FAÏENCE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les techniques

La faïence est faite d'argile plastique additionnée de sable et de marne calcaire, qui doit subir les opérations habituelles à toute pâte céramique : lavage, pétrissage, façonnage à la main, sur le tour ou à l'aide de moules, et cuisson dans des fours conditionnés, suivies d'un émaillage propre à la faïence. Celui-ci a lieu après une première cuisson légère dite « en dégourdi », soit par arrosage, soit, plus souvent, par immersion totale de l'objet dans un bain d'émail semi-liquide qui se dépose alors en couche uniforme. Cet émail, fait d'un mélange à base d'oxyde de plomb et d'étain en proportions variables, est originairement blanc et d'autant plus blanc qu'il est plus chargé d'étain. Mais il peut aussi être teinté dans la masse. Certaines faïences sont revêtues, après émaillage, d'un lustre à reflets métalliques obtenu par la formation d'une mince pellicule superficielle d'oxydes de cuivre et d'argent au cours d'une cuisson particulière en atmosphère réductrice (sans oxygène, toutes issues du four obstruées). L'émail stannifère opaque dissimule les impuretés ou la coloration de l'argile qui forme le corps de la poterie. Imperméable, il assure l'étanchéité des pièces et se prête, en outre, à recevoir un décor peint à l'aide d'oxydes métalliques, qui sera fixé par la cuisson.

On distingue deux modes essentiels d'application du décor, l'un sur émail cru, l'autre sur émail préalablement cuit. Le décor sur émail cru n'admet que des couleurs capables de supporter la température de cuisson dite de grand feu (env. 750 à 900 0C), nécessaire au durcissement de l'émail. Ce sont le vert tiré de l'oxyde de cuivre, le violet de l'oxyde de manganèse et le bleu de l'oxyde de cobalt, auxquels s'ajoutent le jaune d'antimoine et le rouge de fer. Le rouge est rare dans le décor des faïences de grand feu, car il brunit ou se volatilise dès que la cuisson est un peu forte. Les potiers essayèrent de le remplacer par une argile rouge connue au Moyen Âge sous le nom de « bol arménien ». Le décor peut être enduit d'une « couverte » cristalline superficielle qui avive et fon [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Médias de l’article

Faïence : foyers de fabrication

Faïence : foyers de fabrication
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Frise des Archers

Frise des Archers
Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

photographie

Coupe d'époque seldjoukide, Kashan (Iran)

Coupe d'époque seldjoukide, Kashan (Iran)
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Façades en azulejos à Guimarães, Portugal

Façades en azulejos à Guimarães, Portugal
Crédits : H. Champollion/ AKG

photographie

Afficher les 5 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  FAÏENCE  » est également traité dans :

ALICATADO

  • Écrit par 
  • Colette CROUZET
  •  • 214 mots

Le terme d' alicatado désigne, en Espagne, une mosaïque constituée par des fragments de céramique émaillée de formes et de couleurs différentes, incrustées dans du plâtre. Ces fragments de faïence sont obtenus à partir d' azulejos monochromes sur lesquels on trace un décor et dont on détache ensuite la partie dessinée à l'aide de pinces appelées alicates , en frappant le carreau à petits coups. […] Lire la suite

AZULEJOS

  • Écrit par 
  • Colette CROUZET
  •  • 978 mots
  •  • 2 médias

Le terme azulejo , qui semble dérivé du mot espagnol azul (bleu), est devenu synonyme de carreau de faïence pour les pays d'Europe et d'Amérique soumis à l'influence espagnole et portugaise. Diffusée par l'Espagne qui l'a adoptée la première, cette technique nouvelle s'est largement répandue au cours des xv e et xvi e  siècles. Pourtant, contrairement à ce que son nom pourrait laisser penser, l' […] Lire la suite

CÉRAMIQUE

  • Écrit par 
  • Marcelle BRUNET, 
  • Jeanne GIACOMOTTI, 
  • André PECKER
  •  • 2 878 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Céramiques dures (grès, porcelaines et faïences fines) »  : […] Si, dès l'époque de la pierre polie, les hommes de la vallée du fleuve Jaune pratiquaient l'art de la poterie ornée, l'apport essentiel de l' Extrême-Orient (Chine, Corée, Japon) à la céramique est la pâte dure, imperméable, cuite à haute température. Les recherches pour les grès opaques et « proto-porcelaines », qui remonteraient aux premières dynasties chinoises, plus de mille ans avant notre è […] Lire la suite

