FORME, esthétique

L'INFORME, MODE D'EMPLOI (exposition)

  • Écrit par 
  • Jean-François POIRIER
  •  • 1 559 mots

Organiser une exposition sur l'informe comme celle qui a été proposée par Yve-Alain Bois et Rosalind Krauss au Centre Georges-Pompidou, du 22 mai au 26 août 1996, était une entreprise audacieuse, risquée. Le risque était bien sûr de toucher à la forme en art : sans elle, l'art se trouve plongé dans un flux, un tourbillon où toute possibilité de segmenter, […] Lire la suite

ABSTRAIT ART

  • Écrit par 
  • Denys RIOUT
  •  • 6 698 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Abstraction et formalisme »  : […] Il va de soi que ce que dit la peinture ou la sculpture ne peut pas être communiqué par le langage verbal. S'il en était autrement, il serait inutile de peindre ou de sculpter. Abstrait ou non, l' art, quand il aspire à devenir cosa mentale , ne cherche pas à transcrire ou à illustrer une pensée préexistante ; il est pensée en acte, incarnée dans un médium spécifique. C'est pourquoi il ne saurait […] Lire la suite

ANAMORPHOSES OU THAUMATURGUS OPTICUS - LES PERSPECTIVES DÉPRAVÉES, Jurgis Baltrušaitis - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Annamaria DUCCI
  •  • 1 396 mots

Dans le chapitre « Les erreurs de la perspective »  : […] La perspective n'étant qu'un procédé artificiel qui permet la reconstruction de l'espace et de la réalité, elle peut engendrer également la représentation d'images fausses qui ne sont que les fantômes du monde réel. Le mot « anamorphose » (apparu au xvii e  siècle) signifie littéralement une « forme qui revient », car il désigne précisément une inversion de perspective : « Au lieu d'une réduction […] Lire la suite

ARCHITECTURE & MUSIQUE

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES
  •  • 7 421 mots

Dans le chapitre « Position du problème : la correspondance des arts »  : […] Dans un monde imbu de mythes, les relations de l'architecture et de la musique s'exprimaient sous une forme allégorique ; la philosophie, dans bien des cas, s'est voulue une réflexion sur ces allégories. On connaît l'histoire d'Amphion : le fils d'Antiope et de Jupiter bâtit les murs de Thèbes en jouant de la lyre ; au gré des sons, les pierres venaient prendre chacune sa place. À quoi fait écho l […] Lire la suite

ART (Le discours sur l'art) - L'histoire de l'art

  • Écrit par 
  • André CHASTEL
  •  • 4 730 mots

Dans le chapitre « Une problématique originale »  : […] Sensible à l'importance de toutes ces orientations et soucieux de les faire converger en une enquête cohérente, Focillon, dans la Vie des formes (Paris, 1934), rappelait éloquemment que « l'œuvre d'art n'existe qu'en tant que forme », mais que, d'autre part, la forme tend toujours à signifier autre chose et plus qu'elle-même. Il se trouvait ainsi formuler l'essentiel d'une problématique qui n'a c […] Lire la suite

BALTRUŠAITIS JURGIS (1903-1988)

  • Écrit par 
  • Gilbert LASCAULT
  •  • 2 176 mots

Avec Henri Focillon (qui fut son maître et son ami), avec Erwin Panofsky et quelques rares autres, Jurgis Baltrušaitis est certainement l'un des cinq ou six historiens d'art qui marquèrent le xx e  siècle. Né en 1903, fils d'un grand poète et diplomate lituanien proche de Gordon Craig, ayant (pendant un temps, bref) eu pour précepteur Boris Pasternak, lisant et parlant anglais, allemand, russe, l […] Lire la suite

BLOSSFELDT KARL (1865-1932)

