FORCLUSION, psychanalyse

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Tiré du vocabulaire juridique, où il désigne la déchéance d'un droit qui n'a pas été exercé dans les délais prescrits, le terme de forclusion a été introduit dans le langage psychanalytique contemporain par Jacques Lacan pour traduire le mot freudien Verwerfung, très précisément dans le cadre d'une théorie de la psychose, la forclusion constituant même le mécanisme originaire de cette dernière. En réalité, le terme de Verwerfung, qu'on trouve déjà dans la psychologie allemande du xixe siècle, notamment chez Franz Brentano (Psychologie d'un point de vue empirique, 1874, trad. franç., Paris, 1944), a chez Freud plusieurs sens. Il désigne d'abord un simple refus (souvent on traduit alors par « rejet ») et se rapporte au mécanisme du refoulement. Ainsi Freud écrit dans « Les Théories sexuelles infantiles » (1908) : « L'insuccès de l'effort de pensée [de l'enfant] facilite le rejet [Verwerfung] et l'oubli [d'une théorie sexuelle infantile] » (La Vie sexuelle, Paris, 1969).

En un deuxième sens, la Verwerfung s'applique non au refoulement mais au désaveu d'une représentation qui, à un autre niveau, est cependant acceptée. Ainsi s'installe un clivage du moi, où celui-ci ne se détache qu'imparfaitement de la réalité. Dans la phrase : « Le rejet [Ablehnung] est toujours doublé d'une acceptation » (Abrégé de psychanalyse, chap. VIII, 1938), le terme ici utilisé, Ablehnung, est proche de ce deuxième sens de la Verwerfung tel qu'on le rencontre par exemple dans l'histoire de « L'Homme aux loups » (1918) à propos de la castration : « Quand je dis : il la rejeta [verwarf], le sens immédiat de cette expression est qu'il n'en voulut rien savoir, cela au sens d'un refoulement [...] En fin de compte, deux courants contraires existaient en lui côte à côte, dont l'un abominait la castration, tandis que l'autre était tout prêt à l'accepter... » (Cinq Psychanalyses, 1954).

Le trois [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : psychanalyste, membre d'Espace analytique, secrétaire général de l'Association internationale d'histoire de la psychanalyse

Classification


Autres références

«  FORCLUSION, psychanalyse  » est également traité dans :

AGRESSIVITÉ

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 3 100 mots

Dans le chapitre « Pulsion de destruction et pulsion d'agression dans le langage naissant »  : […] Tel n'est pas, cependant, le dernier état de la pensée freudienne : reportons-nous aux Nouvelles conférences de 1932. Si ce texte associe à plusieurs reprises « pulsion de destruction » et « pulsion d'agression », en sorte qu'on serait tenté de les tenir pour équivalentes, il nous apporte aussi cette ultime précision qu'elles diffèrent « quant au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/agressivite/#i_36730

PSYCHOSE

  • Écrit par 
  • Pierre FÉDIDA, 
  • Pierre JUILLET, 
  • Hélène STORK
  •  • 10 030 mots

Dans le chapitre « Déni et forclusion »  : […] La notion de déni ( Verleugnung ), élaborée par Freud afin de rendre compte d'une défense dont le moi se sert pour refuser une partie de la réalité, est présente à l'organisation de la structure perverse (la réalité déniée est celle qui rend évidente la castration sous l'apparence d'un vu du sexe féminin), mais elle connote les significations que […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychose/#i_36730

Pour citer l’article

Jacques SÉDAT, « FORCLUSION, psychanalyse », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 janvier 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/forclusion-psychanalyse/