OURY FERNAND (1920-1998)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Aux sources de la pédagogie institutionnelle

Une question préoccupe encore Fernand Oury : Freinet est à la campagne, comment faire de la pédagogie active en ville, dans la « jungle urbaine » en plein développement ? Oury a déjà eu des expériences « de terrain » décisives. En 1949, dans une colonie de vacances d'adolescents ; en 1952 en colonie maternelle ; et en 1953 en institut médico-éducatif, à Herbault. C'est là qu'il « invente » le conseil, et les « ceintures » de comportement – à l'imitation du judo. Les « colonies » sont déterminantes pour Fernand Oury.

En fait, l'idée est simple et éducatrice : c'est en prenant l'avis de toutes et tous que l'on progresse dans la vie quotidienne en groupe, en institution ; c'est en discutant des comportements et en les repérant, en les accompagnant, que l'insécurité devant l'agressivité se banalise et s'éduque. Un enfant de trois ans qui ne noue pas ses lacets peut-il traverser seul la rue ? Sa « petite » compétence autorise un statut, et une protection, un « tutorat » institutionnel.

Car cet instituteur, comme beaucoup d'autres enseignants, éducateurs, chercheurs, engagés dans la spirale politique scolaire de l'après-guerre, sait très bien qu'il ne s'agit pas de s'endormir avec le retour de la croissance économique, qui mettra l'éducation à rude épreuve. Ses expériences de 1939 et de 1945 sont prégnantes. Les dix années suivantes le verront installer les techniques Freinet dans une classe de ville, en « milieu urbain ». Il est très proche de ce qui est en 1952 désigné comme la « psychothérapie institutionnelle », et de ses fondamentaux « politiques » : la psychanalyse et la place du sujet (« apprenant » et maître), la dynamique des groupes et la psychologie sociale. Ces deux dimensions de la pratique des institutions sont « les deux jambes », disait Tosquelles, du quotidien du sujet et du groupe institutionnels. Freud, Lewin, Freinet – Marx n'étant pas loin – sont ainsi les trois références combinées par Fernand Oury dans les années 1960.

Ses aphorismes et maîtres mots « affichés » constituent en eux-mêmes des mémentos enseign [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Écrit par :

  • : professeur des Universités en sciences de l'éducation à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification


Autres références

«  OURY FERNAND (1920-1998)  » est également traité dans :

FREINET CÉLESTIN (1896-1966)

  • Écrit par 
  • Jacques PAIN
  •  • 1 910 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La classe coopérative »  : […] La coopérative ne s'insère pas plus ou moins harmonieusement dans la vie de la classe, elle est la classe même, écrit Fernand Oury, disciple direct de Freinet et fondateur du mouvement de pédagogie institutionnelle. Matrice démocratique d'apprentissage de « haut niveau », la classe est alors ce laboratoire de savoirs où des élèves en chair et en os cherchent à comprendre le monde. On y écrit beau […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/celestin-freinet/#i_70463

PÉDAGOGIE INSTITUTIONNELLE

  • Écrit par 
  • Jacques PAIN
  •  • 902 mots
  •  • 1 média

La pédagogie institutionnelle date de 1958, du moins son « appellation contrôlée », par les frères Jean et Fernand Oury, au congrès du mouvement Freinet, l'un des principaux mouvements d'éducation nouvelle, qui se tint cette année-là à Paris. Jean Oury se rapporte alors explicitement à la psychothérapie institutionnelle (1952) et à ce mouvement historique de pensée qui vise à resituer l'être hu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pedagogie-institutionnelle/#i_70463

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques PAIN, « OURY FERNAND - (1920-1998) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/fernand-oury/