EXCLUSION

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Des espaces discriminés, discriminants et de plus en plus criminalisés

La désorganisation sociale à laquelle sont confrontées les sociétés contemporaines entraîne la formation d'espaces sociaux sinistrés, le plus souvent urbains, et aux effets ségrégatifs. Si les banlieues déshérités des grandes villes européennes sont encore loin de ressembler aux ghettos américains sur ce point, elles produisent néanmoins de l'exclusion tout autant qu'elles en sont un produit. Ainsi, le simple fait d'habiter en zone urbaine sensible (Z.U.S.) réduit notamment la probabilité de trouver un emploi dans les 18 mois et augmente de 9,2 p. 100 la durée du chômage par rapport à la durée moyenne. Cet effet discriminant touche a fortiori plus encore les jeunes, lesquels connaissent alors des difficultés accrues par rapport à ceux qui ne résident pas en Z.U.S. pour accéder au marché du travail (taux d'emploi de 23 p. 100 contre 26 p. 100) et un taux de chômage nettement plus important (38 p. 100 contre 23 p. 100). Si, en outre, ils sont d'origine étrangère, ils cumulent alors au moins trois « handicaps » qui les mettent plus facilement que d'autres sur la pente de l'exclusion, mais aussi de la criminalisation.

En effet, les exclus du marché de l'emploi, d'une part, n'ont souvent pas d'autres choix que de recourir au secteur informel, lequel s'est fortement criminalisé avec le développement du trafic de drogues. D'autre part, et surtout, ce nouveau régime de pauvreté se développe dans un contexte de décomposition des instruments traditionnels de représentation politique des groupes défavorisés (partis ouvriers, syndicats, etc.). De sorte que ces derniers sont dépourvus d'un langage collectif et d'une identité positive. Malgré l'apparition d'associations du type Droit devant, AC !, etc., ils restent ainsi à l'état de simple conglomérat composite, fait de catégories hétérogènes définies négativement par la privation sociale – comme l'indique d'ailleurs la trinité des « sans » : sans travail, sans toit, sans papiers. Cet effondrement des porte-parole laisse alors ces acteurs du secteur informel seuls face aux pouvoirs publics, en l'occurrence ceux qui leur sont immédiatement accessibles : les forces de l'ordre.

C'est ainsi qu'on a assisté à une criminalisation de la pauvreté, plus ou moins forte selon les pays. Par là, on entend, à la suite de Loïc Wacquant, le processus par lequel le traitement de la pauvreté tend à passer d'actions politiques et sociales à des actions de type pénales. Le phénomène, à vrai dire, n'est pas nouveau. Déjà au xixe siècle, on secourait les « bons pauvres » tout en poursuivant les autres pour délit de mendicité ou de vagabondage. Les pouvoirs publics ont ainsi toujours oscillé entre solidarité et répression. Mais, à l'heure actuelle, la tendance est plutôt à la répression. Aucun pays n'a en effet complètement évité un recours accru au système pénal dans ses réponses à l'exclusion ; tous ont dû réexaminer certains droits attachés à la citoyenneté (notamment les prestations sociales), même si l'action publique a varié d'un pays à l'autre. On peut ainsi schématiquement placer les politiques publiques en matière de lutte contre l'exclusion sur un continuum qui va de la criminalisation de la misère à sa politisation. À une extrémité, on trouve les États-Unis, dont la réponse aux émeutes du ghetto de Chicago en 1992 s'est principalement limitée à l'envoi de procureurs spéciaux sur place pour arrêter les personnes suspectées de crimes et pillages. À l'autre bout de ce continuum se situe la France. La réponse des autorités françaises, à la suite d'une décennie de troubles urbains, apparaît en effet nettement plus sociale que pénale : bien avant la création des zones urbaines sensibles (Z.U.S.) en 1996, le gouvernement a instauré un revenu minimum d'insertion, étendu l'assurance-chômage et les dispositifs de formation pour les jeunes sans qualification. Un ministère de la Ville a même été créé. Cependant, à côté de cette réponse sociale, les dispositifs répressifs français se sont aussi développés, comme en témoigne de manière emblématique la réforme du Code pénal en 1994 qui incrimine de nouveaux faits jusqu'alors tolérés, tels les tags ou l'occupation illicite de halls d'immeuble. Dans un cas comme dans l'autre, cependant, l'exclusion persiste et, dans une société d'abondance et de consommation, reste sans doute le paradoxe le plus intolérable.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : docteur en science politique, maître de conférences en science politique à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne

Classification

Autres références

«  EXCLUSION  » est également traité dans :

ABSTENTIONNISME

  • Écrit par 
  • Daniel GAXIE
  •  • 6 286 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le renforcement de la désaffection politique »  : […] Les segments de la population les plus prédisposés à l'abstention sont ceux qui cumulent les handicaps sociaux les plus divers. Le chômage, la pauvreté, la précarité, la stagnation du pouvoir d'achat des salariés modestes, la violence physique ou symbolique dans les rapports sociaux, l'absence de perspective, la fatalité de l'échec scolaire, le durcissement des conditions de travail des titulaire […] Lire la suite

AFRIQUE DU SUD RÉPUBLIQUE D'

  • Écrit par 
  • Ivan CROUZEL, 
  • Dominique DARBON, 
  • Benoît DUPIN, 
  • Philippe GERVAIS-LAMBONY, 
  • Philippe-Joseph SALAZAR, 
  • Jean SÉVRY, 
  • Ernst VAN HEERDEN
  •  • 29 843 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « Tensions sociales »  : […] La constance d'un niveau élevé de violence sociale et de criminalité, la montée de la xénophobie contre les migrants venant du reste du continent déclenchant des émeutes violentes régulières (2008, 2014, 2019) ou encore l'émergence d'un islam fondamentaliste – même s’il est très limité – fragilisent le tissu social, alimentent une tendance au repli communautaire et de classe, et à un enfermement […] Lire la suite

ALPHABÉTISATION

  • Écrit par 
  • Béatrice FRAENKEL, 
  • Léon GANI, 
  • Aïssatou MBODJ
  •  • 8 905 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'illettrisme, préoccupation nouvelle des pays industrialisés »  : […] Si l'analphabétisme demeure une caractéristique des pays en développement, les pays industrialisés ont pris conscience, depuis le début des années 1980, que l'alphabétisation n'était pas réellement achevée chez eux, comme certains le pensaient. Les pays de l'Union européenne présentent des situations fort diverses. Les États du Sud tels que la Grèce, le Portugal, l'Espagne et l'Italie n'ont vu qu […] Lire la suite

CHÔMAGE - Le chômeur dans la société

  • Écrit par 
  • Dominique SCHNAPPER
  •  • 3 581 mots

Dans le chapitre « La diversité des expériences vécues »  : […] C'est parmi les catégories sociales modestes que la norme du travail comme expression de l'honneur personnel s'impose de la manière la plus directe : l'estime que les individus ont d'eux-mêmes est fondée sur le travail. La crise d'identité et de statut tient à l'identification de l'honneur au travail et à une perception dichotomique du monde social, qui oppose les travailleurs aux fainéants sans […] Lire la suite

CHÔMAGE - Sociologie du chômage

  • Écrit par 
  • Didier DEMAZIÈRE
  •  • 2 468 mots

Dans le chapitre « Une expérience négative et éclatée »  : […] Dès les années 1930, le chômage est analysé comme une crise de statut et d'identité, générant honte et culpabilité, conduisant au repli sur soi, déconnectant des rythmes collectifs, déstabilisant les rôles familiaux, compromettant les relations avec autrui, alimentant le sentiment d'être à part. Il est, de manière typique, une épreuve négative, qui prive de valeur, de dignité, de place. Une épr […] Lire la suite

CLASSES SOCIALES - Classe ouvrière

  • Écrit par 
  • Julian MISCHI, 
  • Nicolas RENAHY
  •  • 4 408 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De la classe ouvrière aux mondes ouvriers »  : […] La marginalisation des ouvriers s'opère d'abord dans les représentations collectives et la vie politique. Alors que le référent « classe ouvrière » était au cœur des mouvements sociaux du xx e  siècle, notamment lors du Front populaire ou de Mai-68, on observe depuis les années 1970 son retrait progressif des débats idéologico-politiques. Ce processus s'ancre dans le déclin des organisations qui […] Lire la suite

CRÉATION DE L'HÔPITAL GÉNÉRAL

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 191 mots

L'édit du 27 avril 1656 réunit sous une administration commune – l'Hôpital général – plusieurs établissements hospitaliers de Paris. Ce qui avait déjà été réalisé à Lyon en 1614 a été entrepris dans la capitale « pour empêcher la mendicité et l'oisiveté, comme source de tous les désordres ». L'idée de séparer de la société les pauvres et les marginaux est alors au principe d'une politique officiel […] Lire la suite

