PESSOA FERNANDO (1888-1935)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'échec et la gloire

Sa sensibilité avait été blessée dès l'enfance par la mort de son père, le remariage de sa mère et l'arrachement à son « village » natal, le quartier du Chiado, au centre de Lisbonne. Pessoa passe toutes ses années de formation, de sept à dix-sept ans, à Durban, où son beau-père est consul du Portugal et où il reçoit une formation entièrement anglaise. À son retour, il se fixe à Lisbonne, qu'il ne quittera plus, et décide de se consacrer à la littérature. Il devra se contenter, pour gagner sa vie, d'emplois subalternes dans plusieurs maisons de commerce.

Il fait ses débuts littéraires en 1912 dans la revue du mouvement de la Renaissance portugaise. Dans ces premières années de la République (proclamée en 1910), il partage l'exaltation messianique du poète Teixeira de Pascoaes. Il cherche sa voie du côté du symbolisme. La rencontre du jeune poète Mário de Sá-Carneiro, qui vit à Paris, l'oriente vers l'avant-garde. Le tournant de sa carrière se situe en 1914. L'apparition en lui des hétéronymes marque le début d'une période d'extraordinaire fièvre créatrice : il invente une philosophie, le « néo-paganisme », découvre la théosophie et l'occultisme, participe au mouvement futuriste, propose une nouvelle esthétique, fonde des écoles littéraires (« intersectionnisme », « sensationnisme »). En 1915, il crée, avec Sá-Carneiro et quelques autres amis, dont Almada Negreiros, une revue d'avant-garde, Orpheu, dont la brève existence inaugure le « modernisme » portugais.

Le suicide de Sá-Carneiro, en 1916, l'affecte très profondément. Désormais, sans cesser de participer à la vie littéraire, il vit de plus en plus à l'écart, sacrifiant tout à son œuvre, y compris le seul amour qu'on lui connaisse, celui de la jeune Ophelia Queiroz. En près de vingt ans de solitude, Pessoa écrit des milliers de pages, mais il n'aura publié de son vivant que trois plaquettes de vers anglais (dont deux sur des sujets érotiques) et, tout à la fin, un recueil épique et mystique, Mensagem (Message), considéré aujourd'hui par les Portugais co [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : agrégé des lettres, ancien directeur de l'Institut français de Lisbonne

Classification

Autres références

«  PESSOA FERNANDO (1888-1935)  » est également traité dans :

MARLEAU DENIS (1954- )

  • Écrit par 
  • Raymonde TEMKINE
  •  • 1 304 mots

Né à Québec en 1954, directeur depuis 1982 de la Compagnie Ubu qu'il a fondée et avec laquelle il a créé vingt spectacles, Denis Marleau pratique aussi bien le montage de textes que l'adaptation d'écrits non théâtraux et la mise en scène d'œuvres dramatiques. Les montages sont réalisés surtout dans les années 1980. Le jeune metteur en scène se sent alors très proche des dadaïstes, Tzara ( Cœur à g […] Lire la suite

MESSAGE, Fernando Pessoa - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 854 mots
  •  • 1 média

Message fut publié en 1934, un an avant la mort de son auteur, Fernando Pessoa (1888-1935). Le poète portugais avait peu publié avant cette date : l'œuvre multiple qui allait lui valoir une célébrité universelle ne vit le jour qu'après sa mort . À l'instar des Lusiades de Camões, Message exalte la gloire et les hauts faits du peuple portugais. À la différence pourtant du grand poète épique de […] Lire la suite

PORTUGAL

  • Écrit par 
  • Roger BISMUT, 
  • Cristina CLIMACO, 
  • Michel DRAIN, 
  • José-Augusto FRANÇA, 
  • Michel LABAN, 
  • Jorge MORAÏS-BARBOSA, 
  • Eduardo PRADO COELHO
  •  • 40 050 mots
  •  • 27 médias

Dans le chapitre « Tendances de la littérature contemporaine »  : […] Le xx e siècle littéraire commence avec le mouvement qui se déclenche, vers 1915, à partir de la revue Orfeu , et auquel sont liés les noms de Fernando Pessoa , Mário de Sá Carneiro et Almada Negreiros. Orfeu constitue le moment le plus intensément révolutionnaire de la littérature portugaise du xx e  siècle non seulement parce que la scène littéraire a été violemment ébranlée par les représenta […] Lire la suite

TABUCCHI ANTONIO (1943-2012)

  • Écrit par 
  • Carina MEYER-BOSCHI
  •  • 1 682 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une quête du regard »  : […] Son attachement profond à la Toscane s'exprime surtout dans ses deux premiers récits, Piazza d'Italia , qui remporte le prix de l'Inédit en 1975, et Le Petit Navire publié en 1978. En effet, ces premières œuvres, assez semblables, relatent le devenir de familles modestes, vivant dans de petits bourgs toscans isolés et malmenés par le cours chaotique de l'histoire italienne. Sagas atypiques, recou […] Lire la suite

Pour citer l’article

Robert BRECHON, « PESSOA FERNANDO - (1888-1935) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/fernando-pessoa/