  • Écrit par 
  • Jean-François POIRIER
  • , Universalis
  •  • 1 262 mots

Dans le chapitre « Du modelage végétal au document photographique »  : […] Le photographe allemand Karl Blossfeldt est né à Schielo, Harz, le 13 juin 1865 dans une famille modeste. Il passe de rudes années d'apprentissage dans la fonderie d'art d'une usine métallurgique à Mägdesprung, ville où l'on peut encore voir deux cerfs grandeur nature qu'il a réalisés à cette époque. En 1884, il suit les cours de l'École royale des arts décoratifs de Berlin. De 1890 à 1897, année […] Lire la suite

CENSURE (art)

  • Écrit par 
  • Julie VERLAINE
  •  • 2 630 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La question du nu »  : […] De même que des œuvres littéraires, des Fleurs du mal de Charles Baudelaire (1857) aux manuscrits de Tolstoï (1913), font l'objet de procès, d'expurgation et de saisie, nombreuses sont les formes que revêt la censure artistique, de la non-sélection au procès en justice, en passant par le dénigrement et le décrochage. L'accusation d'outrage aux bonnes mœurs est parmi les plus fréquentes. Elle touc […] Lire la suite

COULEURS, histoire de l'art

  • Écrit par 
  • Manlio BRUSATIN
  •  • 10 354 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Symbolique des couleurs et société industrielle »  : […] Le blanc hygiénique qui s'impose à partir du xviii e  siècle suppose une « philosophie de la couleur » – selon laquelle le blanc est la couleur stable et définitive à laquelle se rapportent toutes les autres – et qui n'est pas sans évoquer d'ailleurs les théories de Newton. Ce phénomène du blanc hygiénique devient absolu dans une vision monochromatique, non seulement par rapport à la couleur, mais […] Lire la suite

ESPACE, architecture et esthétique

  • Écrit par 
  • Françoise CHOAY, 
  • Jean GUIRAUD
  • , Universalis
  •  • 12 324 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'espace comme manque »  : […] Mais, puisque l'espace est dimension d'ouverture, jamais il n'est fixé ni épuisé. Il n'est ni un « combien », ni un « là », que je pourrais mettre en système. Il n'a ni axes ni échelle. Ces sortes de petites boîtes colorées sont des lampes vénitiennes accrochées aux branches d'un arbre, et des maisons aux embranchements d'une route. Devant L'Arbre aux maisons de Paul Klee, je ne vais pourtant pa […] Lire la suite

ESTHÉTIQUE - Esthétique et philosophie

  • Écrit par 
  • Mikel DUFRENNE
  •  • 7 348 mots

Dans le chapitre « Structure et sens »  : […] Mais il faut en venir à l'œuvre même ; elle sollicite moins l'intelligence que la sensibilité, le plaisir ; comment la rendre – presque malgré elle – intelligible, et comment en faire l'objet d'un discours rigoureux ? C'est ici que se propose la notion de structure qui, bien avant de connaître la fortune que l'on sait, a été pratiquée par de nombreux esthéticiens comme Viollet-le-Duc, Lalo, Étien […] Lire la suite

ETHNOLOGIE - Ethno-esthétique

  • Écrit par 
  • Lucien STÉPHAN
  •  • 3 075 mots

Dans le chapitre « Réduction du fait artistique »  : […] Dans les sociétés primitives, l'art n'existait pas, mais seulement la religion qui intégrerait ce que, par une abstraction arbitraire, nous appelons art. Le fonctionnalisme pose en hypothèse la détermination de la forme par la fonction. Entre la forme et les conditions dont elle dépend, la fonction entend établir une relation de conditions à conséquence. À la limite, toutes les conditions étant c […] Lire la suite

FIGURATION, paléolithique et néolithique

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE
  •  • 4 558 mots
  •  • 6 médias

La représentation – ou ce que nous appelons aussi l’« art figuratif » – n’est apparue dans l’histoire de l’humanité qu’avec Homo sapiens , l’homme « anatomiquement moderne », c’est-à-dire nous-mêmes. Mais la manifestation d’un sens esthétique peut être datée de beaucoup plus loin dans le temps. Chez les animaux, l’identification d’un tel sens pourrait relever, de notre part, d’un certain anthropo […] Lire la suite

FOCILLON HENRI (1881-1943)

