FONDS DE PENSION

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Évolution et stratégies d'investissement des fonds de pension

La déréglementation financière, l'évolution favorable de la fiscalité de l'épargne ainsi que l'incertitude pesant sur le financement futur des systèmes de retraite dans les pays de l'O.C.D.E. ont favorisé l'essor des fonds de pension durant les années 1980 et 1990. Toutefois, les crises financières des années 2000 ont fortement fragilisé ces institutions.

Le poids financier des fonds de pension ainsi que leurs stratégies d'investissement diffèrent selon les pays.

Une forte croissance des actifs

Au Royaume-Uni et aux États-Unis, pays où les fonds de pension ont été institués dès la fin du xixe siècle, la richesse financière de ces institutions s'est fortement développée. Au Royaume-Uni, les actifs des fonds de pension représentaient 88,2 p. 100 du P.I.B. en 2011 (soit près de 1 300 milliards d'euros), contre 14 p. 100 en 1962. Ces mêmes évolutions s'observent aux États-Unis, où les fonds de pension américains sont devenus, depuis le début des années 1980, des opérateurs financiers majeurs. Leur richesse financière s'élevait, en 2011 à 70 p. 100, contre 13 p. 100 en 1962.

Plusieurs facteurs permettent de comprendre un tel essor. Le niveau de développement des systèmes de retraites publics constitue un premier indicateur. Dans les pays où la protection sociale et l'assurance-vieillesse publique sont développées, l'importance des fonds de pension demeure limitée. Ce résultat est constaté dans l'ensemble des pays d'Europe continentale. Le caractère obligatoire ou non de l'adhésion des salariés aux fonds de pension permet aussi de comprendre la place qu'ils occupent aujourd'hui. En Suisse et aux Pays-Bas, par exemple, où les fonds de pension représentent respectivement 111 p. 100 et 138 p. 100 du P.I.B., l'adhésion est obligatoire.

L'importance financière des fonds de pension est également liée au contexte fiscal. Dans l'ensemble des pays de l'O.C.D.E., ces régimes font l'objet d'une imposition particulière et bénéficient d'exemptions fiscales. Ces dernières, qui concernent les contributions patronales et salariales ainsi que les gains sur les placements, ont favorisé l'émergence et la croissance de ces régimes.

L'évolution des fonds de pension dépend, par ailleurs, fortement de la performance des marchés financiers. Les rendements dégagés par les actifs des fonds de pension constituent un facteur fondamental de la croissance de ces régimes.

Entre le milieu des années 2000 et 2008-2009, à cause de la crise financière, les fonds de pension ont enregistré de très mauvaises performances financières, pouvant aller jusqu’à 40 p. 100 de perte de la valeur des actifs. Depuis lors, celles-ci sont de nouveau bonnes.

Les fonds de pension privés américains ont ainsi enregistré une perte de 20 p. 100 en 2008. Au cours de la même période, un certain nombre d'entreprises américaines étaient en grande difficulté à cause des dettes qu'elles avaient accumulées à l'égard de leurs salariés dans le cadre des fonds de pension à la suite de la crise financière.

Des stratégies d'investissement différenciées

Par le volume d'épargne gérée et par leur politique de placement, ces opérateurs financiers participent activement à l'essor des marchés de capitaux ainsi qu'à leur internationalisation. La diversification internationale des portefeuilles des fonds de pension (qui permet de profiter des meilleurs rendements sur les marchés étrangers tout en limitant le risque financier) a constitué l'un des principaux déterminants des mouvements internationaux de capitaux depuis les années 1980.

Le comportement financier des fonds, en termes de choix de portefeuille, diffère selon les pays. Au sein des pays industrialisés, la diversification internationale des fonds de pension apparaît élevée aux États-Unis, aux Pays-Bas, en Irlande et au Royaume-Uni, où le taux d'internationalisation, qui représente la proportion d'actifs étrangers détenus dans le montant total des avoirs du portefeuille, se situe entre 15 et 40 p. 100. Dans ces pays, les sociétés d'assurance apparaissent, en revanche, moins diversifiées géographiquement, avec des taux d'internationalisation allant de 7 à 20 p. 100. Ainsi, ce sont surtout les fonds de pension qui privilégient les placements étrangers.

