EXAMENS ET CONCOURS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Vérifier et certifier

Mais l'histoire des examens et des concours témoigne d'autres interrogations. Elles portent sur la double fonction de ces épreuves : vérifier et certifier.

Et d'abord qui a compétence et légitimité pour certifier ? À l'égard du monopole de l'État sur les qualifications et les grades, les sentiments sont aujourd'hui marqués d'ambivalence. « Toujours autant d'État » : les citoyens souhaitent être garantis contre les incompétences, les supercheries, les passe-droits. Le maintien du baccalauréat comme « certification » nationale, en dépit de toutes les critiques dont il est l'objet comme examen, correspond à cette attente d'un traitement réputé égalitaire. « Désormais moins d'État » exprime le désir de ces mêmes citoyens de voir s'assouplir les contraintes bureaucratiques qui paralysent les capacités d'entreprendre : toute qualification doit-elle passer par la rédaction centralisée d'un « référentiel de compétences » sanctionnées par un examen officiel ?

Par ailleurs, à l'heure de l'ouverture à l'Europe, la mobilité souhaitée des étudiants, voire des lycéens, des collégiens ou des écoliers, oblige à penser des modalités d'évaluation « eurocompatibles » : le système des « unités capitalisables » ou la restructuration des grades universitaires (L.M.D. : licence, maîtrise, doctorat) témoignent de ces tentatives, mais tout autant, de leurs difficultés de mise en œuvre.

Enfin – l'histoire des examens et des concours en témoigne – se pose de façon permanente la double question de ce que vérifient les épreuves, et de la validité des moyens utilisés pour cette vérification. L'excellence d'une dissertation au concours du C.A.P.E.S. permet-elle de préjuger des capacités d'un(e) candidat(e) à tenir une classe ? Le système de notation par la moyenne générale et les coefficients, utilisé au baccalauréat, n'offre-t-il pas aux candidats rusés les moyens de faire l'impasse sur les disciplines qui ne les motivent pas ? Comment équilibrer le contrôle continu, dont la pression constante accentue le bachotage, et l'examen final, qui risque de confier au hasard la sanction des études ? Comment prendre en compte, en particulier dans la formation des adultes, les acquis de l'expérience et les valider ? Comment pondérer les écarts subjectifs de notation entre les examinateurs d'une même épreuve, en particulier quand cette dernière est à l'échelle d'une académie, voire de la nation ? À toutes ces questions, comme à bien d'autres, des réponses ont été tentées, jamais totalement satisfaisantes. Mais c'est déjà beaucoup qu'elles aient été posées et continuent de l'être. L'efficacité le demande. L'équité l'exige.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  EXAMENS ET CONCOURS  » est également traité dans :

CHINOISE (CIVILISATION) - Bureaucratie, gouvernement, économie

  • Écrit par 
  • Pierre-Étienne WILL
  •  • 11 003 mots

Dans le chapitre « Recrutement, carrières, vie politique »  : […] Qu'il s'agisse de définir et de superviser des politiques sous-traitées à des acteurs non bureaucratiques ou de gérer directement la fiscalité, la justice, la politique monétaire, la défense, sans parler du personnel lui-même, toutes ces fonctions demandent une indéniable technicité. Les fonctionnaires choisis pour les assumer possèdent-ils les compétences requises, ou n'a-t-on que d'aimables (ou […] Lire la suite

CONCOURS INTERNATIONAUX D'INTERPRÉTATION MUSICALE

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 3 310 mots
  •  • 3 médias

Les concours internationaux d'interprétation musicale présentent les ombres et les lumières de tous les systèmes qui prétendent classer l'inclassable. Ils sont d'origine très récente. Rares sont ceux qui ont vu le jour avant la Seconde Guerre mondiale. Subsistent encore, parmi les plus anciens, le concours Frédéric Chopin créé en 1927 , le concours Henryk Wieniawski qui débute en 1935, le concours […] Lire la suite

CONFUCIUS & CONFUCIANISME

  • Écrit par 
  • ETIEMBLE
  •  • 14 467 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le système des examens »  : […] Pour redresser la situation, il fallut attendre le vi e siècle et la dynastie des Sui. Les Tang, qui lui succédèrent en 618, achevèrent la restauration. Les Sui avaient déjà institué l' examen de « lettré accompli », et l'examen sur les classiques ; on les conserva sous les Tang en y ajoutant trois nouveaux examens : ceux de droit, de mathématiques et d'écriture purent conférer le doctorat. L'ex […] Lire la suite

ÉCOLE NATIONALE SUPÉRIEURE DES BEAUX-ARTS, Paris

  • Écrit par 
  • Emmanuel SCHWARTZ
  •  • 1 219 mots

Dans le chapitre « Administration et politique »  : […] La Convention nationale supprime les Académies en 1793, tout en conservant leurs écoles. Sous la Restauration, en 1819, une ordonnance royale fixe les règlements qui placent l’École sous le contrôle de l'État et le grand prix de Rome sous l’autorité de l'Institut (qui regroupe cinq académies, dont l’Académie des beaux-arts). Les élèves de l'Ancien Régime (uniquement des hommes) sont inscrits sur s […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Daniel HAMELINE, « EXAMENS ET CONCOURS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 avril 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/examens-et-concours/