FARINES ANIMALES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Maladie de la « vache folle » et farines animales

La maladie de la « vache folle » (ou E.S.B.) est incurable chez les bovins. Les premiers cas ont été officiellement rapportés en 1986 au Royaume-Uni. Cette maladie s'est ensuite déclarée en France (premier cas détecté en février 1991) et dans plusieurs pays de l'Union européenne, allant même jusqu'au Japon. Cette épizootie (épidémie pour les animaux) bovine est aussi associée à une maladie humaine : la maladie de Creutzfeldt-Jakob (M.C.J.) ou plus exactement une variante apparue en 1996, la vM.C.J. Les experts ont émis l'hypothèse que cette variante pouvait être la conséquence de la transmission de l'E.S.B. à l'homme, par la voie alimentaire.

Si l’on ne sait pas réellement comment est apparu l'agent pathogène de l'E.S.B., un consensus existe néanmoins parmi les scientifiques sur le fait qu’il s’agit d’une molécule, le prion pathologique, dont l'accumulation dans l’organisme est responsable de la dégénérescence des tissus nerveux centraux.

Bien que le lien de causalité entre l'incorporation de farines animales dans les aliments du bétail et la propagation rapide de la maladie soit aujourd’hui largement établi, deux hypothèses sur l’origine du prion restent débattues. La première suggère que la maladie provient d'une contamination entre espèces, à partir d'une maladie proche qu’est la tremblante du mouton. Si la possibilité de transmission interspécifique de la tremblante a bien été prouvée expérimentalement, les troubles cliniques associés à la maladie diffèrent cependant très sensiblement de ceux de l’E.S.B. La seconde hypothèse pose que la maladie est endémique à l'espèce bovine et qu’elle s’est amplifiée au milieu des années 1980 à la suite d’une modification du processus de fabrication des farines (abaissement des températures de stérilisation et suppression de l'étape d'extraction des graisses par solvants). Cette nouvelle procédure n’était pas suffisante pour détruire l'agent de la maladie qui est extrêmement résistant.

Pour éviter la contamination des animaux, la France a donc pris, dès 1990, une série de mesures visant à sécuriser l'alimentation des animaux d'élevage. La première mesure interdisait l'emploi de farines animales pour les bovins. Cette interdiction s'est ensuite étendue, en décembre 1994, à l'alimentation des autres ruminants (caprins, ovins…) pour enfin toucher, en novembre 2000, tous les animaux de consommation. Ces précautions relatives à la sécurité de l'élevage furent doublées de mesures concernant directement les consommateurs. D'une part, tous les matériels à risque spécifiés (M.R.S.), c’est-à-dire les produits qui pouvaient être porteurs de l'agent infectieux, ont été retirés de la consommation. D'autre part, la vigilance sanitaire s’est intensifiée, notamment par le renforcement de la surveillance et la généralisation du dépistage des animaux, tout au long de leur vie.

Rappelons que le prion, agent pathogène responsable des encéphalopathies spongiformes transmissibles (E.S.T.), est une forme anormalement repliée de la protéine PrP-c présente uniquement chez les mammifères. Tous les mammifères sont donc susceptibles de développer une E.S.T., dont la forme diffère selon l'espèce (la tremblante pour le mouton, l'E.S.B. pour les bovins, les différentes formes de Creutzfeldt-Jakob chez l'homme). Pour cette raison, il n’y a jamais eu de remise en question de l'exclusion des ruminants (bovins, ovins, caprins) dans la réintroduction des farines animales. Le poisson et la volaille ne sont pas sujets aux E.S.T. Seul le porc est un cas à part. En laboratoire, en injectant des grandes quantités de prions dans le système nerveux de cet animal, une forme d'E.S.T. se développe, mais aucun cas de porc atteint d'une E.S.T. n'a été détecté dans la nature à ce jour. Des travaux de l'Autorité européenne de sécurité des aliments parus en novembre 2007 indiquent, de plus, que l'augmentation du risque d'exposition de l'homme aux E.S.T. par la consommation de viande de porcs nourris aux protéines animales transformées issues de volailles est négligeable.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

Farines animales : dates d’interdiction

Farines animales : dates d’interdiction
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Farines animales

Farines animales
Crédits : Visivastudio/ Shutterstock

photographie

Filière des sous-produits animaux

Filière des sous-produits animaux
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 3 médias de l'article

