FLEUVES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'écosystème des eaux courantes

Problème des adaptations

On a reconnu depuis assez longtemps l'existence de nombreuses adaptations morphologiques qui caractérisent les animaux vivant dans les eaux lotiques. Ce sont surtout des adaptations à la vie sur les pierres placées dans un courant assez fort : absence des soies natatoires, aplatissement dorso-ventral, agrandissement des surfaces adhésives, emplacement des pattes dans le plan du corps, présence de ventouses et d'autres organes de rétention, ancrage par du mucus ou par des fils sécrétés, élaboration de fourreaux ou d'abris fixes, systèmes d'accrochage des pontes et cocons ; d'autres adaptations caractérisent les animaux qui s'enfouissent dans le substrat : allongement du corps, pattes modifiées, appendices placés dans l'axe longitudinal du corps ; l'aspect dynamique des animaux faisant face au courant est bien connu.

La plupart de ces adaptations s'expliquent non comme une possibilité offerte aux animaux pour s'opposer frontalement au courant, mais comme un moyen leur permettant d'éviter d'être entraînés par celui-ci ; ils peuplent alors les diverses zones relativement calmes tout en profitant des avantages du courant ; il y a donc ainsi un aspect comportemental des adaptations. On donne le nom de rhéophiles aux organismes qui habitent un milieu lotique ; et, parmi ceux-ci, le nom de torrenticoles à ceux qui vivent plus précisément sur les pierres balayées par un courant rapide ; beaucoup d'organismes rhéophiles s'orientent par rapport au courant, le plus souvent face à lui (rhéotropisme positif des poissons, des larves d'Éphéméroptères). Le problème de la résistance des animaux au courant a fait l'objet de théories controversées : celle de Steinmann, dite « théorie de la poussée », considère que la poussée mécanique exercée par le courant sur les animaux fixés est d'autant moindre que l'animal s'élève moins au-dessus du substrat ; il reste donc plaqué sur le fond (stéréotactisme). Elle reflète une certaine réalité ; il faut cependant distinguer entre la vitesse maximale supportée dans la nature par une espèce, celle, déterminée expérimentalement, pour laquelle l'animal reste apte à remonter le courant et celle où il est balayé par lui. Pour Crenobia alpina par exemple, les trois valeurs correspondantes sont 14 cm/s, 104 cm/s, 143 cm/s. La valeur de ces vitesses a souvent été exagérée et la connaissance des couches limites et des eaux mortes oblige à réviser certains concepts, la vitesse mesurée étant celle qui est réellement supportée au niveau des organismes et non celle du courant lui-même.

Les adaptations sont aussi remarquables chez les végétaux macrophytes. Elles concernent en particulier la souplesse des tiges, du fait de l'absence de tissus de soutien, et la réduction ou l'absence des feuilles ; la multiplication végétative par bouturage est intense ; les formes thalloïdes des algues se retrouvent chez les mousses et certaines phanérogames aquatiques, telles les Podostémonacées des rapides des rivières tropicales.

Relations entre les espèces

Les peuplements des eaux courantes permettent aussi bien de confirmer que d'infirmer le principe de Monard (principe de l'exclusion compétitive) : si, dans certains cas, « dans un milieu uniforme... ne tend à subsister qu'une espèce par genre », dans d'autres cas, la coexistence de plusieurs espèces extrêmement voisines est connue. Si, dans des groupes comme les Triclades, les Amphipodes, les Plécoptères, on observe une concurrence entre espèces, voire une exclusion réciproque, il est rare qu'une espèce atteigne vraiment les limites de distribution permises par les facteurs abiotiques, car quelque autre espèce ayant un optimum différent l'en empêche.

La succession des espèces le long d'un réseau lotique représente un phénomène bien caractéristique ; par exemple, dans les ruisseaux d'Europe centrale se succèdent d'amont en aval les Triclades Crenobia alpina, Polycelis cornuta, Dugesia gonocephala, Planaria lugubris ; une même succession s'observe dans les espèces du Diptère Wiedemannia dans plusieurs massifs de France et dans la répartition des poissons (truite, ombre, barbeau, brême, flet ; cf. ) ; ce même phénomène se retrouve aussi bien en Afrique qu'en Amérique ; ce remplacement d'espèces est dû aussi bien au phénomène de compétition qu'aux gradients constatés dans les facteurs abiotiques ; il ne doit pas être confondu avec la zonation biologique des eaux courantes (cf. Classificatio [...]

