉTIQUE    ÉPOCHÈ philosophie    JERRY ALAN FODOR    DAVID MARR    NOÈME & NOÈSE    OBJECTIVITÉ    SIGNIFICATION    SOLIPSISME

Pour citer l’article

Jean PETITOT, « FORME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/forme/