FAIT, épistémologie

ABSTRACTION

  • Écrit par 
  • Alain DELAUNAY
  •  • 905 mots

Terme qui renvoie à tout au moins quatre significations, à la fois indépendantes les unes des autres et pourtant reliées par un jeu de correspondances profondes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/abstraction/#i_33908

CAUSALITÉ

  • Écrit par 
  • Raymond BOUDON, 
  • Marie GAUTIER, 
  • Bertrand SAINT-SERNIN
  •  • 13 000 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Causalité et compréhension »  : […] et « compréhension ». Lorsqu'il énonce sa fameuse règle selon laquelle la cause d'un fait social ne saurait être recherchée que dans un autre fait social, il prend simultanément position contre deux écoles, le positivisme italien de Lombroso et Ferri, d'une part, le psychologisme de Tarde, d'autre part. Au premier, il reproche de ramener les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/causalite/#i_33908

CHOSE

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 746 mots

Terme de la langue ordinaire dont la référence, une fois exclus les êtres animés, est purement contextuelle : telle « chose difficile », c'est ce sur quoi porte mon action tandis que je parle ; « la chose en question », c'est ce dont nous nous entretenons sans lui donner son nom usité ; « dites quelque chose » signifie « dites n'importe quoi pourvu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chose/#i_33908

DESCRIPTION ET EXPLICATION

  • Écrit par 
  • Jean LARGEAULT
  •  • 9 337 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Expliquer et déduire »  : […] un corps, tous les corps tombent, donc cette pierre tombe. » On est censé expliquer un fait individuel en déduisant d'une loi l'énoncé qui le décrit. C'est la doctrine de J. S. Mill : « Un fait particulier est expliqué quand on a indiqué la loi dont sa production est un cas. Une loi de la nature est expliquée quand on indique une loi ou d'autres […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/description-et-explication/#i_33908

DURKHEIM ÉMILE (1858-1917)

  • Écrit par 
  • Philippe BESNARD, 
  • Raymond BOUDON
  •  • 11 011 mots

Dans le chapitre « « Les Règles de la méthode sociologique » »  : […] Une de ces propositions est que « les faits sociaux doivent être considérés comme des choses ». On y a vu soit un paradoxe, soit l'affirmation d'un scientisme intempérant visant à assimiler les faits sociaux aux faits de la nature. En réalité, ce que Durkheim veut dire, c'est non que les faits sociaux soient de même ordre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/emile-durkheim/#i_33908

ÉPISTÉMOLOGIE

  • Écrit par 
  • Gilles Gaston GRANGER
  •  • 13 083 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Sciences de la nature, sciences de l'homme »  : […] l'attention sur un dernier point, tout à fait fondamental. Les faits que les sciences de l'homme prennent pour objet ont un sens. D'une manière ou d'une autre, ce sont des signes. Il est vrai que les phénomènes étudiés par le physicien peuvent presque toujours fonctionner comme signes pour des humains. Mais il est alors […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/epistemologie/#i_33908

ÉVÉNEMENT, sociologie

  • Écrit par 
  • Roger BASTIDE
  •  • 3 184 mots

Dans le chapitre « La prospective et les événements »  : […] établies entre ces signes (tarots). La prospective postule également une typologie : il y a des faits (présents) qui sont significatifs d'une stagnation, d'autres d'une régression, d'autres au contraire d'un progrès (les « faits porteurs d'avenir » de P. Massé). Dès lors, les faits deviennent ici aussi des « signes » ; mais […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/evenement-sociologie/#i_33908

MÉTHODE

  • Écrit par 
  • Jean LARGEAULT
  •  • 9 008 mots

Dans le chapitre « Considérations historiques »  : […] idéalisme, les épistémologues (P. Duhem, E. Le Roy) distinguent entre fait brut et fait scientifique : le second possède une charge théorique. Brunschvicg et Bachelard grandissent la contribution de l'esprit. Nos contemporains tournent cet idéalisme en pessimisme : des faits ne peuvent pas départager ni réfuter des théories dont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/methode/#i_33908

MODÈLE

  • Écrit par 
  • Raymond BOUDON, 
  • Hubert DAMISCH, 
  • Jean GOGUEL, 
  • Sylvanie GUINAND, 
  • Bernard JAULIN, 
  • Noël MOULOUD, 
  • Jean-François RICHARD, 
  • Bernard VICTORRI
  •  • 24 440 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le modèle en psychologie »  : […] La comparaison des comportements des sujets dans ces conditions fait apparaître des régularités. Ainsi, la présentation d'un objet qui n'est pas un exemple du concept est moins efficace que celle d'un objet exemple, même si l'information apportée dans les deux cas est la même du point de vue logique. En présence de régularités de ce type, qu'on […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/modele/#i_33908

MORALE

  • Écrit par 
  • Éric WEIL
  •  • 15 730 mots

Dans le chapitre « La liberté »  : […] vraie nature de l'homme, nature supra-naturelle, et que l'Antiquité n'a pas connu la conscience morale (Hegel). On a dit également, et cela caractérise la pensée moderne, que d'un fait on ne peut jamais conclure à une obligation – thèse formulée par Hume, qui signifie l'autonomie totale du domaine moral, bien que par la suite Hume ait essayé de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/morale/#i_33908

OBJET

  • Écrit par 
  • Gilles Gaston GRANGER
  •  • 8 222 mots

Dans le chapitre « Les « significations » et les faits humains »  : […] Les faits humains se donnent dans notre expérience comme pourvus de « significations ». Entendons par là que les faits expérimentés, comportements ou œuvres des hommes, sont saisis comme « renvoyant » à quelque autre chose. Cette notion de renvoi doit être considérée comme primitive, indéfinissable, et le prototype en est évidemment fourni par le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/objet/#i_33908

