ÉVÉNEMENT, histoire

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'empire de l'événement

L'histoire de France, qu'au seuil du xxe siècle Ernest Lavisse enseignait aux jeunes Français, de l'école primaire à l'université, semblait une succession d'événements majeurs que le talent de l'historien permettait d'associer pour former une véritable intrigue. Toutefois, il faut admettre que ce lien « naturel » de l'événement et de l'histoire attire des critiques précoces : que l'on songe à la chute désabusée de Voltaire (Nouvelles Considérations sur l'histoire, 1744) : « Après avoir lu trois ou quatre mille descriptions de batailles [...] je n'étais guère plus instruit au fond. Je n'apprenais là que des événements. »

Mais au xixe siècle, par-delà les dissensions qui les opposent, les défenseurs d'une histoire-science et les partisans d'une histoire-œuvre d'art qui fait renaître le passé s'accordent pour sanctifier l'événement. Puisque l'histoire spécifie et cerne l'individuel irréductible, les historiens « ne conçoivent pas que l'histoire puisse traiter autre chose que des événements, des faits individuellement déterminés » (Krzysztof Pomian, L'Ordre du temps, 1984). La perception du visible par les témoins du changement détermine le travail de l'historien, qui se contente alors de critiquer les témoignages porteurs des événements.

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : professeur des Universités en histoire contemporaine, Institut d'études politiques, université de Lille-II

Classification


Autres références

«  ÉVÉNEMENT, histoire  » est également traité dans :

GÉNÉRATION

  • Écrit par 
  • Claudine ATTIAS-DONFUT
  •  • 1 301 mots

La notion de génération est une catégorie qui procède non pas de données biologiques, mais de processus sociaux et temporels. Les naissances et décès continuels, par lesquels la société se renouvelle, ne forment pas en eux-mêmes des générations. Celles-ci sont des abstractions, des produits de l'imaginaire social, dont la fonction symbolique est d'organiser le temps. Si la notion de génération e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/generation/#i_41364

HISTOIRE (Histoire et historiens) - L'écriture de l'histoire

  • Écrit par 
  • Christian DELACROIX
  •  • 4 391 mots

Dans le chapitre « De la disqualification à la réhabilitation du récit »  : […] Un cran supplémentaire dans le procès en suspicion mené contre la « forme » et la dimension littéraire de l'histoire est franchi avec les historiens qui, au début du xx e  siècle, promeuvent et pratiquent une histoire sociale des structures défendue comme « histoire-science sociale » contre une histoire-récit dénoncée comme superficiellement desc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-histoire-et-historiens-l-ecriture-de-l-histoire/#i_41364

HISTOIRE (Domaines et champs) - Anthropologie historique

  • Écrit par 
  • André BURGUIÈRE
  •  • 3 164 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le temps anthropologique : le changement comme paraphrase »  : […] La pensée anthropologique refuse l'idée d'une nature humaine donnée une fois pour toutes. L'humanité comme culture est une réalité ouverte, inachevée, qui s'est construite dans et par son histoire. Non en se réinventant à chaque instant, comme si le temps ne lui tendait que des pages blanches à remplir, mais en puisant ses formules d'agencement et de renouvellement dans sa mémoire collective ; un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-domaines-et-champs-anthropologie-historique/#i_41364

Voir aussi

Pour citer l’article

Olivier LÉVY-DUMOULIN, « ÉVÉNEMENT, histoire », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/evenement-histoire/