OURY FERNAND (1920-1998)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un influence grandissante

« La classe institutionnelle où le fantasme devient parole [...] tout comme l'agitation devient activité [...] est un lieu où toute parole peut être entendue (sinon reçue), justement parce que ce lieu n'est pas n'importe quoi : des lois précises y sont observées, qui permettent transferts, projections, identifications, etc. [...] et un certain contrôle de ce qui se passe », écrit Fernand Oury dans le livre « rouge », De la classe coopérative à la pédagogie institutionnelle. En effet, ses trois principaux livres sont marqués d'une couleur, comme les couleurs des ceintures de judo, qui permirent de créer une discipline collective des comportements : arrêtée en conseil, mais soumise à la différenciation des parcours personnels. Les « monographies » d'enfants en seront la littérature. C'est là que la psychanalyse joue son rôle, comme une lecture de la subjectivité à l'école, en situation scolaire, et transcende l'étude de cas. Le « cas » en fait est celui de l'enseignant et de ses relations « contre-transférentielles ».

Ce que Fernand Oury indique ici, c'est que la classe et l'école sont des acteurs décisifs dans la structuration de la personnalité de l'enfant et de l'adolescent. On le redécouvre aujourd'hui, dans la grande violence sociétale. Les livres se vendent en nombre, sans publicité. La pédagogie institutionnelle inspire de surcroît les milieux éducatifs, les travailleurs sociaux, l'animation urbaine. Elle porte en elle-même la matrice d'une pédagogie de résistance, d'une démocratie d'« apprentissage », et de prévention de la violence. En 1972, Fernand Oury crée des « centres de pédagogie et de psychothérapie institutionnelles », après d'autres propositions aussi novatrices, comme le « complexe expérimental » qui liait déjà école, formation et recherche.

On peut résumer l'ensemble de cette méthode dans une visée plus complexe mais claire : une école en bonne santé mentale, qui se soigne et soigne ses relations humaines, tient résolument à la démocratie des apprentissages et enseigne dans le respect [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : professeur des Universités en sciences de l'éducation à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification


Autres références

«  OURY FERNAND (1920-1998)  » est également traité dans :

FREINET CÉLESTIN (1896-1966)

  • Écrit par 
  • Jacques PAIN
  •  • 1 910 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La classe coopérative »  : […] La coopérative ne s'insère pas plus ou moins harmonieusement dans la vie de la classe, elle est la classe même, écrit Fernand Oury, disciple direct de Freinet et fondateur du mouvement de pédagogie institutionnelle. Matrice démocratique d'apprentissage de « haut niveau », la classe est alors ce laboratoire de savoirs où des élèves en chair et en os cherchent à comprendre le monde. On y écrit beau […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/celestin-freinet/#i_70463

PÉDAGOGIE INSTITUTIONNELLE

  • Écrit par 
  • Jacques PAIN
  •  • 902 mots
  •  • 1 média

La pédagogie institutionnelle date de 1958, du moins son « appellation contrôlée », par les frères Jean et Fernand Oury, au congrès du mouvement Freinet, l'un des principaux mouvements d'éducation nouvelle, qui se tint cette année-là à Paris. Jean Oury se rapporte alors explicitement à la psychothérapie institutionnelle (1952) et à ce mouvement historique de pensée qui vise à resituer l'être hu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pedagogie-institutionnelle/#i_70463

Pour citer l’article

Jacques PAIN, « OURY FERNAND - (1920-1998) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/fernand-oury/