Pentes des zones piscicoles

Dessin : Pentes des zones piscicoles

Diagramme des pentes des zones piscicoles dans les eaux courantes (d'après Huet). 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 15 pages

Médias de l’article

Eau écoulée par les fleuves chaque année

Eau écoulée par les fleuves chaque année
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Les plus grands fleuves du monde

Les plus grands fleuves du monde
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Maximum de l'écoulement et mode d'alimentation

Maximum de l'écoulement et mode d'alimentation
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Irrigation

Irrigation
Crédits : J W Thomas/ Getty Images

photographie

Afficher les 14 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  FLEUVES  » est également traité dans :

ACCUMULATIONS (géologie) - Accumulations continentales

  • Écrit par 
  • Roger COQUE
  •  • 5 059 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Accumulation fluviatile »  : […] L'accumulation due aux ruissellements et aux écoulements provoqués par la pluie et les fusions nivale ou glaciaire représente le type le plus universellement répandu à la surface des continents, les régions aréiques n'ayant guère d'existence réelle. Aussi engendre-t-elle une famille de formes très fréquentes et fort diversifiées. Prolongée et développée sur de vastes espaces, en particulier, el […] Lire la suite

ADIGE

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 242 mots
  •  • 1 média

L'Adige (Fiume Adige) est le plus long fleuve d'Italie après le Pô. Il prend sa source dans le nord du pays, à partir de deux lacs situés juste au-dessous du col de Resia. Il coule ensuite rapidement dans le val Venosta, puis vers le sud-est, après Merano. Ayant reçu les eaux de l'Isarco à Bolzano, l'Adige s'oriente vers le sud et son cours moyen traverse la région du Trentin-Haut-Adige dans le va […] Lire la suite

AFRIQUE (Structure et milieu) - Géographie générale

  • Écrit par 
  • Roland POURTIER
  •  • 21 447 mots
  •  • 29 médias

Dans le chapitre « Les eaux  »  : […] L' hydrologie africaine présente de très grands contrastes dans la répartition des ressources en eau opposant Afrique sèche et Afrique humide. Les cours d'eau, les lacs et les lignes de partage des eaux ont joué un rôle très important dans le tracé des frontières africaines. L'hydrographie a par ailleurs été abondamment sollicitée pour la dénomination des États et des circonscriptions administrat […] Lire la suite

ALLEMAGNE (Géographie) - Aspects naturels et héritages

  • Écrit par 
  • François REITEL
  •  • 8 234 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « L'hydrographie »  : […] Grâce au climat à tendance océanique, les fleuves et rivières sont relativement bien alimentés en eau. Mittelgebirge et Alpes contribuent largement à l'alimentation des cours d'eau. Le coefficient d'écoulement est plus élevé que dans les régions méditerranéennes. Jamais les rivières ne sont à sec. Sur les 1 360 kilomètres du cours du Rhin, seulement 700 kilomètres concernent la R.F.A. Il subit dan […] Lire la suite

AMAZONE, fleuve

  • Écrit par 
  • Pierre CARRIÈRE
  •  • 2 327 mots
  •  • 1 média

Un peu plus long que le Nil, avec les 7 025 km de son cours, l'Amazone se place au premier rang, parmi les fleuves du monde, pour l'étendue de la superficie drainée : environ 6 millions de kilomètres carrés qui se répartissent sur six États d'Amérique latine. Sa supério rité est encore plus manifeste en ce qui concerne l'abondance de l'alimentation : le débit moyen à l'embouchure représente cinq f […] Lire la suite

AMAZONIE

  • Écrit par 
  • Martine DROULERS
  •  • 3 265 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Un potentiel immense encore mal connu »  : […] Les fleuves sont les grandes voies de pénétration, c'est par eux que l'Amazonie a été explorée, conquise et exploitée. Ils sont le symbole et la fierté de ses habitants. Les études hydrologiques se développent pour mieux calculer les apports des fleuves à l'océan et mettre au point des modèles de prévision des crues. Il s'agit de la plus grande masse d'eau douce de la planète et le débit moyen a […] Lire la suite

