FORBIDDEN HOLLYWOOD (rétrospective)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Pourquoi un code ?

Vers le milieu des années 1920, Hollywood fit face à de sérieuses menaces de boycott national émanant d’organisations vertueuses, majoritairement catholiques, à la suite d’une série de scandales de mœurs impliquant des personnalités du cinéma – les acteurs Wallace Reid, « Fatty » Arbuckle et Mabel Normand, le réalisateur William Desmond Taylor, dont le meurtre est resté sans explication… Pour apaiser les esprits, les studios – grands et petits –, et les exploitants décidèrent de créer un organisme central qui veillerait au contenu des films, le MPPDA (Motion Picture Producers and Distributors of America). L’organisme pourrait également jouer les arbitres en cas de conflits administratifs.

Will Hays, administrateur des Postes sous la présidence de Warren G. Harding, fut nommé en 1925 à la tête du MPPDA mais ne convoqua une réunion en vue d’établir un code qu’en 1927. En 1929, deux catholiques se virent confier la tâche : Martin Quigley, rédacteur en chef de la revue corporative Motion Picture Herald, et le prêtre Daniel A. Lord. En février 1930, les deux hommes proposèrent une première mouture, subdivisée en principes généraux – en « don’t » (à éviter) et « be careful » (sujets délicats) –, entérinée par le MPPDA et ses membres.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : historien du cinéma, maître de conférences à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne, membre du comité de rédaction de la revue Positif

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Christian VIVIANI, « FORBIDDEN HOLLYWOOD (rétrospective) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/forbidden-hollywood-retrospective/