FÉDÉRATION SYNDICALE MONDIALE (F.S.M.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La montée des fascismes avive, à la fin des années 1930, le désir d'unité des forces syndicales à l'échelle mondiale ; aussi l'Internationale syndicale rouge décide-t-elle de disparaître en vue de rejoindre la Fédération syndicale internationale (F.S.I.). Mais survient la guerre et les choses en restent là. Des initiatives prises dès 1942 par diverses centrales syndicales, européennes et américaines, en vue de reconstituer une internationale, aboutissent cependant à la conférence de Londres (du 6 au 17 févr. 1945).

À celle-ci, trois tendances se dessinent : les syndicats soviétiques et les syndicats européens sympathisants (dont la France et l'Italie) ; les syndicats nord-américains, menés par le Congress of Industrial Organizations (C.I.O.), la plus grande centrale américaine, l'American Federation of Labor (A.F.L.), ayant refusé de participer ; une tendance centriste, très réticente face à l'enthousiasme unitaire qui s'exprime à cette conférence, est représentée par les syndicats de Grande-Bretagne, des pays nordiques et des pays neutres.

L'ordre du jour de la conférence comporte, outre l'intensification de la lutte contre les régimes fascistes, les problèmes de la paix et de l'organisation d'une force internationale (O.N.U.) où le mouvement syndical (« le cinquième grand ») ait sa place. Staline comme Roosevelt désirent une organisation unique. C'est de ce vœu commun que naît la Fédération syndicale mondiale. La F.S.I. décide alors sa dissolution pour s'intégrer dans la nouvelle F.S.M.

Le congrès constitutif s'ouvre à Paris le 25 septembre 1945, au Palais de Chaillot, dans une ambiance internationale transformée par la victoire des armées alliées ; mais Roosevelt est mort et avec lui la volonté politique d'intégrer l'Union soviétique dans la communauté internationale ; les mêmes résistances subsistent quant aux effectifs déclarés par les syndicats d'Europe de l'Est, mais aussi quant à la volonté centralisatrice qui domine le congrès (les Secrétariats professionnels internationaux devront s'intégrer dans l'Internationale syndicale et renoncer à l'autonomie qu'ils avaient gardée jusqu'alors vis-à-vis de la F.S.I.). Cependant ces résistances restent minoritaires devant l'appel des syndicats américains et soviétiques et des centrales syndicales procommunistes à l'unité. La Fédération se dote de structures : un congrès souverain qui se réunit tous les deux ans ; un conseil général élu par les organisations membres — groupant plus d'un million d'adhérents ; un comité exécutif de vingt-cinq membres et un bureau dont les présidents seront Citrine puis Deakin, syndicalistes anglais, le secrétaire général étant Louis Saillant, délégué par la C.G.T. française.

La jeune Fédération va connaître une série d'échecs qui aboutiront à la scission de 1949 : l'A.F.L. qui a refusé de s'y intégrer, l'accusant d'être le « cheval de Troie » du communisme, crée le Free Trade Union Comitee (Comité pour un mouvement syndical libre), qui veut être un concurrent de la F.S.M., et organise la résistance des Secrétariats professionnels à leur intégration ; enfin, la F.S.M. échoue à intégrer la Confédération internationale des syndicats chrétiens (C.I.S.C.). Sur le plan international, les espérances de la Fédération sont également déçues : elle n'est pas admise de droit au Conseil économique et social de l'O.N.U. et le rôle consultatif qu'elle obtient la place à égalité avec l'A.F.L. Le plan Marshall, ressenti par la gauche de la F.S.M. comme une volonté de colonisation de l'Europe occidentale, le « coup de Prague », la création par Moscou du Kominform cristallisent les oppositions : lors de la réunion du Bureau du 19 janvier 1949, les syndicats anglo-américains demandent que la Fédération suspende toute activité pendant un an et se consacre à un travail de réflexion ; en fait, la volonté de scission est à peine dissimulée. La majorité du Bureau propose une réunion d'une instance plus vaste ; le C.I.O. et les syndicats anglais et hollandais quittent alors la Fédération, suivis peu après par les centrales des pays nordiques, de la Belgique, de l'Australie, de l'Autriche et de la Suisse. À cette date, la majorité regroupe, selon les déclarations de son secré [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  FÉDÉRATION SYNDICALE MONDIALE (F.S.M.)  » est également traité dans :

A.F.L.-C.I.O. (American Federation of Labor-Congress of Industrial Organizations)

