FEUILLE, botanique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le polymorphisme foliaire

D'une espèce à l'autre, la feuille se révèle particulièrement polymorphe, d'où un foisonnement de termes (plusieurs centaines) utilisés pour traduire cette diversité extrême. Cependant, dans cette abondance de formes, on peut reconnaître deux grands types : les feuilles simples et les feuilles composées.

Éléments constitutifs de la feuille

Dessin : Éléments constitutifs de la feuille

Dessin

Les éléments constitutifs de la feuille. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Feuilles simples et feuilles composées

Au maximum de complication, une feuille simple est constituée d'une lame mince parcourue par des nervures, le limbe, et d'un pétiole étroit s'élargissant en une gaine basale porteuse de deux stipules latérales. Si la feuille est composée, le limbe est constitué de plusieurs folioles insérées sur le prolongement du pétiole, ou rachis, par des pétiolules à la base desquels sont placées de minuscules stipelles. Aucune confusion n'est possible entre limbe de feuille simple et foliole, si l'on a soin de rechercher le bourgeon axillaire dont la place est toujours à la base du pétiole, alors que les aisselles des pétiolules sont toujours vides.

Feuille, détail

Photographie : Feuille, détail

Photographie

Le limbe de très nombreux types de feuilles est parcouru par des nervures primaires, secondaires et tertiaires qui forment un réseau très dense permettant la circulation des composés nutritifs et de la sève. 

Crédits : Charles Krebs/ The Image Bank/ Getty Images

Afficher

Feuille composée

Photographie : Feuille composée

Photographie

Malgré son nom de trèfle à quatre feuilles, il s'agit en réalité d'une feuille composée de quatre folioles au lieu de trois généralement. 

Crédits : Robin Smith/ Stone/ Getty Images

Afficher

Qu'elles soient simples ou composées, les feuilles révèlent une symétrie bilatérale, leurs parties paires (stipules, folioles latérales, pétiolules et stipelles) se distribuant régulièrement de part et d'autre d'un plan de symétrie perpendiculaire au limbe et passant par la gaine, le pétiole et le limbe pour les feuilles simples, la gaine, le pétiole, le rachis et la foliole terminale, si elle existe, pour les feuilles composées. Les parties impaires (gaine, pétiole, limbe, rachis, foliole terminale) sont partagées en une moitié gauche et une moitié droite très semblables, sinon rigoureusement superposables.

La variation des différentes parties de la feuille

Le polymorphisme foliaire se traduit de plusieurs façons. En effet, si la manifestation des caractères morphologiques des éléments constitutifs de la feuille se révèle souvent très différente, il arrive aussi que l'un (ou plusieurs) de ces éléments n'apparaissent pas.

En ce qui concerne le premier cas, il faut signaler l'extraordinaire variété de la forme du limbe, de sa consistan [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Médias de l’article

Éléments constitutifs de la feuille

Éléments constitutifs de la feuille
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Feuille, détail

Feuille, détail
Crédits : Charles Krebs/ The Image Bank/ Getty Images

photographie

Feuille composée

Feuille composée
Crédits : Robin Smith/ Stone/ Getty Images

photographie

Dionée attrape-mouche

Dionée attrape-mouche
Crédits : De Agostini/ Getty Images

photographie

Afficher les 7 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-Sud, directeur du Laboratoire de taxonomie végétale expérimentale et numérique associé au C.N.R.S.

Classification

Autres références

«  FEUILLE, botanique  » est également traité dans :

ABSORPTION VÉGÉTALE

  • Écrit par 
  • René HELLER, 
  • Jean-Pierre RONA
  •  • 4 470 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Localisation et valeurs »  : […] Chez les plantes terrestres, l'absorption de l'eau et des éléments minéraux s'effectue essentiellement au niveau des racines principales et secondaires. Les échanges entre le sol et l'appareil radiculaire sont accrus par la présence de poils absorbants qui se développent au niveau de la zone de maturation de la racine. Chaque poil, constitué d'une cellule géante très allongée, s'est différencié […] Lire la suite

ANGIOSPERMES

  • Écrit par 
  • Sophie NADOT, 
  • Hervé SAUQUET
  •  • 6 118 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Feuilles des Angiospermes »  : […] Les feuilles peuvent être simples ou composées de folioles. Dans le cas d’une feuille composée, il n’y a pas de bourgeon à l’aisselle des folioles, ce qui permet de faire la distinction entre une feuille (qui présente un bourgeon dit axillaire car situé à l’aisselle des feuilles) et une foliole. Le limbe peut être entier ou découpé plus ou moins profondément. Le bord (marge) des feuilles peut pré […] Lire la suite