Ce comportement d'internationalisation croissante des placements, comparé à celui des autres investisseurs institutionnels, est le résultat de dispositifs fiscaux et réglementaires (quantitatifs et [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  FONDS DE PENSION  » est également traité dans :

BOURSE - Réglementation des marchés boursiers

  • Écrit par 
  • Didier DAVYDOFF
  •  • 6 663 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'ouverture des Bourses »  : […] À la fin des années 1980 cependant, la concurrence est venue de Londres : de puissants intermédiaires financiers (souvent des banques américaines), disposant de capitaux importants, étaient en mesure d'acheter et de vendre des « blocs » d'actions à des investisseurs institutionnels, comme les fonds de pension ou les sociétés d'assurances. Or de cette époque date aussi le commencement d'un mouvem […] Lire la suite

CRISES FINANCIÈRES - Instabilité financière

  • Écrit par 
  • Dominique PLIHON
  •  • 7 126 mots

Dans le chapitre « L'instabilité fondamentale des marchés financiers et les krachs boursiers »  : […] John Maynard Keynes, qui écrivait au lendemain de la grande crise de 1929, est sans doute l'économiste qui a donné l'analyse la plus éclairante de l'instabilité financière. Pour Keynes, le futur relève de l'incertitude dans nos économies. La raison principale de cette incertitude réside dans la difficulté d'effectuer des prévisions dans une situation de changement permanent dû aux fluctuations d […] Lire la suite

ENTREPRISE - Les relations interentreprises

  • Écrit par 
  • Alain BIENAYMÉ
  •  • 7 622 mots

Dans le chapitre « Les relations des firmes avec les intermédiaires financiers »  : […] Les banques sont des entreprises comme les autres ; elles doivent, dans un univers concurrentiel, gérer avec profit un double risque : le risque d'illiquidité (en cas de forts retraits de dépôts) et le risque de défaut de leurs débiteurs (insolvabilité, retards de paiements). Les entreprises qui sollicitent des crédits présentent des risques variant avec leur dimension, leurs spécialités et la co […] Lire la suite

ÉPARGNE

  • Écrit par 
  • Didier DAVYDOFF
  •  • 7 541 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les disparités entre pays »  : […] Bien que les flux d'épargne s'orientent selon des directions globalement parallèles dans la plupart des pays, le stock de capital financier accumulé par les ménages varie sensiblement en fonction de l'histoire propre à chacun de ces pays . À bien observer la structure des patrimoines au début du xxi e  siècle, l'épargnant européen type n'existe pas : en Allemagne, en Autriche, en Espagne et au Por […] Lire la suite

ESPAGNE (Le territoire et les hommes) - Économie

  • Écrit par 
  • Nacima BARON, 
  • Sabine LE BAYON
  •  • 8 410 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Crise de liquidités et transferts de capitaux »  : […] Malgré la perfusion financière de la B.C.E., la circulation du crédit ne retrouve pas son niveau d’avant la crise. La récession a provoqué une fuite des capitaux vers les places étrangères. Cependant, les entreprises qui le pouvaient se sont tournées vers l'Europe, qui absorbe 65 p. 100 des exportations, ainsi que vers les marchés émergents (Amérique du Sud, mais aussi États-Unis, Maghreb et pays […] Lire la suite

INVESTISSEURS INSTITUTIONNELS

  • Écrit par 
  • Najat EL MEKKAOUI DE FREITAS
  •  • 1 364 mots

Depuis le milieu des années 1980, on assiste à une « institutionnalisation » croissante de l'épargne des ménages. Cette dernière est, en effet, dans une proportion de plus en plus grande, collectée et gérée par des investisseurs institutionnels, c'est-à-dire des intermédiaires financiers non bancaires : O.P.C.V.M. (organismes de placement collectif en valeurs mobilières, regroupant les sociétés d […] Lire la suite

RETRAITE

  • Écrit par 
  • Lucy apRoberts, 
  • Anne-Marie GUILLEMARD
  •  • 9 844 mots

Dans le chapitre « La nécessité de réserves pour les régimes à couverture restreinte »  : […] Contrairement aux grands régimes obligatoires, les régimes professionnels couvrant des groupes restreints, tels les salariés d'une seule entreprise, sont obligés d'accumuler des réserves placées en dehors de l'entreprise elle-même. Sinon, une faillite de l'entreprise entraînerait la cessation de paiement des pensions en cours et la perte de toute pension future pour les salariés non encore retrait […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

18 juillet 2013 États-Unis. Mise en faillite de Detroit

Parmi les principaux créanciers de la ville figurent les fonds de pension des caisses de retraite des employés municipaux, de la police et des pompiers.  […] Lire la suite

1er mars 2013 États-Unis. Entrée en application de la « falaise budgétaire »

Privilégiant des coupes budgétaires dans les retraites et l'assurance-maladie, les républicains ont refusé le projet présenté par l'administration Obama qui prévoyait la suppression d'avantages fiscaux pour les hauts revenus, les compagnies pétrolières et les fonds de pension.  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Najat EL MEKKAOUI DE FREITAS, « FONDS DE PENSION », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/fonds-de-pension/