  • Écrit par 
  • Louis GRODECKI
  •  • 1 860 mots

Dans le chapitre « L'œuvre théorique : « Vie des formes » »  : […] Orateur prestigieux et écrivain d'une rare qualité, Focillon voulait être surtout historien. Et pourtant son livre le plus célèbre et le plus lu n'est pas La Peinture aux XIX e et XX e  siècles ni l' Art d'Occident , synthèses historiques d'une puissante originalité, mais sa Vie des formes (1934), essai de méthodologie et de doctrine. Issu de l'expérience du critique et de l'historien, ce livre […] Lire la suite

GIACOMELLI MARIO (1925-2000)

  • Écrit par 
  • Elvire PEREGO
  •  • 847 mots

Né le 1 er  août 1925 à Senigallia en Italie, un petit village de la riviera des Marches qu'il n'a jamais voulu quitter, Mario Giacomelli a été marqué par la mort de son père en 1934, et par la vie laborieuse de sa mère qui, pour élever ses trois enfants, devint blanchisseuse dans un hospice. Dès 1938, Giacomelli révèle de grandes dispositions pour la peinture, la littérature, la musique. Dans ses […] Lire la suite

INFORMEL ART

  • Écrit par 
  • Hubert DAMISCH
  •  • 3 500 mots

Dans le chapitre « Jean Fautrier »  : […] Ce que refuse le peintre « informel », c'est d'abord une certaine conception du tableau comme reflet, répétition d'une réalité ou d'un modèle, d'une esquisse même, préalablement donnés. L'informel récuse en principe toute forme de représentation aussi bien que d'imitation, de vraisemblance : et si une image apparaît au terme du procès pictural, cette image n'a rien d'une copie, d'un portrait. E […] Lire la suite

INTERPRÉTATION MUSICALE

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS, 
  • Jacqueline PILON
  •  • 7 430 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « L'interprétation comme fonction du temps »  : […] C'est ce primat du présent, si caractéristique de la virtuosité sous toutes ses formes, qu'affirmerait donc en fin de compte la recréation des œuvres anciennes conçue comme une authentique création : l'interprète ne ferait revivre les musiques évanouies que pour nous permettre de jouir plus intensément de l'instant présent. On voit les limites d'une telle perspective. Car tout se passe bien ici da […] Lire la suite

KEMP MARTIN (1942- )

  • Écrit par 
  • Francesco PANESE
  •  • 2 059 mots

Dans le chapitre « Le sens des images »  : […] Cette question de méthode sert de fil conducteur à une synthèse consacrée à la Renaissance : Behind the Picture : Art and Evidence in the Italian Renaissance (1997, prix de l'Italian Association of America en 1999). Au fil des études de cas qui composent ce volume, Martin Kemp discute de manière réflexive la question des sources historiques et de leurs utilisations en histoire de l'art. Pour lui, […] Lire la suite

MIES VAN DER ROHE LUDWIG (1886-1969)

  • Écrit par 
  • Pierre GRANVEAUD
  •  • 2 135 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Architecture et industrialisation »  : […] « Nous rejetons toute spéculation esthétique, toute doctrine et tout formalisme », écrit Mies van der Rohe dans ses thèses publiées, en mai 1923, dans le premier numéro de G , revue à laquelle il collabore. Ce qui n'est nullement rejeter l'idée de forme ; en 1927, il écrit au docteur Rizler : « Je ne m'oppose pas à la forme, mais seulement à la forme comme but. » Celle-ci ne peut être que le résu […] Lire la suite

MINIMAL ET CONCEPTUEL ART

  • Écrit par 
  • Jacinto LAGEIRA, 
  • Catherine MILLET, 
  • Erik VERHAGEN
  •  • 6 311 mots

Dans le chapitre « Conditions et spécificités de l'objet »  : […] Dans la mesure où les minimalistes voulaient éviter tout résidu d'illusionnisme dans la peinture et d'anthropomorphisme dans la sculpture, les critères modernistes et formalistes (au sens proposé par le critique américain Clement Greenberg), qui s'appuyaient sur le rapport purement optique et empathique avec l'œuvre, s'avéraient insuffisants pour une approche critique de leur travail. Ils s'opposè […] Lire la suite

