ORSINI FELICE (1819-1858)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Après des études juridiques à Bologne, Orsini participe dans cette ville au soulèvement de 1843 contre la légation pontificale, ce qui lui vaut une condamnation au bagne. Grâcié en 1846 par Pie IX, il est élu député de la République romaine en 1849 et défend Rome contre les Français. Il conspire de nouveau en accord avec Mazzini jusqu'à son arrestation par les Autrichiens qui le condamnent à mort en 1855. Il réussit à s'évader et à gagner Londres où il publie ses Mémoires politiques. Pour hâter la libération de l'Italie, il décide d'attenter à la vie de Napoléon III qui a soutenu militairement Pie IX. Le jeudi 14 janvier 1858, revenu de Londres, il lance trois bombes avec ses complices Pieri, Gomez et Rudio sur le passage des trois carrosses qui amènent Napoléon III et l'impératrice à l'Opéra, la rue Le Peletier, à Paris. L'empereur est sauf, mais on dénombre quatre-vingt-quinze victimes dont treize lanciers et trente et un agents de police. Par Gomez, imprudemment assis à la terrasse d'un café voisin, on remonte à Orsini, arrêté avec ses deux complices. Les assises de la Seine le condamnent à mort. Sur les conseils de son avocat, Jules Favre, il adresse une lettre à Napoléon III : « Je vous adjure de rendre à ma patrie l'indépendance qu'elle a perdue par la faute des Français... Tant que l'Italie ne sera pas indépendante, la tranquillité de l'Europe et celle de Votre Majesté ne seront qu'une chimère. » Il est exécuté le 13 mars, mais, dès l'année suivante, Napoléon III, vainqueur à Solferino, libère la Lombardie qu'il cède au royaume du Piémont, début de l'unité italienne parachevée en 1870 par l'annexion de Rome.

—  Marcel LE CLÈRE

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 1 page

Écrit par :

  • : docteur en droit, commissaire divisionnaire de la ville de Paris, ancien chargé de cours à l'Institut de criminologie et à l'Institut international d'administration

Classification

Autres références

«  ORSINI FELICE (1819-1858)  » est également traité dans :

EMPIRE SECOND (1852-1870)

  • Écrit par 
  • Marc BASCOU, 
  • Adrien DANSETTE, 
  • Universalis
  •  • 21 007 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « La politique italienne »  : […] C'est encore la politique des nationalités que Napoléon III voudrait faire triompher en Italie. Mais, conduite jusqu'au bout, elle aboutirait à la création d'une grande puissance aux portes de la France. Il se contentera donc pour les Italiens de l'indépendance dans le cadre d'une confédération analogue à la Confédération germanique, projet conforme aux idées de l'époque, car la plupart des Itali […] Lire la suite

Pour citer l’article

Marcel LE CLÈRE, « ORSINI FELICE - (1819-1858) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/felice-orsini/