FILARIOSES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La dracunculose

Avec la dracunculose, la maladie prend un tout autre aspect et ne fait pas intervenir d'insecte vecteur. La dracunculose, appelée aussi filaire de Médine ou ver de Guinée, a été décrite d'abord en Arabie, puis retrouvée en de nombreux pays tropicaux d'Afrique, d'Asie et même d'Amérique.

La contamination s'effectue par ingestion d'eau polluée, renfermant de minuscules crustacés, les Cyclops, infestés de larves filariennes.

Un ver femelle bourré d'embryons, filiforme et dont la longueur peut atteindre le mètre, se développe en neuf à douze mois. Il se localise neuf fois sur dix dans une jambe et perce les téguments. Au fond de l'ulcération ainsi formée, on peut voir une petite partie du corps de l'animal sous forme d'un cordon blanchâtre ; au contact de l'eau, elle forme une sorte de hernie qui se rompt et libère des milliers de microfilaires. Ces larves vont être avalées par les Cyclops, dans le corps desquels elles vont achever leur développement jusqu'à leur stade infestant.

Des accidents locaux, d'ordre allergique et infectieux, sont la rançon de la présence de ce long ver sous la peau ; aussi, pour extraire la filaire, les habitants des pays infestés l'enroulent un peu plus chaque jour autour d'une baguette. Cette extraction est facilitée par injection locale d'antiseptiques ou d'anesthésiques, au besoin elle peut être chirurgicale.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : professeur agrégé du Val-de-Grâce, médecin général inspecteur, directeur général du service de santé de la première région militaire

Classification


Autres références

«  FILARIOSES  » est également traité dans :

PARASITOLOGIE ET MALADIES PARASITAIRES

  • Écrit par 
  • Yves GOLVAN
  • , Universalis
  •  • 8 215 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Helminthiases dues à des Nématodes »  : […] – Affections transmises par des vecteurs (filarioses). Selon la localisation de la filaire adulte dans l'organisme, on distingue, d'une part, des filarioses cutanées : l'onchocercose transmise par les simulies, et redoutable par ses complications oculaires aboutissant souvent à la cécité totale et définitive (maladie de Robles en Amérique centrale) ; la loase, maladie de l'ouest de l'Afrique cent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/parasitologie-et-maladies-parasitaires/#i_10459

PRIX NOBEL DE PHYSIOLOGIE OU MÉDECINE 2015

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 818 mots
  •  • 3 médias

Le prix Nobel de physiologie ou médecine a été décerné à William C. Campbell , Satoshi Ōmura et Youyou Tu pour leurs travaux sur les maladies parasitaires, qui ont permis le développement de nouveaux traitements. Environ trois milliards et demi d’humains vivent dans des zones géographiques où le paludisme est une maladie répandue. Dans ces mêmes aires, ou à leur proximité, existent d’autres mala […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/prix-nobel-de-physiologie-ou-medecine-2015/#i_10459

Voir aussi

Pour citer l’article

Robert DURIEZ, « FILARIOSES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/filarioses/