L'ŒUVRE D'ART ET SES SIGNIFICATIONS. ESSAIS SUR LES " ARTS VISUELS ", Erwin Panofsky - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • François-René MARTIN
  •  • 1 130 mots
  •  • 1 média

Il n'est sans doute pas d'œuvre, dans l'histoire de l'art au xx e  siècle, dont l'ampleur soit comparable à celle d'Erwin Panofsky (1892-1968). Élève d'Adolph Goldschmid, membre du cercle mythique d'Aby Warburg à Hambourg, au sein duquel il publie tôt des études marquantes –  Dürers «  Melencolia I » , écrit avec Fritz Saxl (1923) ; Hercule à la croisée des chemins (1930) – le premier Panofsky […] Lire la suite

PANOFSKY ERWIN (1892-1968)

  • Écrit par 
  • Daniel ARASSE
  •  • 1 627 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Repenser l’histoire de l’art »  : […] Né à Hanovre le 30 mars 1892, il est, en 1926, professeur d'histoire de l'art à Hambourg et participe aux recherches du groupe inspiré par Aby Warburg ; d'origine juive, il est radié par les nazis en 1933 et émigre aux États-Unis, où il avait noué des contacts depuis 1931 ; en 1935, il enseigne à l'Institute for Advanced Study de l'université de Princeton, où il travaille et accumule les découver […] Lire la suite

PEVSNER LES

  • Écrit par 
  • Georges T. NOSZLOPY
  •  • 2 317 mots

Dans le chapitre « Projets sans réalisation »  : […] Les principes du manifeste ne furent pas entièrement mis en pratique, dans l'immédiat, par Gabo et Pevsner. Les premiers projets de constructions monumentales de Gabo – qui, comme la plupart des grands desseins de cette époque, ne furent jamais réalisés – devaient autant aux cubistes, pour les notions de simultanéité et les techniques de construction, qu'aux théories et perspectives productivistes […] Lire la suite

PRINCIPES FONDAMENTAUX DE L'HISTOIRE DE L'ART. LE PROBLÈME DE L'ÉVOLUTION DU STYLE DANS L'ART MODERNE, Heinrich Wölfflin - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • François-René MARTIN
  •  • 1 331 mots

Dans le chapitre « Théorie du changement stylistique et système descriptif  »  : […] Dans son premier ouvrage véritablement marquant, Renaissance et Baroque (1888), Wölfflin commence à mettre en place son système descriptif, en caractérisant les changements de plan stylistique conduisant à l'art baroque, tant dans la peinture que dans l'architecture. L'arrière-plan culturel des transformations stylistiques y apparaît alors comme une « ambiance », un « sentiment vital » propre à u […] Lire la suite

QUAND LES ARTISTES FONT ÉCOLE (ouvrage collectif)

  • Écrit par 
  • Thierry DUFRÊNE
  •  • 1 053 mots

Bien avant le site de création contemporaine qu'est devenu en 2002 le palais de Tokyo, avec son pavillon-école à destination des jeunes artistes confié à Ange Leccia, Paris avait abrité une pépinière exceptionnelle, celle de l'Institut des hautes études en arts plastiques dirigé entre 1988 et 1995 par Pontus Hulten, ancien directeur du Musée national d'art moderne. Là furent formés quelques-uns d […] Lire la suite

QUESTIONS DE STYLE. FONDEMENTS D'UNE HISTOIRE DE L'ORNEMENTATION (A. Riegl) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • François-René MARTIN
  •  • 1 234 mots

Dans le chapitre « Ornement et style »  : […] Questions de style traite de l'évolution des motifs végétaux dans l'art ornemental de l'Antiquité. Fleurs de lotus, palmettes, rinceaux, feuilles d'acanthe : les virtualités formelles dont ces motifs sont porteurs en faisaient un objet idéal pour mettre à nu des lois autonomes de transformation des formes. C'est essentiellement contre l'« évolutionnisme matérialiste » de l'architecte et historie […] Lire la suite

