FÉLIBRIGE

CRÉATION LITTÉRAIRE

  • Écrit par 
  • Gilbert DURAND
  •  • 11 578 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre «  Genèse du mythe, génie du lieu »  : […] Il est banal de dire que les « lieux » littéraires sont devenus des lieux sacrés. À jamais le modeste chemin qui mène aux Charmettes et ses pervenches printanières ont pris, grâce aux Confessions , l'ampleur d'une route et de stations de pèlerinage. Ce lac près d'Aix-les-Bains que Lamartine, lors d'un très bref séjour, a immortalisé dans un célèbre poème rejoint la rive de l'Arno à jamais fixée pa […] […] Lire la suite

MISTRAL FRÉDÉRIC (1830-1914)

  • Écrit par 
  • Charles CAMPROUX
  •  • 1 097 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le poète et l'action »  : […] L'œuvre poétique de Mistral ne se sépare pas de l'action : lui-même a voulu que ses poèmes soient des actes pour la défense de la Provence. Avant même la parution de Mirèio , il avait participé aux congrès d'Arles et d'Aix pour la rénovation de la langue et des lettres d'oc. En 1854, il fonda, à Font-Ségugne, le félibrige avec six autres jeunes poètes (Roumanille, Aubanel, Brunet, Giera, Mathieu […] […] Lire la suite

OCCITANES LANGUE ET LITTÉRATURE

  • Écrit par 
  • Pierre BEC, 
  • Charles CAMPROUX, 
  • Philippe GARDY
  •  • 7 327 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Et Mistral vint... »  : […] Les fortes personnalités de Jasmin ou de Gelu sont caractéristiques d'individus rebelles à toute forme d'organisation ou de regroupement : pour eux, l'occitan est avant tout la langue qui leur permet, par le cri ou les larmes, d'exprimer au plus près certains aspects de la vie populaire. C'est donc sans eux, voire même contre eux et leurs semblables, que prennent forme, autour des années 1850, le […] […] Lire la suite

PROVENCE, histoire

  • Écrit par 
  • Maurice AGULHON
  •  • 3 434 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Éclat et limites du régionalisme »  : […] Inégalement occupée, la Provence reste donc fortement peuplée, de façon croissante même, mais d'une population très brassée, où l'élément paysan et autochtone se raréfie. Cela n'est sans doute pas sans expliquer, au moins en partie, l'allure prise par le régionalisme culturel. Lorsque, au début du second Empire, Frédéric Mistral (1830-1914) fonda le félibrige, l'accession des classes populaires […] […] Lire la suite