FLAVIUS JOSÈPHE (37-env. 100)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

De Joseph, fils de Mathias, à Flavius Josephus

À sa naissance (an 1 du règne de Caligula), il reçut le prénom de Joseph et le patronyme de ben Mattithiahū (fils de Mathias), auquel il pouvait adjoindre ha-Cohen (le prêtre) puisqu'il appartenait à une très noble lignée sacerdotale. Sa première éducation fut purement centrée sur l'étude sacrée. À treize ans, il était en mesure d'interpréter les textes pour des prêtres ou des notables moins savants. En un temps où le judaïsme était divisé en trois principaux courants : sadducéen, pharicien, essénien, il s'intéressa à chacun d'eux avant d'opter pour le courant pharisien. Le séjour de trois ans qu'il fit, entre l'âge de seize et de dix-neuf ans, auprès de l'ermite Bannus semble témoigner de son goût pour la vie spirituelle.

À son retour à Jérusalem, le jeune Joseph fut sans doute vite repris par son milieu aristocratique puisqu'il fut, à l'âge de vingt-six ans, chargé d'une mission diplomatique à Rome : celle d'y faire libérer des prêtres emprisonnés par Néron. Il y parvient grâce à l'appui de l'impératrice Poppée, qui était peut-être judaïsante. La Judée, qui avait perdu son indépendance en l'an 6, était alors gouvernée par des procurateurs romains cruels et sans scrupules. Elle finit par se révolter contre Rome en l'an 66, et Joseph, fils de Mathias, accepta alors le commandement de la Galilée. Sa conduite ambiguë suscita la nomination d'une commission d'enquête contre lui, mais il sut toujours retourner l'opinion en sa faveur. Quand enfin, en juillet 67, il dut affronter le général romain Vespasien, il résista par divers stratagèmes dans la citadelle de Jotapata. Réfugié dans une grotte avec quarante notables, il échappa au suicide collectif décidé par ceux-ci et se rendit à Vespasien auquel il prédit l'Empire. Cette prédiction devait se réaliser deux ans plus tard, quand Vespasien, au terme de la guerre civile qui ensanglanta Rome, fut élu empereur par ses troupes. [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : docteur d'État, professeur à l'Institut national des langues et civilisations orientales

Classification

Autres références

«  FLAVIUS JOSÈPHE (37-env. 100)  » est également traité dans :

TERRE ÂGE DE LA

  • Écrit par 
  • Pascal RICHET
  •  • 5 139 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La chronologie : une préoccupation chrétienne »  : […] Accepté au Moyen Âge aussi bien à Byzance que dans le monde musulman et en Occident, le petit univers d’Aristote centré sur la Terre ne fut pas remis en cause pendant près de deux millénaires. L’éternité du monde fut en revanche vite contestée par les chrétiens parce qu’elle contredisait clairement le tableau biblique de la Création minutieusement brossé par la Genèse. Pour les tout premiers chrét […] Lire la suite

BIBLE - L'inspiration biblique

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 4 573 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les sources de la doctrine de l'inspiration »  : […] Dans le monde antique, oriental et grec, on croyait volontiers que des révélations divines étaient transmises aux hommes par des personnages inspirés. L'enracinement culturel le plus ancien de la doctrine, juive puis spécifiquement chrétienne, de l'Écriture, est à chercher dans cette Antiquité lointaine. L'Égypte ancienne, déjà, attribuait ses « saintes écritures » au dieu écrivain ou scribe Thot, […] Lire la suite

DESTRUCTION DE JÉRUSALEM PAR TITUS

  • Écrit par 
  • Gérard NAHON
  •  • 190 mots
  •  • 1 média

Depuis — 63 sous domination romaine, Israël fomente plusieurs révoltes. En 66, sous Néron, éclate une insurrection qui défait la XII e  légion de Cestius Gallus, gouverneur de Syrie. Un gouvernement à majorité pharisienne se constitue à Jérusalem, renversé par les zélotes Siméon bar Giora et Jean de Giscala. Néron dépêche Vespasien et les V e et X e  légions. La prise des places fortes lui ouvre […] Lire la suite

JEAN DE GISCALA (Ier s.)