STRUCTURE & ART

  • Écrit par 
  • Hubert DAMISCH
  •  • 2 875 mots

Dans le chapitre « Architecture et système »  : […] Il reste que l'art de bâtir donne à considérer des ensembles organisés dont l'agencement paraît répondre à une nécessité objective, sinon naturelle, l'œuvre d'architecture étant, parmi les produits de l'art, celui qui se prêterait le mieux à une analyse objective pour ce que la loi de construction n'en paraît pas devoir être cherchée dès l'abord dans l'esprit, mais plutôt dans les choses, dans la […] Lire la suite

STYLE (arts)

  • Écrit par 
  • Frédéric ELSIG
  •  • 2 073 mots

Dans le chapitre « Style et histoire des formes »  : […] En dehors de son étymologie principale, le terme évoque également le grec stylo s , que Vitruve emploie, au i er  siècle avant J.-C., pour désigner la colonne et, par extension, chacun des trois ordres architecturaux (dorique, ionique et corinthien) permettant de reconnaître une époque déterminée. Au milieu du xviii e  siècle, la théorie de l'architecture l'adopte et, sous l'influence du philosoph […] Lire la suite

STYLE, ARTISTE ET SOCIÉTÉ, Meyer Schapiro - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • François-René MARTIN
  •  • 1 302 mots

Dans l'histoire de l'art du xx e  siècle, l'œuvre de Meyer Schapiro (1904-1996) tire son originalité de sa portée fondamentalement critique. Si dans ses différentes contributions, aucun ouvrage ne domine véritablement – au point qu'il apparut longtemps comme un historien de l'art célèbre qui n'avait cependant jamais écrit de livre –, c'est parce que sa pensée, jusque dans ses aboutissements théori […] Lire la suite

SURVIVANCE, arts

  • Écrit par 
  • François-René MARTIN, 
  • Sylvie RAMOND
  •  • 1 139 mots

La notion de « survivance » est centrale pour l'histoire de l'art depuis que l'historien de l'art allemand Aby Warburg (1866-1929) l'a placée au cœur de son dispositif intellectuel et léguée comme une question essentielle. Nulle autre œuvre que la sienne, après celle de son compatriote Johann Joachim Winckelmann (1717-1768), n'aura d'ailleurs marqué de manière aussi décisive la discipline, en rep […] Lire la suite

UNE ÉPOQUE EN RUPTURE. 1750-1830 (W. Hofmann) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 1 531 mots

L'Univers des formes (Gallimard) franchit avec Une époque en rupture une étape capitale. Jusqu'alors cantonnée aux époques anciennes, la collection n'avait en effet jamais dépassé l'orée du xvi e  siècle. C'est donc un nouveau chapitre qui s'ouvre ici, chronologiquement et méthodologiquement. La peinture et plus généralement les arts graphiques y prennent en effet le pas sur l'architecture et la […] Lire la suite

VIE DES FORMES, Henri Focillon - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Annamaria DUCCI
  •  • 1 344 mots

Dans le chapitre « Une nouvelle interprétation des styles et des artistes »  : […] Le livre s'articule en cinq parties, consacrées à la définition de la forme (« Le Monde des formes ») et à ses différentes actualisations (« Les Formes dans l'espace » ; « Les Formes dans la matière » ; « Les Formes dans l'esprit » ; « Les Formes dans le temps »). Par « forme » Focillon entend une entité différente du signe, car « le signe signifie, la forme se signifie ». Les formes constituent […] Lire la suite

WÖLFFLIN HEINRICH (1864-1945)

  • Écrit par 
  • Jean WIRTH
  •  • 2 306 mots

La forme est une notion ambiguë dans les arts visuels ; elle y désigne tantôt la configuration de l'objet représenté par l'artiste, tantôt les éléments et le système dont il se sert pour rendre compte des objets. Dans le premier sens, la forme s'impose, déjà constituée, au moment où l'artiste va la transposer. Dans le second sens, elle est le principe qui organise l'œuvre d'art et la rend porteus […] Lire la suite