MPHAHLELE EZEKIEL (1919-2008)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Romancier, essayiste et nouvelliste, Ezekiel Mphahlele a signé une autobiographie, Down Second Avenue (1959, Au bas de la Deuxième Avenue), qui est aujourd'hui l'un des grands classiques de la littérature sud-africaine. Ce texte mêle le récit du passage à l'âge adulte d'un jeune homme à une critique sociale mordante des conditions de vie qu'impose l'apartheid aux Sud-Africains noirs.

Né le 17 décembre 1919 à Marabastad, dans la province du Nord, Ezekiel (dit Es'kia) Mphahlele grandit à Pretoria et fréquente l'école secondaire Saint Peter de Rosettenville, au sud de Johannesburg, puis le centre de formation des maîtres Adams dans le Natal. L'État met un terme à sa carrière de professeur d'anglais et d'afrikaans lorsqu'il s'oppose avec véhémence aux mesures extrêmement restrictives que prévoit la loi instaurant la ségrégation raciale dans le système éducatif (Bantu Education Act, 1953). Installé à Pretoria, il assume la charge de directeur littéraire du magazine Drum de 1955 à 1957 et fréquente l'université d'Afrique du Sud, où il passe une maîtrise en 1956. Le jeune homme s'exile de son plein gré en 1957, faisant d'abord escale au Nigeria.

Mphahlele occupe dès lors un certain nombre de postes académiques et culturels au Kenya, en France et aux États-Unis. Il dirige ainsi le programme africain lors du congrès de l'Association internationale pour la liberté de la culture tenu à Paris. De 1960 à 1964, il est par ailleurs rédacteur, avec Ulli Beier et Wole Soyinka, de Black Orpheus, revue influente publiée à Ibadan, au Nigeria. Fondateur et directeur, de 1963 à 1965, du centre culturel Chemchemi accueillant les artistes et les écrivains de Nairobi, il travaille enfin comme rédacteur au magazine Africa Today en 1967. Ezekiel Mphahlele passe un doctorat à l'université de Denver en 1968. Neuf ans plus tard, il rentre en Afrique du Sud et dirige le département de littérature africaine à l'université du Witwatersrand à Johannesburg entre 1983 et 1987.

Parmi les essais publiés par Mphahlele, signalons The African Image (1962) et Voices in the Whirlwind (1972), qui abordent les thèmes de la négritude, de la personnalité africaine, du nationalisme, de l'écrivain en Afrique noire et de l'image littéraire de l'Afrique. L'écrivain participe également à la création de la première maison d'édition indépendante noire en Afrique du Sud, co-dirige la publication de l'anthologie Modern African Stories (1964) et contribue à l'ouvrage African Writing Today (1967). Ses nouvelles – dont certaines sont rassemblées sous les titres In Corner B (1967), The Unbroken Song (1981) et Renewal Time (1988) – se déroulent presque toutes au Nigeria. Parmi les œuvres de maturité de Mphahlele, citons les romans The Wanderers (1971) et Chirundu (1979) ainsi que la suite de son autobiographie, Afrika My Music (1984). Es'kia (2002) et Es'kia Continued (2005) réunissent divers essais et écrits. Ezekiel Mphahlele s'éteint le 27 octobre 2008 à Lebowa-Kgomo, dans sa province natale.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Classification

Pour citer l’article

« MPHAHLELE EZEKIEL - (1919-2008) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/ezekiel-mphahlele/