  • Écrit par 
  • Claude JULIEN, 
  • Marie-France TOINET
  •  • 6 839 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La rivalité A.F.L.-C.I.O. »  : […] Un autre problème séparait A.F.L. et C.I.O. : le communisme. Les communistes étaient, en effet, assez nombreux au sein du C.I.O., alors que l'« aristocratie ouvrière » de l'A.F.L. n'était guère perméable aux thèses marxistes. En octobre 1945, le C.I.O. participa, à Paris, à la conférence internationale qui donna naissance à la Fédération syndicale mondiale (F.S.M.), alors que l'A.F.L., refusant d […] Lire la suite

CONFÉDÉRATION INTERNATIONALE DES SYNDICATS CHRÉTIENS (C.I.S.C.)

  • Écrit par 
  • Paul CLAUDEL
  •  • 744 mots

À la fin du xix e  siècle se créent en France, en Allemagne et dans d'autres pays européens des syndicats chrétiens. En 1908, à Munich, l'Allemagne, l'Autriche, la Belgique, les Pays-Bas, la Russie, l'Italie, la Suède, la Suisse créent un Secrétariat international des syndicats chrétiens. Ce sont de loin les syndicats chrétiens allemands qui l'emportent en influence et qui s'affirment favorables à […] Lire la suite

CONFÉDÉRATION INTERNATIONALE DES SYNDICATS LIBRES (C.I.S.L.)

  • Écrit par 
  • Paul CLAUDEL
  •  • 509 mots

Environ un an après la scission intervenue à la Fédération syndicale mondiale (F.S.M.) en janvier 1949, les organisations qui ont rompu tiennent la conférence constitutive d'une nouvelle Internationale syndicale. L'anticommunisme est commun aux centrales américaine, anglaise et européennes qui prennent l'initiative de la Conférence de Bruxelles (déc. 1949), mais il cache bien des divergences : pou […] Lire la suite

INTERNATIONALES SOCIALISTES ET SYNDICALES - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Jean-Marie PERNOT
  •  • 840 mots

28 septembre 1864 Naissance à Londres de l'Association internationale des travailleurs, qui sera dissoute douze ans plus tard, le 15 juillet 1876. 2-7 septembre 1872 Le congrès de La Haye exclut les anarchistes de Michel Bakounine et décide le transfert de l'Internationale à New York. 14-21 juillet 1889 Naissance de la II e  Internationale à Paris. Le congrès rassemble presque toutes les organi […] Lire la suite

OUVRIER MOUVEMENT

  • Écrit par 
  • Jean BRUHAT, 
  • Bernard PUDAL
  •  • 10 990 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le néo-libéralisme et la mondialisation »  : […] L'effondrement des régimes « communistes » d'une part, la mondialisation et la transformation de la division internationale du travail qui en résulte d'autre part, la domination du néo-libéralisme et les métamorphoses de la question sociale qu'elle suscite, enfin, sont sans aucun doute les trois phénomènes qui participent à la recomposition du mouvement ouvrier, dans ses variantes nationales comm […] Lire la suite

SAILLANT LOUIS (1910-1974)

  • Écrit par 
  • Guy PERRIMOND
  •  • 869 mots

Fils d'ouvrier, Louis Saillant sera, comme son père, ouvrier et syndicaliste. Apprenti sculpteur sur bois, il n'a que seize ans lorsqu'il adhère, en 1926, à la C.G.T. Trois ans plus tard, il est secrétaire de son syndicat et, à vingt et un ans, il succède à son père comme secrétaire de l'Union départementale C.G.T. de la Drôme. Son dynamisme, son sens de l'organisation lui ont, pour une part, per […] Lire la suite

SYNDICALISME

  • Écrit par 
  • Guy CAIRE, 
  • Thomas LOWIT
  •  • 13 169 mots

Dans le chapitre « Rôle international du syndicalisme »  : […] La Première Guerre mondiale, qui avait entraîné l'éclatement d'un certain nombre de centrales syndicales nationales, a aussi engendré un pluralisme syndical international. La première internationale syndicale née en 1913 disparaît dès le mois d'août 1914, mais une série de conférences préparent sa reconstitution, qui se réalise en août 1919 à Amsterdam. L'année d'après se forme à La Haye une Conf […] Lire la suite

Pour citer l’article

Paul CLAUDEL, « FÉDÉRATION SYNDICALE MONDIALE (F.S.M.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/federation-syndicale-mondiale/