AUXINES

  • Écrit par 
  • Catherine PERROT-RECHENMANN
  •  • 4 999 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Différenciation des vaisseaux conducteurs »  : […] L'auxine détermine les sites de différenciation des vaisseaux conducteurs et contribue à ce que les cellules vasculaires forment des faisceaux connectés les uns aux autres. Dans une jeune feuille, au fur et à mesure que les vaisseaux conducteurs s'organisent et se différencient, la feuille devient un puits d'auxine et le phloème nouvellement formé assure son exportation, ce qui renforce les grad […] Lire la suite

BROUILLARDS

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CHALON
  •  • 4 266 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Dépôts liquides et solides »  : […] Un dépôt de gouttelettes est souvent observé sur les objets en contact avec les brouillards. Son intensité dépend de la granulométrie des gouttelettes d’eau présentes, ainsi que de la capacité de captation des objets en question, de leur mouillabilité et de leur exposition au vent. Les feuilles de certains arbres, comme les épineux, sont des collecteurs particulièrement efficaces. On parle alors […] Lire la suite

CHLOROPHYLLES

  • Écrit par 
  • Alexis MOYSE
  •  • 3 556 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Structure et propriétés chimiques »  : […] Les chlorophylles sont les pigments verts des végétaux capables de photosynthèse. On en trouve également dans diverses bactéries qui utilisent aussi l'énergie lumineuse. Les chlorophylles les plus communes sont les chlorophylles a et b , présentes dans les chloroplastes des cellules de tous les végétaux de couleur verte : plantes à fleurs, fougères, mousses, algues vertes. Les algues brunes ( Fuc […] Lire la suite

CHLOROPLASTES

  • Écrit par 
  • Paul MAZLIAK
  •  • 875 mots

Dans les cellules chlorophylliennes des végétaux supérieurs, il existe deux modes de fixation du gaz carbonique (CO 2 ou dioxyde de carbone)  : le type de fixation en C 3 et le type en C 4 ainsi désignés en fonction du nombre d'atomes de carbone de la molécule photosynthétisée (voir plus loin). À chaque type métabolique correspondent des organites chlorophylliens (chloroplastes) structurale […] Lire la suite

CORMUS

  • Écrit par 
  • Delphine CARTIER
  •  • 395 mots

Du grec kormos (tige), le cormus caractérise les cormophytes (bryophytes, ptéridophytes et spermaphytes) dont l'appareil végétatif n'est plus un thalle, comme celui des algues et des champignons, car il est constitué de rameaux feuillés plus ou moins typiques. À ce cormus s'ajoutent souvent des racines, sauf chez tous les bryophytes, quelques ptéridophytes et spermaphytes. On connaît des cormophy […] Lire la suite

CROISSANCE, biologie

  • Écrit par 
  • André MAYRAT, 
  • Raphaël RAPPAPORT, 
  • Paul ROLLIN
  • , Universalis
  •  • 14 744 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Rythmes »  : […] Une certaine rythmicité est imposée par les conditions externes : la croissance est plus importante au printemps et en été que pendant les saisons froides. Cette alternance dans les taux de croissance se retrouve dans la structure des tissus des végétaux ligneux ; le bois « de printemps » a des vaisseaux ligneux larges, alors que ces mêmes vaisseaux sont très étroits dans le bois formé à l'autom […] Lire la suite

DÉVELOPPEMENT (biologie) - Le développement végétal

  • Écrit par 
  • Georges DUCREUX, 
  • Hervé LE GUYADER, 
  • Jean-Claude ROLAND
  •  • 19 202 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Évolution des unités caulinaires au cours du cycle de développement »  : […] Une fois le méristème caulinaire primordial mis en place au cours de l'embryogenèse, des unités successives morphologiquement identiques mais physiologiquement différentes sont construites. Au cours de la germination, on observe généralement la mise en place de feuilles à morphologie simplifiée, les feuilles juvéniles. Cette phase est plus ou moins étalée suivant l'espèce considérée. Les portions […] Lire la suite

EMBRYOPHYTES ou CORMOPHYTES ou ARCHÉGONIATES

  • Écrit par 
  • Jean-Yves DUBUISSON, 
  • Sabine HENNEQUIN
  •  • 3 239 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Diversité morphologique des Embryophytes »  : […] Les Embryophytes sont morphologiquement très diversifiées, avec un appareil végétatif allant du thalle (dépourvu de tige et de feuille) le plus simple au cormus complet (comprenant tige, feuille et racine) et à architecture complexe, avec une taille ne dépassant pas quelques millimètres (quelques Hépatiques, certaines lentilles d’eau…) ou formant des arbres dépassant les cent mètres de hauteur (c […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Robert GORENFLOT, « FEUILLE, botanique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/feuille-botanique/