FLAVIUS JOSÈPHE (37-env. 100)

De Joseph, fils de Mathias, à Flavius Josephus

À sa naissance (an 1 du règne de Caligula), il reçut le prénom de Joseph et le patronyme de ben Mattithiahū (fils de Mathias), auquel il pouvait adjoindre ha-Cohen (le prêtre) puisqu'il appartenait à une très noble lignée sacerdotale. Sa première éducation fut purement centrée sur l'étude sacrée. À treize ans, il était en mesure d'interpréter les textes pour des prêtres ou des notables moins savants. En un temps où le judaïsme était divisé en trois principaux courants : sadducéen, pharicien, essénien, il s'intéressa à chacun d'eux avant d'opter pour le courant pharisien. Le séjour de trois ans qu'il fit, entre l'âge de seize et de dix-neuf ans, auprès de l'ermite Bannus semble témoigner de son goût pour la vie spirituelle.

À son retour à Jérusalem, le jeune Joseph fut sans doute vite repris par son milieu aristocratique puisqu'il fut, à l'âge de vingt-six ans, chargé d'une mission diplomatique à Rome : celle d'y faire libérer des prêtres emprisonnés par Néron. Il y parvient grâce à l'appui de l'impératrice Poppée, qui était peut-être judaïsante. La Judée, qui avait perdu son indépendance en l'an 6, était alors gouvernée par des procurateurs romains cruels et sans scrupules. Elle finit par se révolter contre Rome en l'an 66, et Joseph, fils de Mathias, accepta alors le commandement de la Galilée. Sa conduite ambiguë suscita la nomination d'une commission d'enquête contre lui, mais il sut toujours retourner l'opinion en sa faveur. Quand enfin, en juillet 67, il dut affronter le général romain Vespasien, il résista par divers stratagèmes dans la citadelle de Jotapata. Réfugié dans une grotte avec quarante notables, il échappa au suicide collectif décidé par ceux-ci et se rendit à Vespasien auquel il prédit l'Empire. Cette prédiction devait se réaliser deux ans plus tard, quand Vespasien, au terme de la guerre civile qui ensanglanta Rome, fut élu empereur par ses troupes. Le prisonnier Joseph, fils de Mathias, fut alors affranchi et reçut le nom gentilice de son protecteur Flavius en gardant J[...]


pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

  • : docteur d'État, professeur à l'Institut national des langues et civilisations orientales

Classification


Autres références

«  FLAVIUS JOSÈPHE (37-env. 100)  » est également traité dans :

BIBLE - L'inspiration biblique

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 4 579 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les sources de la doctrine de l'inspiration »  : […] de langue grecque, ainsi le livre III des Oracles sybillins. Quant à Flavius Josèphe, grand praticien des Écritures juives, il est paradoxalement avare de mots et de discours s'agissant de l'inspiration. Il rompt cependant une fois son silence, d'une façon intéressante. À la suite des auteurs grecs de l'âge classique, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bible-l-inspiration-biblique/#i_21144

DESTRUCTION DE JÉRUSALEM PAR TITUS

  • Écrit par 
  • Gérard NAHON
  •  • 190 mots
  •  • 1 média

Depuis — 63 sous domination romaine, Israël fomente plusieurs révoltes. En 66, sous Néron, éclate une insurrection qui défait la XIIe légion de Cestius Gallus, gouverneur de Syrie. Un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/destruction-de-jerusalem-par-titus/#i_21144

JEAN DE GISCALA (Ier s.)

  • Écrit par 
  • Gérard NAHON
  •  • 457 mots

Un des chefs de la guerre des Juifs contre les Romains (66-70). Son action n'est connue que par ce qu'en relate son adversaire Flavius Josèphe dans La Guerre des Juifs et dans l'Autobiographie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-de-giscala/#i_21144

JUDAÏSME - Histoire des Hébreux

  • Écrit par 
  • Gérard NAHON
  •  • 11 036 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La civilisation juive »  : […] travers les livres bibliques, le Nouveau Testament, les écrits de Flavius Josèphe et l'enseignement oral, le peuple intervient constamment, prend parti, fait et défait les pouvoirs, les remet toujours en question. Ainsi, dans son autobiographie, Flavius Josèphe relate-t-il les multiples assemblées tenues dans les marchés ou les synagogues pour […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/judaisme-histoire-des-hebreux/#i_21144

JUDAÏSME - L'art juif

  • Écrit par 
  • Gabrielle SED-RAJNA
  •  • 6 858 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Le second Temple »  : […] Jusqu'à l'époque contemporaine, le second Temple n'était connu que par des sources écrites, principalement les descriptions qu'en donne Flavius Josèphe, l'historien juif, dans sa fresque historique Antiquités judaïques (xv, paragr. 380-402 et 410-425). Les fouilles, entreprises depuis les années 1950, en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/judaisme-l-art-juif/#i_21144

JUSTE DE TIBÉRIADE (fin Ier-déb. IIe s.)

  • Écrit par 
  • Marguerite JOUHET
  •  • 294 mots

Historien juif que nous ne connaissons que par un écrit rédigé expressément contre lui : l'Autobiographie (Vita) de son rival Flavius Josèphe. Juste, fils de Pistus, fut l'un des chefs du soulèvement galiléen contre les Romains durant la guerre juive de 66-70 : « Il brûlait de voir une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/juste-de-tiberiade/#i_21144

MACCABÉES IVe LIVRE DES

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 501 mots

Ouvrage apocryphe, qui fut d'abord intitulé « La Souveraineté de la raison », et ne fut pas inclus dans le canon hébreu mais figure dans certains manuscrits, grecs ou latins, de la Bible chrétienne. Il s'agit d'un traité philosophique développant le thème selon lequel l'obéissance à une loi religieuse permet un contrôle de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ive-livre-des-maccabees/#i_21144

ROME ET EMPIRE ROMAIN - Le Haut-Empire

  • Écrit par 
  • Yann LE BOHEC, 
  • Paul PETIT
  •  • 35 200 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Les sensibilités : lettres, arts et religions »  : […] L'équilibre entre l'Orient et l'Occident se rétablit sous les Flaviens. En grec, il faut d'abord citer l'œuvre de Flavius Josèphe. Noble juif, il fut un des chefs de la révolte de 66 ; pris par les Romains, il comprit que l'insurrection de son peuple ne pouvait réussir, et il se rangea dans le camp des vainqueurs auxquels il essaya de prouver l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rome-et-empire-romain-le-haut-empire/#i_21144

Voir aussi

Pour citer l’article

Mireille HADAS-LEBEL, « FLAVIUS JOSÈPHE (37-env. 100) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 septembre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/flavius-josephe/