FAURE FÉLIX (1841-1899)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Riche négociant en cuirs du Havre, libéral et membre de la Ligue française de l'enseignement, Félix Faure se distingua comme chef des mobiles de Seine-Inférieure en novembre 1870. Adjoint au maire du Havre, membre de la chambre de commerce, il fut élu en 1881 député républicain modéré. À la Chambre, il fit partie du groupe de l'Union républicaine et fut un spécialiste des affaires commerciales. Gambetta fit de lui, en 1881-1882, un sous-secrétaire d'État au Commerce ; il fut sous-secrétaire d'État à la Marine, chargé particulièrement des colonies, sous Jules Ferry (1883-1885) et dans le premier cabinet Tirard (1887-1888). Il créa le Conseil supérieur des colonies. Le 17 janvier 1895, il fut élu président de la République par la coalition des voix monarchistes et modérées contre les voix radicales et socialistes ; il sut s'imposer par sa modération, sa finesse et son sens de la représentation. La France étant alors déchirée par l'affaire Dreyfus, il fit confiance à des gouvernements modérés (Méline, Dupuy) et se montra hostile à la révision du procès. Attaché à l'expansion coloniale, il a peut-être inspiré l'évacuation de Fachoda. Le renforcement de l'alliance franco-russe fut en partie son œuvre ; il reçut le tsar Nicolas II à Paris en 1896 et il se rendit lui-même à Cronstadt en 1897. Ses funérailles nationales provoquèrent, le 23 février 1899, de violentes manifestations au cours desquelles Déroulède tenta d'inciter le général Roget à marcher sur l'Élysée, où était mort le président, au cours d'une intimité amoureuse avec la belle Mme Steinheil.

—  Armel MARIN

Écrit par :

  • : metteur en scène, conseiller en éducation populaire et techniques d'expression

Classification


Autres références

«  FAURE FÉLIX (1841-1899)  » est également traité dans :

TROISIÈME RÉPUBLIQUE

  • Écrit par 
  • Louis GIRARD
  •  • 14 385 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « La « question sociale », l'« apaisement » et l'alliance russe (1890-1898) »  : […] Le boulangisme avait révélé le trouble profond du pays, né des inquiétudes nationales et du malaise social. La France se sentait isolée devant la menace allemande. Désormais, la droite reprendra à son compte un nationalisme dont le soutien à l'armée et aux entreprises coloniales sont les thèmes majeurs. Le boulangisme a été, à sa façon, un « pré-so […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/troisieme-republique/#i_40769

Pour citer l’article

Armel MARIN, « FAURE FÉLIX - (1841-1899) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 janvier 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/felix-faure/