AMOU-DARIA

  • Écrit par 
  • Pierre CARRIÈRE
  •  • 1 052 mots

L'Amou-Daria draine la plus étendue des cuvettes hydrologiques de l'Asie moyenne ex-soviétique ; son bassin d'alimentation proprement dit s'étend en territoire fortement montagneux sur 227 800 kilomètres carrés, ce qui vaut au fleuve de rouler annuellement à son entrée dans la plaine 79 kilomètres cubes d'eau : le module est alors de 2 500 mètres cubes par seconde et le débit spécifique s'élève à […] Lire la suite

AMOUR, fleuve

  • Écrit par 
  • Laurent TOUCHART
  •  • 2 311 mots

Pour les Russes, l'Extrême-Orient se distingue de la Sibérie par le fait que le premier voit ses fleuves se jeter dans le Pacifique, la seconde, dans l'océan glacial Arctique. Alors que les cours d'eau sibériens, coulant du sud au nord, nécessitaient pour la colonisation russe des transbordements pour avancer d'ouest en est, les fleuves d'Extrême-Orient allaient dans le même sens que la conquête […] Lire la suite

ANGARA

  • Écrit par 
  • Pierre CARRIÈRE
  •  • 381 mots

Émissaire unique du lac Baïkal, l'Angara, après avoir traversé le lac du même nom, change d'appellation et devient la Toungouzka supérieure ; cet organisme fluvial draine un bassin de 1 045 000 kilomètres carrés et se jette, au terme d'un cours de 1 826 kilomètres, dans l'Ienisseï dont il est l'affluent le mieux alimenté avec un débit moyen à la confluence de 4 380 mètres cubes par seconde, ce qui […] Lire la suite

BRANTAS

  • Écrit par 
  • Jean PIWNIK
  •  • 189 mots

Fleuve de l'île de Java, la Brantas prend naissance dans les montagnes du Sud-Est, sur les flancs du Gunung Ardjuna, traverse la zone médiane des volcans et se jette ensuite dans la mer de Java. Le cours de la Brantas est remarquable par ses changements successifs de direction : elle coule d'abord selon une orientation nord-sud entre les volcans Tengger et Kelud, dans la dépression de Malang, puis […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

20 octobre 2011 Thaïlande. Graves inondations

Alors que le pays subit les pires inondations depuis un demi-siècle, Yingluck Shinawatra, Premier ministre, qui qualifie la catastrophe de « crise nationale », ordonne l'ouverture des écluses qui protégeaient jusque-là Bangkok de la masse d'eau progressivement accumulée depuis l'été du fait de la crue des fleuves en amont de la ville. Les inondations ont déjà entraîné la mort de plus de trois cent vingt personnes dans le pays et provoqué la mise à l'arrêt de milliers d'usines. […] Lire la suite

26-31 décembre 1999 France. Tempêtes meurtrières et destructrices

Trois millions quatre cent mille foyers sont privés d'électricité à la suite de la chute de pylônes ; les transports par route, chemin de fer ou air sont fortement perturbés ; des centaines de milliers d'arbres sont arrachés et de nombreuses toitures et cheminées emportées ; de nombreux fleuves et rivières entrent en crue. Le 29, le gouvernement déclare soixante départements en état de catastrophe naturelle. […] Lire la suite

15-19 mai 1991 Chine – U.R.S.S. Visite officielle du secrétaire général du P.C.C. à Moscou

Le 16, les deux pays signent un accord sur le tracé de la partie orientale de leur frontière commune qui suit le cours imprécis des fleuves Amour et Oussouri. Le 19, le communiqué final commun relève qu'il « n'existe aucun modèle universel pour promouvoir des réformes [...] nécessaires pour épanouir le potentiel du socialisme ».  […] Lire la suite

22-24 mars 1989 Bangladesh – France. Visite officielle du président Mohammed Ershad à Paris

En effet, alors que ce pays est périodiquement victime des grands fleuves qui l'arrosent et que les dernières inondations de septembre 1988 ont fait des dégâts estimés à 2,6 milliards de dollars et causé la mort de plus de mille personnes, François Mitterrand a lancé, à la fin de septembre, de la tribune des Nations unies, l'idée d'un projet international de stabilisation des fleuves du Bangladesh. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Lazare BOTOSANEANU, Pierre CARRIÈRE, « FLEUVES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/fleuves/