PIERRE-GIANADDA FONDATION

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La sculpture dans son espace

À l’intérieur, l’immense hall d’accueil est agrémenté d’un péristyle qui sert de galerie pour les expositions temporaires. Un large escalier permet de rejoindre un second niveau ouvert sur l’espace central. L’ensemble a été érigé sur une parcelle où les vestiges d’un temple gallo-romain avaient été découverts ; un petit musée archéologique situé au rez-de-chaussée du bâtiment vient compléter la mise en valeur de ces ruines placées au milieu de l’espace central. En sous-sol, une collection d’automobiles anciennes présentant 50 véhicules de marques suisses et d’autres pays européens (1897-1939) est exposée. Depuis la décennie 1990, une collection de 47 sculptures en plein air, propriété de la fondation, est exposée dans le parc. Elle s’est enrichie année après année d’œuvres plastiques signées des grands noms de l’art du xxe siècle, de la sculpture figurative avec Bourdelle, Maillol et Rodin à la sculpture abstraite, représentée par Jean Arp, Henry Moore, Miró, Calder ou Tàpies, en passant par Niki de Saint-Phalle, César et Dubuffet. La Cour Chagall, une monumentale mosaïque réalisée d’après un tableau de Marc Chagall en 1964, donnée par un collectionneur en 2003, figure aussi dans le parcours. Œuvres de commande, les deux céramiques monumentales réalisées en 2005 par le peintre Sam Szafran (1934–2019), L’Escalier et Philodendrons, décorent les deux façades de la salle du Belvédère dans le parc.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Ingrid DUBACH-LEMAINQUE, « PIERRE-GIANADDA FONDATION », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/fondation-pierre-gianadda/