ROUEN FAÏENCE DE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La ville de Rouen se glorifie d'avoir abrité le premier grand maître faïencier français Masséot Abaquesne qui y est cité dès 1526 comme habitant de la paroisse Saint-Vincent. Il dirigeait une importante entreprise sise rue d'Elbeuf, au faubourg Saint-Sever qui restera le quartier des potiers. À partir du milieu du xviie siècle, on peut suivre la progression croissante de l'industrie faïencière rouennaise à la suite du privilège accordé en 1644 à Nicolas Poirel, sieur de Grandval, affermé à Edme Poterat et enregistré en 1648 par le Parlement de Rouen. Le fils aîné de Poterat, Michel, obtient un autre privilège en 1673 et ouvre une seconde fabrique dans le même quartier, au carrefour Bonne-Nouvelle. C'est lui qui a composé la première pâte de porcelaine tendre française sans kaolin, mais épuisé par ces expériences, il meurt jeune en 1696. En 1717, six nouvelles fabriques sont déjà installées à Rouen (Fouquay, Guillibaud, Caussy, entre autres). D'après le rôle de la capitation, en 1722, on en compte au moins treize, de sorte qu'il faudra établir une réglementation pour prévenir une pénurie de bois de chauffage. L'activité des faïenceries rouennaises se maintient jusqu'à la fin du xviiie siècle. Cependant leur déclin est rapide devant la concurrence de la porcelaine et surtout de la faïence fine anglaise introduite de bonne heure en Normandie. La Révolution devait consommer leur ruine.

La ville de Rouen a réuni l'une des plus complètes collections de sa faïence régionale au musée des Beaux-Arts et de la Céramique (square Verdrel) où sont exposés deux célèbres globes céleste et terrestre monumentaux (hauts de 1,50 m) dont le premier porte la signature de Pierre Chapelle et la date de 1725. Enfin, c'est un Rouennais, André Pottier, petit-fils d'un des fabricants du xviiie siècle, qui, par la publication d'un ouvrage important en 1870, s'est fait le premier historien de la faïence de Rouen.

—  Jeanne GIACOMOTTI

Écrit par :

Classification


Autres références

«  ROUEN FAÏENCE DE  » est également traité dans :

FAÏENCE

  • Écrit par 
  • Henry-Pierre FOUREST, 
  • Jeanne GIACOMOTTI
  •  • 3 908 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La faïence aux XVIIe et XVIIIe siècles »  : […] Au xvii e  siècle, l'Espagne (Talavera de la Reyna, Puente del Arzobispo, Muel, Lerida), le Portugal (Lisbonne) et l'Italie (Naples et Castelli, Gênes, Albissola et Savone) continuèrent à produire d'innombrables faïences, mais ces différents centres ne jouèrent plus qu'un rôle secondaire ; de nouveaux foyers créateurs se constituaient : les Pays- […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/faience/#i_51180

PORCELAINE

  • Écrit par 
  • Marcelle BRUNET, 
  • Antoinette FAŸ-HALLÉ, 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT, 
  • Madeleine PAUL-DAVID, 
  • Tamara PRÉAUD
  •  • 6 326 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La porcelaine tendre »  : […] Les premières porcelaines chinoises sont parvenues en Europe au xv e  siècle. Aussi, dès la fin de ce siècle, des tentatives sont-elles faites en Italie pour les imiter. Mais il semble bien qu'à Venise et à Ferrare on ne soit parvenu qu'à des matériaux vitreux. Au contraire, à Florence, sous le règne du grand-duc François I er […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/porcelaine/#i_51180

Pour citer l’article

Jeanne GIACOMOTTI, « ROUEN FAÏENCE DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/faience-de-rouen/