FERTILITÉ DES SOLS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Facteurs fonciers

Les facteurs fonciers sont de deux ordres. Les uns relèvent du climat. Il s'agit d'abord de la radiation globale qui procure aux plantes l'énergie lumineuse dont elles ont besoin et qui varie avec la latitude, l'altitude, l'exposition ; ensuite, d'autres facteurs atmosphériques, tels que le taux de gaz carbonique, le degré hygrométrique, les vents, la température, qui commandent les échanges gazeux de la plante et finalement son métabolisme (photosynthèse, transpiration, absorption hydrique et minérale) ; enfin, la pluviosité, considérée dans sa répartition saisonnière plus encore que dans son volume annuel.

Ces facteurs sont, en effet, pour la plupart difficilement maîtrisables par l'homme, qui n'en tente pas moins, çà et là en plein champ, des actions limitées : réchauffement de l'atmosphère dans la lutte contre le gel des cultures fruitières ou maraîchères ; installation de brise-vent pour réduire le pouvoir évaporant et réaliser ainsi une économie dans la consommation d'eau ; nébulisations hydriques à haute fréquence tentées dans le même but (en ex-U.R.S.S.) sur des cultures à revenu brut élevé (thé). Seule l'irrigation, qui occupe une position charnière déjà évoquée entre les facteurs fonciers et les facteurs techniques, constitue une pratique confirmée depuis les âges les plus reculés de l'agriculture, notamment sur le Croissant fertile, en Chine et en Europe occidentale.

En revanche, sur certains espaces, encore très limités il est vrai, l'homme est parvenu à maîtriser à peu près complètement ces facteurs atmosphériques, en construisant des serres chauffées dont on peut dire qu'elles représentent le maximum de « fertilité climatique », bien que cette terminologie ne soit guère usitée.

Les autres facteurs fonciers relèvent du sol, ou plutôt du profil pédologique, c'est-à-dire de l'ensemble sol et substratum. Il s'agit, en premier lieu, du volume exploitable par les racines, avec ses qualités intrinsèques de capacité pour l'air et pour l'eau qui conditionnent la circulation hydrique, ces caractères physiques étant liés à la texture et à la structure des divers horizons du profil, dont il faut exclure les niveaux supérieurs soumis à l'action de l'homme (façons culturales et amendements).

Comme le prouvent les résultats figurant au tableau, la nature du substratum constitue également un facteur de production dont l'importance relative est fonction du climat et des caractères du sol. Ainsi, sous le climat semi-continental des plaines intérieures du Massif central français, en modifiant le volume des réserves hydriques disponibles pour la culture, la substitution d'un substratum marneux imperméable à un substratum grossier perméable a permis de plus que doubler le rendement en grain d'un blé d'hiver cultivé cependant sur un sol argileux (45 p. 100) et profond.

Fertilité des sols : influence du substratum

Tableau : Fertilité des sols : influence du substratum

Influence de la nature du substratum sur le rendement d'une culture (d'après D. Collier et L. Gachon). 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Cet exemple illustre les relations d'interdépendance qui existent généralement entre le sol et le climat, qui contribuent, l'un et l'autre, à exprimer la fertilité foncière du milieu géographique.

Cependant, là encore, certains des caractères « fonciers » du sol n'échappent pas totalement à l'emprise humaine. Depuis longtemps, l'agriculteur a mis en œuvre des opérations d'assainissement et de drainage des terres pour combattre les phénomènes d'asphyxie liés aux excès d'eau. De même, les travaux de défoncement, de dérochement, de sous-solage n'ont d'autre but que d'améliorer de façon durable, sinon définitive, la profondeur du profil cultural et, par conséquent, la fertilité du sol.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Médias de l’article

Fertilité des sols : influence du substratum

Fertilité des sols : influence du substratum
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Fertilité des sols : rotation et restitution organiques

Fertilité des sols : rotation et restitution organiques
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : ingénieur agronome, docteur ès sciences, directeur de recherche, chef du département d'agronomie de l'Institut national de la recherche agronomique

Classification

Autres références

«  FERTILITÉ DES SOLS  » est également traité dans :