CUERDA SECA

  • Écrit par 
  • Colette CROUZET
  •  • 490 mots

L'expression cuerda seca est employée pour la première fois en 1558 pour désigner un décor céramique dans lequel on isole les émaux par un trait gravé et une matière de composition différente. Ce procédé a été utilisé pour la première fois par les Achéménides dans la décoration de la frise des Archers (I er millénaire) : M.-M. Rutten révèle dans les Mémoires de la mission archéologique en Iran […] Lire la suite

DAMAS

  • Écrit par 
  • Nikita ELISSÉEFF, 
  • Éric VERDEIL
  •  • 3 392 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La céramique »  : […] Des fours trouvés aux portes de la ville attestent une grande activité de l'industrie céramique à Damas dès les temps anciens. On connaît des pièces datant du x e  siècle, comme la coupe d'époque fāṭimide qui se trouve au Louvre et des vases à couverte bleue avec décor lustré à grands caractères épigraphiques. Les ateliers de faïence travaillent déjà sous les Mamelouks et font des pièces blanches […] Lire la suite

HANNONG LES

  • Écrit par 
  • Jeanne GIACOMOTTI
  •  • 479 mots

Célèbre famille d'origine hollandaise dont le nom domine l'histoire de la céramique strasbourgeoise au xviii e siècle. Une modeste fabrique de pipes en terre établie en 1710 par Charles-François Hannong à Strasbourg, rue du Foulon (actuelle rue Hannong), est à l'origine de la grande manufacture de faïence et de porcelaine appelée à une renommée européenne. En 1721, Charles-François Hannong commen […] Lire la suite

MAJOLIQUE

  • Écrit par 
  • Jeanne GIACOMOTTI
  •  • 333 mots
  •  • 1 média

Traduction française du mot italien maiolica dont l'usage remonte au xv e  siècle. Le terme de maiolica s'appliquait alors seulement aux brillantes faïences à reflets métalliques fabriquées en Espagne, à Malaga puis à Valence et aux alentours, qui étaient importées en grande quantité en Italie avec des tissus précieux et d'autres marchandises par des navires venus des Baléares, de l'île de Majorq […] Lire la suite

NEVERS

  • Écrit par 
  • Robert CHAPUIS
  •  • 626 mots
  •  • 2 médias

Nevers (36 480 hab. en 2013), préfecture de la Nièvre, est née sur une butte (où s'élève la cathédrale) dominant le confluent de la Loire et de la Nièvre. L'occupation du site est ancienne ; si on doute aujourd'hui que Nevers ait été la Noviodunum Aeduorum dont fait mention César, on sait que la ville gallo-romaine reçoit une enceinte au iv e  siècle, devient burgonde puis franque ; Clovis y fav […] Lire la suite

PERSE - Arts

  • Écrit par 
  • Pierre AMIET, 
  • Ernest WILL
  •  • 11 892 mots
  •  • 27 médias

Dans le chapitre « Néo-Élamites et Perses »  : […] Le royaume élamite fut restauré à la fin du viii e  siècle, mais éclaté en plusieurs principautés, avec Suse pour métropole de prestige. Sur son acropole fut édifié un petit temple revêtu de carreaux émaillés polychromes, fixés par des pommeaux en forme de protomes d'animaux et de monstres. C'était là une adaptation de l'art de la faïence siliceuse inauguré à l'époque médio-élamite et développé a […] Lire la suite

PORCELAINE

  • Écrit par 
  • Marcelle BRUNET, 
  • Antoinette FAŸ-HALLÉ, 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT, 
  • Madeleine PAUL-DAVID, 
  • Tamara PRÉAUD
  •  • 6 328 mots
  •  • 3 médias

La qualité de la porcelaine chinoise, l'harmonie et la diversité de ses formes et de ses décors, son indiscutable antériorité, puisqu'elle était déjà mise au point techniquement sous la dynastie Sui (589-618), ont assuré son prestige dans le monde entier. La fascination qu'elle a exercée s'explique aussi par le mystère, qui parut longtemps miraculeux aux yeux des étrangers, d'une matière issue de […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Henry-Pierre FOUREST, Jeanne GIACOMOTTI, « FAÏENCE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/faience/