FIGURATION, paléolithique et néolithique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Pourquoi des femmes nues ?

Quant aux représentations humaines, la plus ancienne connue est la « Vénus » de Hohle Fels (Jura souabe), une statuette féminine en ivoire de mammouth, haute de six centimètres et dotée d’un sexe et de seins démesurés. Elle comporte à la place de la tête un petit anneau destiné à la suspension. À peu de distance ont été découverts des fragments de flûtes en os de vautour, les plus anciens instruments de musique connus, si l’on excepte la flûte supposée néandertalienne, mais controversée, de la grotte de Divje Babe (Slovénie). D’une autre grotte souabe provient la statuette en ivoire d’une trentaine de centimètres de l’abri Stadel, à Hohlenstein, un corps vraisemblablement féminin mais surmonté d’une tête de lionne. Dans la grotte Chauvet, la seule représentation humaine, sur une excroissance de la paroi qu’on pourrait trouver de forme phallique, est un bas-ventre féminin peint en noir, qui ne comporte que le triangle pubien, la vulve et le haut des cuisses. Ce bas-ventre est surmonté d’une tête de bison – animal « féminin » au temps de Lascaux, d’après André Leroi-Gourhan. Juste à gauche se déploient l’encolure et la tête d’une lionne. Dans le reste de la grotte, outre des mains positives et négatives, toutes en ocre rouge, on trouve également cinq triangles pubiens gravés, et un autre peint en noir.

« Vénus » de Hohle Fels (Allemagne)

Photographie : « Vénus » de Hohle Fels (Allemagne)

Cette figurine en ivoire découverte en 2008 dans le Jura souabe est la plus ancienne connue, datée entre – 35 000 et – 31 000 ans, soit la période de l'Aurignacien. L'anneau remplaçant la tête de la statuette permettait de la porter comme pendentif. 

Crédits : H. Jensen/ Universitat Tubingen/ Rex Features/ SIPA

Afficher

Toutes les manifestations esthétiques que nous venons d’aborder se déroulent durant la première période du Paléolithique supérieur en Europe, marquée par l’arrivée d’Homo sapiens et appelée Aurignacien, du nom d’une grotte de la Haute-Garonne. Elle dure de 39 000 à 29 000 ans environ avant notre ère. Elle est suivie par le Gravettien, du nom de l’abri de La Gravette à Bayac en Dordogne, qui s’étend de – 29000 à – 20000 environ. Les œuvres pariétales connues pour cette seconde période sont beaucoup plus rudimentaires et, avant la datation de la grotte Chauvet, on avait tendance à y placer les premiers développements de l’art, après des balbutiements aurignaciens. Depuis, sous réserve de nouvelles découvertes, il paraît probable que la trajectoire de l’art paléolithique n’ait pas été linéaire mais ait beaucoup varié au cours du temps, même si les conventions graphiques sont restées les mêmes : presque uniquement des animaux, représentés de profil, flottants et non intégrés dans un paysage, et sans scènes narratives, à de rares exceptions.

En revanche, la période gravettienne est réputée pour ses quelque deux cents « Vénus », figurines féminines nues aux formes opulentes, d’un style très différent de celle de Hohle Fels, mais construites suivant un canon identique du Périgord jusqu’à l’Ukraine, qu’elles soient en ivoire pour la plupart, mais aussi en pierre (comme à Willendorf en Autriche), en argile cuite (comme à Dolní Vĕstonice en Tchéquie, le plus vieil objet en cette matière), ou même représentées en bas-relief et peintes en rouge, comme à Laussel en Dordogne. Un autre trait caractéristique est, à de très rares exceptions près (comme la célèbre Dame à la capuche de Brassempouy, fragment de figurine en ivoire dont on ne connaît pas le corps), qu’elles n’ont pas de visage, que leur tête soit lisse ou même recouverte d’une résille, comme à Willendorf. L’uniformité de leur canon de construction, bien mis en valeur par André Leroi-Gourhan, confirme les relations culturelles qui unissaient de proche en proche ces petits groupes de chasseurs-cueilleurs sur des milliers de kilomètres. Elle montre aussi qu’il ne s’agissait pas de représentations individuelles, mais de figures codées.

Pourquoi, dès les premières représentations aurignaciennes, puis pendant le Gravettien et au-delà, cette fixation sur le corps féminin érotisé et sans visage, parfois même réduit, sur les parois des grottes, à la simple représentation d’une vulve plus ou moins stylisée ? Chez tous les primates et plus généralement les mammifères, la sexualité est interrompue cycliquement par les moments où les femelles ne sont plus réceptives. À cet égard, la femme représente la seule exception. Cette possibilité continue d’accouplement, si elle présente des avantages pour les individus, est aussi un facteur de tension. Les plus vieux textes connus nous le confirment, tel l’Iliade, qui commence par une infraction sexuelle, l’enlèvement d’Hélè [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Médias de l’article

Félins et rhinocéros, Caverne du Pont d’Arc

Félins et rhinocéros, Caverne du Pont d’Arc
Crédits : Patrick Aventurier/ Getty Images

photographie

Aurochs et chevaux, Lascaux

Aurochs et chevaux, Lascaux
Crédits : Fine Art Images/ Heritage Images/ Getty Images

photographie

« Vénus » de Hohle Fels (Allemagne)

« Vénus » de Hohle Fels (Allemagne)
Crédits : H. Jensen/ Universitat Tubingen/ Rex Features/ SIPA

photographie

Galet sculpté de Lepenski Vir (Serbie)

Galet sculpté de Lepenski Vir (Serbie)
Crédits : Erich Lessing/ AKG-images

photographie

Afficher les 6 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur émérite à l'université Paris-I-Panthéon-Sorbonne et à l'Institut universitaire de France

Classification

Autres références

«  FIGURATION, paléolithique et néolithique  » est également traité dans :

FIGURATIF ART

  • Écrit par 
  • Jacques GUILLERME
  •  • 2 888 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Fonction sociale de l'art figuratif »  : […] Les images anthropocentriques de l'univers sont des anamorphoses de la structuration sociale. Cette relation se dévoile en premier lieu dans les circonstances de société où l'homme est à la fois ordonnateur et support de la figuration. « Le rapport des individus figurants à la matière figurée est moins important, écrit A. Leroi-Gourhan, que les valeurs communes entre figurants et spectateurs, qui […] Lire la suite

GÖBEKLI TEPE, site archéologique

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE
  •  • 2 642 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Un bestiaire de chasseurs »  : […] Les constructions circulaires ou légèrement ovales qui ont déjà été fouillées sont désignées par des lettres . La construction A comprend six piliers déjà dégagés, la construction B neuf, la C dix-huit et, enfin, la D treize. Il est à noter que la faune sauvage consommée, dont des ossements ont été retrouvés sur le site – gazelles, bovidés et onagres –, n’est que très rarement représentée sur les […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Paul DEMOULE, « FIGURATION, paléolithique et néolithique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 avril 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/figuration-paleolithique-et-neolithique/