AGRICULTURE - Histoire des agricultures jusqu'au XIXe siècle

  • Écrit par 
  • Marcel MAZOYER, 
  • Laurence ROUDART
  •  • 6 078 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les cultures avec jachère et élevage associé de l'Antiquité »  : […] Sur les terres cultivées, les céréales d'hiver (blé, orge, seigle...), qui duraient environ neuf mois (de novembre à juillet), alternaient en général avec une friche herbeuse de quinze mois, la jachère, formant ainsi une rotation biennale. Pour renouveler la fertilité de ces terres, les animaux, pâturant le jour dans les zones herbeuses environnantes, étaient parqués toutes les nuits durant qu […] Lire la suite

AGRICULTURE BIOLOGIQUE

  • Écrit par 
  • Céline CRESSON, 
  • Claire LAMINE, 
  • Servane PENVERN
  •  • 7 860 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Lien au sol et bouclage des cycles pour nourrir les plantes et les animaux »  : […] La gestion de la fertilité des sols s’appuie sur l’usage de la fumure organique, celle des animaux (fumier) mais aussi celle des déchets organiques compostés. Elle repose en premier lieu sur la diversification des pratiques culturales : des rotations pluriannuelles avec l’introduction de cultures de légumineuses fixatrices d’azote et d’autres cultures d’engrais verts (plantes cultivées puis enfou […] Lire la suite

AGRONOMIE

  • Écrit par 
  • Stéphane HÉNIN, 
  • Michel SEBILLOTTE
  •  • 9 159 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'agronomie en tant que science, du XVIIIe siècle à nos jours »  : […] C'est à partir de la seconde moitié du xviii e  siècle que l'agronomie commence à devenir scientifique. Ainsi, à partir des travaux de Tull en Angleterre, le Français Duhamel du Monceau introduit la notion d'expérimentation ; parallèlement, d'ailleurs, on voit se développer des travaux de physiologie végétale. Mais la synthèse ne se fera que plus tard. En effet, il faut arriver à l'Allemand Albre […] Lire la suite

AMMONIFICATION ou AMMONISATION

  • Écrit par 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 1 916 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Ammonification et fertilité »  : […] Que devient l'ammoniac ainsi formé ? En montrant qu'il pouvait être assimilé par les plantes, Liebig ruinait en 1840 le vieux mythe de l'« humus nutritif ». Boussingault devait ensuite préciser, en 1851-1855, les modalités de la minéralisation de l'azote organique, en mettant en évidence la formation des nitrates, autre forme d'azote minéral assimilable. Ainsi naissait l'idée d'un cycle biogéochi […] Lire la suite

ENGRAIS

  • Écrit par 
  • Albert DAUJAT, 
  • Philippe ÉVEILLARD, 
  • Jean HEBERT, 
  • Jean-Claude IGNAZI
  •  • 9 962 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Lois d'action des éléments fertilisants »  : […] Expérimentalement, les rendements obtenus avec des quantités croissantes d'engrais se situent sur une courbe d'allure parabolique (fig. 2) . On constate que : – le rendement n'est pas nul en l'absence d'engrais ; la quantité d'un élément que la terre fournit à la culture est représentée par l'intersection du prolongement de la courbe avec l'axe des abscisses ; – les apports croissants d'engrais so […] Lire la suite

FORÊTS - La forêt, un milieu naturel riche et diversifié

  • Écrit par 
  • Yves BASTIEN, 
  • Marcel BOURNÉRIAS
  •  • 8 223 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Influences édaphiques »  : […] L' action du sol s'exerce à l'échelon local, parfois régional et joue un grand rôle dans la productivité forestière : la vitesse de croissance, la résistance aux maladies, la présence même d'une espèce donnée, sous un climat donné, en dépendent (tabl. 2 et 3 ). La teneur en eau est un facteur important ; il existe généralement une végétation particulière au bord des eaux [cf. aulnaies ] ; parfois […] Lire la suite

OLIGOÉLÉMENTS

  • Écrit par 
  • Jean LAVOLLAY
  •  • 3 577 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Maladies de carence »  : […] Dans la nutrition des plantes, les oligoéléments indispensables peuvent, au même titre que les autres éléments indispensables, se comporter en facteurs limitants . L'absence ou l'insuffisance d'un oligoélément se traduit par un défaut de croissance ou de développement qui peut s'accompagner de symptômes spécifiques de carence lorsque celle-ci est provoquée à l'état pur sur un milieu synthétique (c […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Louis GACHON, « FERTILITÉ DES SOLS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/fertilite-des-sols/