EXAPTATION

ADAPTATION Adaptation biologique

  • Écrit par 
  • Armand de RICQLÈS
  •  • 1 376 mots

Dans le chapitre « Homoplasies et exaptations »  : […] L'adaptation des structures aux fonctions qu'elles accomplissent s'exprime par une conséquence bien connue en biologie et en paléontologie : l'existence de parallélismes ou de convergences entre des organismes non apparentés mais semblablement adaptés. Il se crée ainsi des « ressemblances trompeuses » entre les organismes adaptés à des modes de vie similaires (ressemblance superficielle du dauphi […] […] Lire la suite

ÉVOLUTION

  • Écrit par 
  • Armand de RICQLÈS, 
  • Stéphane SCHMITT
  •  • 15 123 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « L'exaptation »  : […] Du coté des « process évolutifs », Gould et Lewontin avaient déjà réagi (1979) contre la myopie panadaptationniste qui confond l'utilité extemporanée d'une structure avec les raisons de l'origine de celle-ci au cours de l'évolution. Cette critique a été ensuite développée et formalisée avec le concept d'exaptation (Gould et Vrba, 1982). Ce concept tourne la difficulté classique sur l'origine adap […] […] Lire la suite

PRÉADAPTATION

  • Écrit par 
  • Cédric GRIMOULT
  •  • 1 076 mots

Dans le chapitre « Reformulation du concept de préadaptation »  : […] Depuis la fin des années 1950, la préadaptation a été redéfinie (notamment par Ernst Mayr) comme étant la capacité d'un caractère (anatomique, physiologique, éthologique, ou autre) à être utilisé par l'organisme pour une autre fonction que celle qu'il avait à l'origine. Plusieurs auteurs, par exemple, croient que les plumes des ancêtres des oiseaux ont d'abord surtout joué un rôle dans la régulati […] […] Lire la suite

TÉTRAPODES

  • Écrit par 
  • Philippe JANVIER, 
  • Jorge MONDÉJAR FERNÀNDEZ
  •  • 3 701 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Génomique fonctionnelle du développement des tétrapodes »  : […] Depuis les années 2020, on a procédé à une étude comparative du génome complet d’un ensemble de vertébrés à mâchoires, incluant des chondrichthyens (poissons cartilagineux : requins et chimères), mais aussi des ostéichthyens (actinoptérygiens, dipneustes, cœlacanthes et tétrapodes), afin de comprendre comment l’expression de divers gènes – notamment des gènes régulateurs du développement embryonn […] […] Lire la suite