  • Écrit par 
  • Gérard NAHON
  •  • 457 mots

Un des chefs de la guerre des Juifs contre les Romains (66-70). Son action n'est connue que par ce qu'en relate son adversaire Flavius Josèphe dans La Guerre des Juifs et dans l' Autobiographie . Natif de Giscala en Galilée (aujourd'hui al-Jish), Jean est d'abord partisan de la soumission à Rome, jusqu'à la destruction de Giscala par les Tyriens et les Gadariens. Il adopte dès lors une attitude d […] Lire la suite

JUDAÏSME - Histoire des Hébreux

  • Écrit par 
  • Gérard NAHON
  •  • 11 020 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La civilisation juive »  : […] La civilisation juive trouve sa meilleure expression en terre d'Israël, mais la communauté de la Diaspora, à Rome, en Grèce ou chez les Parthes, en fournit une sorte de microcosme. Toute définition en cette matière est contestable : en effet, non seulement les Juifs ont survécu à l'Antiquité, mais encore leur mode de vie et de pensée est demeuré vivant. La racine de cette culture est la révélatio […] Lire la suite

JUDAÏSME - L'art juif

  • Écrit par 
  • Gabrielle SED-RAJNA
  •  • 6 855 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le second Temple »  : […] L'essor du nouvel Empire perse mit fin à l'exil du peuple juif. En 538, Cyrus II, ayant conquis Babylone, autorisa les Juifs à rentrer en Judée et à reconstruire le Temple. Le compte rendu des travaux (Esdras, v-vi) ne donne aucune information concernant l'aspect du nouvel édifice. On suppose qu'il était beaucoup plus modeste que celui qu'il devait remplacer. L'inauguration du culte eut lieu en l […] Lire la suite

JUSTE DE TIBÉRIADE (fin Ier-déb. IIe s.)

  • Écrit par 
  • Marguerite JOUHET
  •  • 294 mots

Historien juif que nous ne connaissons que par un écrit rédigé expressément contre lui : l' Autobiographie ( Vita ) de son rival Flavius Josèphe. Juste, fils de Pistus, fut l'un des chefs du soulèvement galiléen contre les Romains durant la guerre juive de 66-70 : « Il brûlait de voir une révolution, car il se flattait qu'un changement de régime lui fournirait l'occasion d'acquérir le pouvoir », […] Lire la suite

MACCABÉES IVe LIVRE DES

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 501 mots

Ouvrage apocryphe, qui fut d'abord intitulé « La Souveraineté de la raison », et ne fut pas inclus dans le canon hébreu mais figure dans certains manuscrits, grecs ou latins, de la Bible chrétienne. Il s'agit d'un traité philosophique développant le thème selon lequel l'obéissance à une loi religieuse permet un contrôle de la raison sur les émotions. Il fait l'éloge des martyrs mentionnés dans II  […] Lire la suite

NABATÉENS

  • Écrit par 
  • Laïla NEHMÉ
  •  • 6 763 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les Nabatéens, des Arabes »  : […] Les sources antiques désignent les Nabatéens comme des Arabes. C’est le cas de Diodore de Sicile qui, au i er  siècle av. J.-C., décrit les Nabatéens à des époques plus anciennes, notamment à la fin du iv e  siècle, où ils seraient déjà considérés comme les Arabes les plus riches du désert ( Bibliothèque Historique , xix , 94-100). Au ii e  siècle, toujours d’après Diodore ( iii , 43, 4-5), « les […] Lire la suite

ROME ET EMPIRE ROMAIN - Le Haut-Empire

  • Écrit par 
  • Yann LE BOHEC, 
  • Paul PETIT
  •  • 35 194 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Les sensibilités : lettres, arts et religions »  : […] Que le Haut-Empire ait été une grande époque dans l'histoire de l'humanité, nous en avons des preuves : en est une la mesure manifestée par les hommes de ce temps pour exprimer leurs sensibilités ; mais il y a aussi la puissance : dans tous les domaines de la vie intellectuelle et artistique, la production se caractérisa par son abondance. Il ne saurait être question d'aborder ici la littérature i […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Mireille HADAS-LEBEL, « FLAVIUS JOSÈPHE (37-env. 100) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/flavius-josephe/