EXTRASYSTOLE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Contraction cardiaque, isolée ou en salves, survenant en dehors du rythme sinusal normal. Une extrasystole peut être découverte à l'auscultation et à la prise du pouls, mais l'analyse des extrasystoles par l'électrocardiogramme est toujours nécessaire. On peut schématiquement opposer les extrasystoles d'origine auriculaire ou nodale, habituellement sans signification pathologique, aux extrasystoles d'origine ventriculaire, qui traduisent presque toujours une altération du myocarde. De nombreuses drogues anti-arythmiques peuvent être utilisées contre les extrasystoles.

Leur activité peut être testée expérimentalement, car on peut facilement provoquer des extrasystoles en troublant le rythme cardiaque d'un animal de laboratoire. Il suffit pour cela de soumettre son cœur à un choc électrique d'intensité suffisante et de voltage convenable. On obtient ainsi une contraction anticipée suivie d'un « repos compensateur ». Une série d'excitations ne pourra donc pas provoquer la tétanisation du cœur, mais elle déclenchera une allorythmie semblable (au moins formellement) au trouble pathologique décrit ci-dessus.

—  François BOURNÉRIAS

Écrit par :

Classification


Autres références

«  EXTRASYSTOLE  » est également traité dans :

CŒUR - Maladies cardio-vasculaires

  • Écrit par 
  • Jean-Yves ARTIGOU, 
  • Yves GROSGOGEAT, 
  • Paul PUECH
  •  • 16 124 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Arythmies cardiaques »  : […] Le rythme cardiaque normal est lié à la décharge régulière d'un pacemaker, le nœud sinusal, situé à la partie supérieure de l'oreillette droite, et dont les impulsions sont de 60 à 80 par minute chez l'adulte, au repos. Le cœur s'accélère normalement lors de l'activité physique, dans les circonstances physiologiques qui exigent un surcroît de demande métabolique, sous l'effet des émotions et de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/coeur-maladies-cardio-vasculaires/#i_26361

ÉLECTROPHYSIOLOGIE

  • Écrit par 
  • Max DONDEY, 
  • Jean DUMOULIN, 
  • Alfred FESSARD, 
  • Paul LAGET, 
  • Jean LENÈGRE
  •  • 17 313 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Interprétation des E.C.G. »  : […] Les troubles du rythme ont été les plus anciennement décrits. Il en existe un nombre presque infini ; les plus fréquents sont les accélérations régulières du rythme cardiaque (tachycardies paroxystiques ou permanentes), les ralentissements du rythme cardiaque ( bradycardie, lorsque le rythme cardiaque tombe au-dessous de 50 pulsations par minute) et les arythmies proprement […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/electrophysiologie/#i_26361

MYOCARDE ou MUSCLE CARDIAQUE

  • Écrit par 
  • Édouard CORABOEUF, 
  • Didier GARNIER, 
  • Bernard SWYNGHEDAUW
  •  • 6 192 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Contractilité »  : […] On peut étudier la contractilité du cœur en enregistrant soit les variations de pression qu'il développe à l'intérieur de ses cavités, soit ses variations de volume ou de dimensions (cf.  systèmes circulatoires  - Appareil circulatoire humain ), soit encore les variations de longueur d'un fragment de tissu cardiaque ou les variations de la tension que ce fragment peut ex […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/myocarde/#i_26361

Pour citer l’article

François BOURNÉRIAS, « EXTRASYSTOLE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/extrasystole/