EXAMENS ET CONCOURS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un enjeu social

Ces rappels montrent que le retentissement personnel, positif ou négatif, des examens et des concours est fonction de leur enjeu social. L'histoire en témoigne : examens et concours participent des procédures que les sociétés utilisent pour réguler le placement social de leurs membres mais aussi pour contrôler les manières de faire, d'être et de penser. L'affaire est politique. Le recrutement sur concours de la bureaucratie impériale chinoise, sous la dynastie Han (– 206-220), en fournit la première preuve.

L'un des traits de la modernité est la constitution des États centralisateurs, dont la France monarchique, impériale et républicaine est l'un des plus impressionnants exemples. Ce renforcement et cette extension de la compétence de l'État s'accompagnent de la sécularisation de plus en plus marquée de l'enseignement et de la formation. Au début du xixe siècle, l'Université impériale se voit réserver le monopole de la collation des grades, un monopole qui n'est pas jugé contraire à la liberté de l'enseignement reconnue par la loi.

Pour autant, tous les examens n'ont pas d'emblée une organisation nationale. Le certificat d'études primaires, par exemple, est d'abord créé à l'échelle des départements à l'initiative des inspections d'académie. Il n'est institué comme épreuve nationale régie par la loi qu'en 1882. Cet exemple éclaire le débat récurrent entre deux positions qu'illustrent mieux encore l'histoire des réformes du baccalauréat et le jeu quasi caricatural de marches et de contre-marches qui les caractérise. D'un côté, les partisans d'une homogénéité nationale des épreuves d'examen : ils préconisent l'égalité des citoyens et rappellent les risques de disparité qu'entraîne l'initiative régionale, départementale ou locale. De l'autre, les partisans d'une relative hétérogénéité des épreuves : ils revendiquent la diversité des situations et soulignent les risques de rigidité et d' [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  EXAMENS ET CONCOURS  » est également traité dans :

CHINOISE (CIVILISATION) - Bureaucratie, gouvernement, économie

  • Écrit par 
  • Pierre-Étienne WILL
  •  • 11 003 mots

Dans le chapitre « Recrutement, carrières, vie politique »  : […] Qu'il s'agisse de définir et de superviser des politiques sous-traitées à des acteurs non bureaucratiques ou de gérer directement la fiscalité, la justice, la politique monétaire, la défense, sans parler du personnel lui-même, toutes ces fonctions demandent une indéniable technicité. Les fonctionnaires choisis pour les assumer possèdent-ils les compétences requises, ou n'a-t-on que d'aimables (ou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chinoise-civilisation-bureaucratie-gouvernement-economie/#i_27028

CONCOURS INTERNATIONAUX D'INTERPRÉTATION MUSICALE

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 3 309 mots
  •  • 3 médias

Les concours internationaux d'interprétation musicale présentent les ombres et les lumières de tous les systèmes qui prétendent classer l'inclassable. Ils sont d'origine très récente. Rares sont ceux qui ont vu le jour avant la Seconde Guerre mondiale. Subsistent encore, parmi les plus anciens, le concours Frédéric Chopin créé en 1927 , le concours Henryk Wieniawski qui débute en 1935, le concours […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/concours-internationaux-dinterpretation-musicale/#i_27028

CONFUCIUS & CONFUCIANISME

  • Écrit par 
  • ETIEMBLE
  •  • 14 466 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le système des examens »  : […] Pour redresser la situation, il fallut attendre le vi e siècle et la dynastie des Sui. Les Tang, qui lui succédèrent en 618, achevèrent la restauration. Les Sui avaient déjà institué l' examen de « lettré accompli », et l'examen sur les classiques ; on les conserva sous les Tang en y ajoutant trois nouveaux examens : ceux de droit, de mathématiq […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/confucius-et-confucianisme/#i_27028

ÉCOLE NATIONALE SUPÉRIEURE DES BEAUX-ARTS, Paris

  • Écrit par 
  • Emmanuel SCHWARTZ
  •  • 1 219 mots

Dans le chapitre « Administration et politique »  : […] La Convention nationale supprime les Académies en 1793, tout en conservant leurs écoles. Sous la Restauration, en 1819, une ordonnance royale fixe les règlements qui placent l’École sous le contrôle de l'État et le grand prix de Rome sous l’autorité de l'Institut (qui regroupe cinq académies, dont l’Académie des beaux-arts). Les élèves de l'Ancien Régime (uniquement des hommes) sont inscrits sur s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecole-nationale-superieure-des-beaux-arts-paris/#i_27028

Voir aussi

Pour citer l’article

Daniel HAMELINE, « EXAMENS ET CONCOURS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/examens-et-concours/