MAYARO FIÈVRE ET VIRUS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le passage à un cycle urbain ?

En 2017, la maladie a peu de conséquences mais, du fait de la rareté des cas, la véritable pathogénicité du virus reste mal définie et ne pourrait être connue que si une épidémie étendue intervenait. C’est ce qui s’est passé pour le virus Zika et l’observation de cas de microcéphalie qui n’avaient pas été notés auparavant. La crainte est le passage d’un cycle sylvatique, responsable de petites épidémies locales affectant au plus quelques dizaines de personnes et des visiteurs de passage, à un cycle de type urbain (homme-moustique-homme), qui pourrait produire des épisodes épidémiques beaucoup plus amples, comme pour la dengue et le chikungunya. Néanmoins, on ne passe pas si facilement du cycle sylvestre d’un virus ou d’un parasite à un cycle urbain dans lequel le réservoir du pathogène est devenu principalement l’homme et le vecteur un insecte ayant un fort tropisme envers l’homme. Cependant, ce passage existe et peut se mettre en place à tout moment si les circonstances lui sont favorables (forte densité humaine infectée et vecteur anthropophile). Le virus a d’ailleurs été observé dans deux villes brésiliennes au moins, dont Manaus en 2008, mais ne semble pas avoir persisté dans le temps.

Les poussées épidémiques notées au Brésil, en Bolivie, en Colombie et au Venezuela ne sont pas vraiment sorties d’un cadre local. Il est possible que ce relatif confinement appartienne en fait déjà au passé. Au cours de l’été 2016, un cas de fièvre Mayaro a en effet été observé à Haïti. Il semble qu’il s’agisse d’un cas autochtone, par opposition aux cas d’importation assez fréquemment observés chez les voyageurs. En outre, selon les centres pour le contrôle et la prévention des maladies (Centers for Disease Control and Prevention, CDC) d’Atlanta, le virus est différent du virus brésilien et pourrait être issu de la recombinaison de plusieurs souches virales ou encore de la recombinaison avec un autre alphavirus local. Le cas d’Haïti a été précédé par bien d’autres, au Mexique par exemple, qui traduisent la progression discrète du virus hors de son aire de distribution « originelle ». S’agit-il de signes annonciateurs du début d’une extension épidémique ? C’est la crainte manifestée par les autorités péruviennes en 2017 et cela traduit, en tout cas, l’installation du virus dans ces zones géographiques. La surveillance sérologique et la désinsectisation des zones à risque sont des mesures indispensables pour éviter la mise en place d’une nouvelle maladie humaine vectorielle à transmission homme-moustique-homme. Cela s’impose d’autant plus que le virus a été retrouvé chez des Aedes, dont le moustique tigre, déjà vecteur de la dengue, de la fièvre jaune et du chikungunya, et qu’il a été démontré dès 2011 qu’Aedes egypti était capable de le transmettre.

Au-delà, il faut se demander pourquoi des virus arthritogènes, autrefois confinés à l’Afrique, à l’Asie ou à l’Amazonie, ont rapidement envahi plusieurs continents, passant ainsi d’un caractère sporadique à un stade pandémique. La possible extension de l’aire de distribution du virus Mayaro survient juste après l’épidémie inattendue de virus Zika, qui a elle-même suivi celle de la dengue et du chikungunya. C’est une source d’inquiétude pour les autorités sanitaires, d’autant que d’autres virus menacent de suivre le même chemin, comme ceux de l’encéphalite équine vénézuélienne et le virus Oropouche. Ce dernier virus, découvert en 1955, est un orthobunyavirus, transmis par un moucheron de type Culicides mais aussi par des moustiques ordinaires. Il provoque une maladie semblable aux autres fièvres dues à des virus arthritogènes, mais des cas datés de 2017 survenus au centre du Brésil montrent une aggravation de certains vers une méningite. Tout cela est d’autant plus inquiétant que le virus tend désormais à s’établir dans de grandes villes ; cela n’est pas prouvé, mais semble vraisemblable. Tout converge vers la multifactorialité, l’association de plusieurs causes comprenant l’apparition de variants pathogènes et de variants adaptés à des vecteurs différents, l’augmentation des voyages – l’épidémie de virus Zika a été amplifiée par le Mondial de football –, les changements dans les pratiques agricoles (destruction de la forêt et établissement de populations sur ces sites) et, enfin, une urbanisation galopante souvent dans des conditions s [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Médias de l’article

Extension géographique du virus Mayaro

Extension géographique du virus Mayaro
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Les douleurs articulaires de la fièvre Mayaro

Les douleurs articulaires de la fièvre Mayaro
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : chercheur en histoire des sciences, université Paris-VII-Denis-Diderot, ancien chef de service à l'Institut Pasteur

Classification

Autres références

«  MAYARO FIÈVRE ET VIRUS  » est également traité dans :

MALADIES INFECTIEUSES ÉMERGENTES

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 8 022 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les chauves-souris, réservoirs de virus »  : […] Les chiroptères, et en particulier les espèces de chauves-souris frugivores, jouent un rôle croissant comme réservoir d’agents pathogènes alimentant l’émergence de plusieurs maladies. Si le contact contaminant direct de la chauve-souris avec l’homme est peu fréquent, en revanche, la contamination de la nourriture par l’urine et les fèces de ces animaux est susceptible de transmettre divers agents […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Gabriel GACHELIN, « MAYARO FIÈVRE ET VIRUS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/fievre-et-virus-mayaro/