ONTOLOGIE

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 15 647 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une nouvelle problématique ontologique »  : […] ce qui correspond aux phrases et qui est affirmé par elles ? Si, avec Russell, on appelle « fait » le répondant des propositions vraies, il faut dire que « les faits appartiennent au monde objectif » (Logic and Knowledge, 1946) ; la distinction des faits et des choses est ainsi parallèle, du côté des existants, à la distinction […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ontologie/#i_33908

POSITIVISME

  • Écrit par 
  • Angèle KREMER-MARIETTI
  •  • 5 246 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le concept et la doctrine »  : […] Les principales affirmations du positivisme épistémologique se résument dans la nécessité de s'en tenir aux faits uniquement en tant qu'ils sont énoncés : « Toute proposition qui n'est pas strictement réductible à la simple énonciation d'un fait, ou particulier ou général, ne peut offrir aucun sens réel et intelligible. Les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/positivisme/#i_33908

POSITIVISME, notion de

  • Écrit par 
  • Jean LECLERCQ
  •  • 1 379 mots

Dans le chapitre « La science positive »  : […] xixe siècle. D'un point de vue épistémologique, il considère le fait (« l'énoncé ») comme observable (l'objet) et subjectivable (la relation), pour éviter un naturalisme et un subjectivisme absolus. Il n'y a donc de science que positive : c'est-à-dire fondée sur l'énonciation des faits, le travail de coordination par l'hypothèse et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/positivisme-notion-de/#i_33908

PRÉNOTION, sciences sociales

  • Écrit par 
  • Claude JAVEAU
  •  • 805 mots

de donner un nom aux notions élaborées spontanément dans les actions de tous les jours, avant d'aborder l'étude scientifique des faits. Pour Durkheim, il s'agit avant tout de repérer et de se dégager de ces notions car, si on ne se livre pas à cet indispensable exercice, au lieu d'une science des réalités, on se contente d'une analyse idéologique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/prenotion-sciences-sociales/#i_33908

PREUVE, épistémologie

  • Écrit par 
  • Fernando GIL
  •  • 3 342 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La proposition et le fait »  : […] Le problème, énoncé déjà par les sceptiques au sujet de la représentation, est celui de la confrontation de deux domaines apparemment sans commune mesure. Popper le pose en ces termes : « Que pouvons-nous signifier si nous disons d'une assertion qu'elle correspond […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/preuve-epistemologie/#i_33908

RATIONALISME

  • Écrit par 
  • Gilles Gaston GRANGER
  •  • 7 618 mots

Dans le chapitre « La raison et la connaissance »  : […] L'établissement des faits apparaît en effet comme une étape essentielle de l'exercice de la raison. Pour prendre un exemple, c'est sur ce point que portent les discussions critiques des « phénomènes parapsychiques ». Il n'est nullement conforme à l'attitude rationaliste de nier d'entrée de jeu la possibilité de la plupart des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rationalisme/#i_33908

LES RÈGLES DE LA MÉTHODE SOCIOLOGIQUE, Émile Durkheim - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Éric LETONTURIER
  •  • 1 248 mots

Dans le chapitre « Une quête de l'objectivité par la méthode et la preuve »  : […] Le chapitre i se propose de délimiter le domaine de la sociologie à l'aide d'une définition des faits proprement sociaux. Ces derniers, consistant en des « manières de faire, de penser et d'agir » qui peuvent autant être fixées dans des règles ou procédures formelles que s'exprimer dans des courants sociaux sous forme de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-regles-de-la-methode-sociologique/#i_33908

SCIENCES - Science et philosophie

  • Écrit par 
  • Alain BOUTOT
  •  • 17 644 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Science et axiologie »  : […] néo-kantien Wihelm Windelband, qui établit une distinction fondamentale entre deux types de propositions : les jugements de fait (Urteilen), d'une part, et les jugements de valeur (Beurteilungen), d'autre part. Les premiers expriment la coappartenance de deux représentations objectives, les seconds le rapport du sujet à l'objet représenté. « […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sciences-science-et-philosophie/#i_33908

THÉOLOGIE

  • Écrit par 
  • Henry DUMÉRY, 
  • Claude GEFFRÉ, 
  • Jacques POULAIN
  •  • 13 334 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La possibilité du langage religieux »  : […] ne leur est pas acquise d'avance du seul fait qu'il ne traite que de l'observable. Cette théorie du sens ordonnée à une théorie de la vérité ne dénote donc qu'une propriété logique de toute réalité corrélative d'un discours descriptif : son caractère de fait, le fait que son existence ne soit pas impliquée nécessairement par la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theologie/#i_33908

VALEURS, philosophie

  • Écrit par 
  • Pierre LIVET
  •  • 10 285 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'hypothèse empiriste : une théorie de la relation »  : […] Hume voulait montrer que la raison, en portant sur des relations entre les faits, ne suffisait pas à nous donner de motivation. On peut aussi penser qu'il voulait critiquer une faute logique : si notre conclusion est que nous devons agir alors que nos prémisses ne comportent que des faits, d'où sort l'obligation ? Il n'y a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/valeurs-philosophie/#i_33908

WITTGENSTEIN LUDWIG

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI, 
  • Gilles Gaston GRANGER
  •  • 4 203 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le système du « Tractatus » »  : […] Le fait lui-même est défini comme « existence d'états de choses » (Bestehen von Sachverhalten) ; et un état de choses est une « combinaison d'objets » : l'objet, ou chose, n'apparaît donc pas dans le Tractatus comme une entité concrète présente […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ludwig-wittgenstein/#i_33908