Écrit par :

  • : adjoint au délégué interministériel aux industries agroalimentaires et à l'agro-industrie

Classification

Autres références

«  FARINES ANIMALES  » est également traité dans :

INTERDICTION DES FARINES D'ORIGINE ANIMALE

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 309 mots

Le 14 novembre 2000, le gouvernement français interdit l'utilisation de farines animales dans l'alimentation de toutes les espèces animales. Cette décision est étendue à toute l'Europe le 4 décembre 2000.Ces interdictions étaient la dernière étape d'un processus mis en œuvre dans les différents pays de l' […] Lire la suite

ENCÉPHALOPATHIES SPONGIFORMES

  • Écrit par 
  • Dominique DORMONT
  •  • 6 589 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'encéphalopathie spongiforme bovine »  : […] L'encéphalopathie spongiforme bovine (ESB) est une maladie d'allure épidémique qui a été identifiée au Royaume-Uni en 1986, touchant depuis lors quelque 185 000 bovins sur le territoire britannique (1 000 cas par jour en 1992-1993, au maximum de l'épidémie) et 5 000 dans le monde, essentiellement en Europe. L'âge moyen d'apparition de la maladie est de trois à six ans. Sa traduction clinique asso […] Lire la suite

PRINCIPE DE PRÉCAUTION

  • Écrit par 
  • Pierre LASCOUMES
  •  • 2 219 mots

Dans le chapitre « Maîtriser les menaces et les risques »  : […] L'idée de précaution peut être présentée sous forme d'adage : « Dans le doute sur l'existence et la portée d'effets potentiellement négatifs, sur l'homme ou l'environnement, d'un produit ou d'une activité, ne t'abstiens surtout pas. Engage au contraire une démarche d'évaluation du danger et de recherche des moyens de le maîtriser. » La précaution est une incitation à l'action dans un contexte d'i […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

14 février 2013 Union européenne. Annonce de la levée de l'interdiction des farines animales dans l'alimentation des animaux de consommation

Le 14, la Commission européenne rend publique sa décision de lever l'interdiction d'utiliser des farines animales dans l'alimentation des poissons d'élevage, prise en 1997 pour les ruminants en raison du risque de contamination par l'encéphalopathie spongiforme bovine ou maladie de la « vache folle », puis étendue en 2001 à l'ensemble des animaux de consommation. […] Lire la suite

6-12 décembre 2000 Union européenne. Accord minimal, au sommet de Nice, sur la réforme des institutions

Par ailleurs, les participants au sommet s'accordent pour décider la pratique de tests et la suspension de l'emploi des farines animales dans l'alimentation du bétail pour lutter contre l'E.S.B. Ils adoptent un agenda social qui fixe des objectifs pour les cinq prochaines années en matière d'emploi, de lutte contre l'exclusion, d'amélioration de la protection sociale ou d'égalité homme-femme. […] Lire la suite

2-29 novembre 2000 Europe. Extension de la crise de la « vache folle »

Le 25, l'Allemagne interdit l'usage des farines animales au lendemain de la découverte du premier cas d'E.S.B. sur son territoire. Le 22, l'Espagne, autre pays jusqu'alors réticent aux mesures de précaution, avait également identifié ses premiers cas d'E.S.B. Le 29, la Commission européenne adopte un plan de lutte contre l'E.S.B. qui prévoit notamment l'interdiction totale des farines animales pour une période initiale de six mois ainsi que l'abattage des bovins de plus de trente mois qui n'ont pas subi de test de dépistage. […] Lire la suite

22-24 octobre 2000 France. Alerte à la « vache folle »

Le dépistage de l'infection chez les bêtes destinées à la boucherie sera renforcé ; les graisses d'origine bovine dans l'alimentation des ruminants seront interdites ; l'interdiction des farines animales pour l'alimentation des porcs, volailles et poissons d'élevage est à l'étude.  […] Lire la suite

4-22 juin 1999 Union européenne. Mesures d'embargo à la suite de la contamination par la dioxine d'animaux d'élevage en Belgique

Le 22, la justice belge met en cause une entreprise wallonne spécialisée dans la collecte de graisses et d'huiles usagées, qui aurait mélangé des huiles industrielles avec des graisses animales.  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Alain BLOGOWSKI, « FARINES ANIMALES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 septembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/farines-animales/