FIÈVRE APHTEUSE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Caractères et transmission de la maladie

Symptômes : deux catégories de mots servent à désigner cette maladie. Un premier groupe d'origine latine : fièvre aphteuse (français), fiebre aftosa (espagnol), afta epizootica (italien) rappelle la vésicule spécifique ; un autre groupe, d'origine anglo-saxonne, évoque les lieux d'apparition de ces aphtes : foot and mouth disease (anglais), Maul-und Klauenseuche (allemand).

En effet, la maladie se caractérise par une fièvre suivie de l'apparition de vésicules sur les muqueuses de la bouche, sur la peau autour et entre les onglons. Chez les bovins, les aphtes se trouvent surtout sur la langue et les pieds. Dans le cas des vaches laitières, on les rencontre aussi sur les mamelles et les pis ; des lésions macroscopiques apparaissent sur la panse et le cœur. Chez le porc, les vésicules affectent le groin et les pieds, tandis que, chez le mouton et la chèvre, seules les lésions des onglons sont symptomatiques. Cette maladie est relativement bénigne (5 p. 100 de mortalité), excepté chez les jeunes où elle est généralement mortelle et chez les femelles gestantes dont elle provoque l'avortement.

Transmission : la fièvre aphteuse est une maladie extrêmement contagieuse. La source majeure de contamination est constituée par les animaux malades : l'excrétion commence un à quelques jours avant les premiers symptômes. Elle est intense par les lésions qui sont superficielles et très riches en virus. La virémie est accompagnée d’une virulence des sécrétions et des excrétions.

Par ailleurs, l'excrétion par voie aérienne est considérable, notamment chez le porc : un porc en phase aiguë de la maladie peut excréter par voie aérienne en une minute suffisamment de virus pour contaminer 70 000 bovins !

Durant la conservation normale à 4 0C des carcasses des animaux destinés à la boucherie, le pH du tissu musculaire descend à 5,5, entraînant la destruction rapide du virus. Il demeure infectieux pendant de nombreux mois dans la moelle et les ganglions.

Les animaux guéris peuve [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Écrit par :

  • : docteur ès sciences, directeur adjoint de la Station de virologie et d'immunologie de l'Institut national de la recherche agronomique (I.N.R.A.)
  • : professeur émérite, École nationale vétérinaire d'Alfort

Classification


Autres références

«  FIÈVRE APHTEUSE  » est également traité dans :

ÉPIZOOTIES

  • Écrit par 
  • Bernard TOMA
  •  • 4 168 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Propriétés de l'agent pathogène »  : […] Les épizooties sont en général des maladies aiguës, à incubation courte. Le premier facteur favorisant réside dans la brièveté de l'incubation (parfois de deux à trois jours seulement). Un organisme réceptif devient ainsi source de l'agent pathogène peu de temps après sa contamination et, par conséquent, un développement exponentiel de la maladie en un court laps de temps est favorisé. A contrario […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/epizooties/#i_11618

VIROSES ANIMALES

  • Écrit par 
  • Jacqueline VIRAT
  •  • 2 576 mots

Dans le chapitre « Viroses bovines »  : […] Les viroses bovines ont été longtemps dominées par la fièvre aphteuse et la peste bovine. Un rotavirus, identique en sa structure immunologique à celui de l'homme, provoque chez le veau des affections diarrhéiques. La fièvre aphteuse est une maladie éruptive rarement mortelle, mais dont les conséquences économiques sont graves. Elle est provoquée par un rhinovirus. En France, la vaccination est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/viroses-animales/#i_11618

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques LAPORTE, Bernard TOMA, « FIÈVRE APHTEUSE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/fievre-aphteuse/