INÉGALITÉS - Analyse et critique

  • Écrit par 
  • Alain BIHR, 
  • Roland PFEFFERKORN
  •  • 9 523 mots

L'évolution de la thématique des inégalités économiques et sociales au sein du débat politique, mais aussi dans le milieu de la recherche universitaire et académique, offre un bon exemple du décalage qui peut s'instituer entre les discours et la réalité sur laquelle ils portent. Les années 1970 avaient vu les études sur les inégalités sociales se multiplier, alors que les politiques publiques de […] Lire la suite

INTÉGRATION, sociologie

  • Écrit par 
  • Gilles FERREOL
  •  • 1 272 mots

Dans le chapitre « De nombreuses contestations  »  : […] On peut citer, en premier lieu, la crise de la laïcité. La loi de séparation des Églises et de l'État en 1905 poursuivait une double finalité : émancipation vis-à-vis de la puissance ecclésiastique, intégration dans une collectivité unifiée. Outre sa suppression par le régime de Vichy de 1940 à 1944, un tel cadre a suscité des oppositions plus ou moins vives au cours du xx e  siècle et s'est acco […] Lire la suite

MALADIES MENTALES

  • Écrit par 
  • Paul SIVADON
  • , Universalis
  •  • 5 762 mots

Dans le chapitre « Le sort des malades mentaux avant le XXe siècle »  : […] Le malade mental, par la mise en question de la réalité commune à laquelle il se livre, par les comportements imprévisibles et les transgressions à la règle qu'il se permet, peut provoquer des réactions de rejet. Dans une société où la personnalité humaine est mal individualisée, cette réaction se traduit tout simplement par l' exclusion, qu'il s'agisse d'un abandon rituel ou d'une mise à mort. Au […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

27 mai 2022 Canada – Chine. Exclusion du chinois Huawei du déploiement d'un réseau 5G.

Le gouvernement canadien annonce l’exclusion du groupe de télécommunications chinois Huawei du déploiement du réseau 5G dans le pays, comme l’ont déjà fait les États-Unis et nombre d’autres pays occidentaux. […] Lire la suite

1er-31 mars 2022 Ukraine – Russie. Poursuite de la pression militaire russe et des soutiens occidentaux à l'Ukraine.

Le 3 également, lors de son premier entretien avec la presse internationale, le président Volodymyr Zelensky demande à ses alliés occidentaux d’instaurer une zone d’exclusion aérienne sur son pays, en raison de la supériorité de l’aviation russe, ou, à défaut, de lui livrer des avions. L’OTAN a déjà exclu d’imposer une telle zone d’exclusion aérienne. […] Lire la suite

4-19 mars 2022 Suisse – Russie – Ukraine. Nouvelles sanctions contre la Russie.

Il déclare aussi se joindre à l’exclusion des banques russes du réseau de communication interbancaire SWIFT prévu par l’Union européenne (UE). Enfin, il annonce l’octroi aux réfugiés ukrainiens, ainsi qu’aux étrangers résidant légalement en Ukraine, du permis de séjour « S ». Ce statut de protection provisoire, institué par la loi sur l’asile de juin 1998 et encore jamais appliqué, est destiné à protéger des personnes « aussi longtemps qu’elles sont exposées à un danger général grave, notamment pendant une guerre ou une guerre civile ou lors de situations de violence généralisée ». […] Lire la suite

4 février - 13 mars 2022 Chine. Jeux Olympiques et Paralympiques d'hiver de Pékin.

Cinq cent soixante-quatre athlètes appartenant à quarante-six délégations y participent, à la suite de l’exclusion par le CIO, le 3 mars, des sportifs russes, qui devaient concourir sous une bannière neutre, et des sportifs biélorusses, en raison de la violation de la trêve olympique par leurs gouvernements du fait de l’invasion de l’Ukraine. Les pays occupant les trois premières places en nombre de titres sont la Chine, l’Ukraine et le Canada. […] Lire la suite

26 janvier 2022 Chine. Exclusion du secrétaire du PCC à Hangzhou.

La commission centrale d’inspection de la discipline du Parti communiste chinois (PCC) annonce l’exclusion du secrétaire du PCC à Hangzhou, Zhou Jiangyong, et sa prochaine inculpation. Celui-ci est accusé d’avoir « accepté des propriétés pour des montants très importants » et d’avoir « soutenu l’expansion désordonnée du capital ». Hangzhou, capitale de la province du Zhejiang, est le siège du géant du commerce en ligne Alibaba et de nombreuses start-up. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Delphine DULONG, « EXCLUSION », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 novembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/exclusion/