HYBERT FABRICE (1961- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une entreprise de déproduction

Cette production, Fabrice Hybert l'a engagée dans un processus de création de véritables entreprises économiques en lien avec la société UR (Unlimited Responsability) qu'il a créée en 1994. Lui permettant d'entrer en relation avec d'autres sociétés, UR est notamment chargée d'accompagner des projets, dont les POF – prototypes d'objets en fonctionnement, autrement dit des objets imaginés, sans usage défini, qui engagent de nouvelles attitudes : des galets pour faire des ricochets, la balançoire pour un double plaisir solitaire, le ballon carré (POF n, 1998) produit en collaboration avec la F.N.A.C. à l'occasion de la Coupe du monde de football en 1998. Prolongée par un petit film, cette invention a connu un tel succès que Fabrice Hybert a dû édicter des règles de jeu qui furent appliquées lors de tournois organisés dans des salles spécialement aménagées. Un POF-shop, dans lequel sont vendus les objets POF par des vendeurs-manipulateurs d'objets (des jongleurs, des gens du cirque) s'est ouvert fin 2000 à Tōkyō, avant un autre en Belgique. En 1997, à la Biennale de Venise, Fabrice Hybert avait monté un studio de production. À Tōkyō, c'est une télévision « où tout est inventé en permanence » qui voit le jour sous son label.

L'artiste entrepreneur se comporte comme un virus s'infiltrant dans la société économique – sans perspective critique vis-à-vis de celle-ci – avec une volonté de provoquer des interférences, de promouvoir une idée de « déproduction qui irait à l'encontre des logiques de la société de consommation ». Ainsi, en 2000, Fabrice Hybert plante, dans le cadre d'une commande passée par la ville de Cahors, 2 000 arbres fruitiers pour mettre fin au monopole des arbres décoratifs. Puis il transforme à Paris l'Arc de Triomphe en un espace de consultation, un site encyclopédique, une coopérative « inconnu.net » qui, comme les UR, est « un des moyens pour élargir le champ d'action de mon travail au-delà de ma mort ». Pour Fabrice Hybert, l’artiste doit être à la fois réalisateur, entrepreneur et médiateur. Il ne choisit pas de se mettre en retrait de la sphère économique, mais il cherche à mettre en place une méthode de production marginale « complètement individuelle » qui irait à l'encontre de l'expansion productiviste. Un ver dans le fruit.

De sa collaboration au ballet des Quatre Saisons de Vivaldi avec le chorégraphe Angelin Preljocaj (2005), où après avoir assuré la « chaosgraphie », les décors et les costumes, Fabrice Hybert a interféré dans le mouvement initial prévu en insérant des POFs sur scène, s'est renforcé le concept de rhizome. « Dans un rhizome, des chaînons sémiotiques de toutes natures sont connectés à des modes d'encodage très divers, chaînons biologiques, politiques, économiques mettant en jeu non seulement des régimes de signes différents mais aussi le statut d'état des choses. » Les œuvres de Fabrice Hybert créent ainsi des liens infinis entre des formes variées en fonctionnant par hybridation d'un domaine à l'autre, connectés au social et au politique.

Dans l’exposition Matières Premières (2012) au Palais de Tokyo à Paris, Fabrice Hyber cherche à traduire un paysage mental aux multiples connexions et foncièrement hybride, où le dessin, le vent, la lumière ou le rouge à lèvres ont chacun leur part.

Depuis le 1er mai 2004, l'artiste a choisi de modifier son nom en Fabrice Hyber.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : historienne de l'art, conservateur au musée d'Art moderne et contemporain, Genève

Classification

Pour citer l’article

Françoise NINGHETTO, « HYBERT FABRICE (1961- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/fabrice-hybert/