RÉACTEUR NUCLÉAIRE E.P.R. (European Pressurized Reactor)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un réacteur plus puissant et des renforcements de sûreté

Le réacteur E.P.R. se distingue du palier N4 par les caractéristiques suivantes :

– une puissance électrique plus élevée, qui est de 1 650 MW contre 1 450 MW ;

– une durée de vie technique prévue de l'ordre de soixante ans, contre trente ans pour les réacteurs actuellement en fonctionnement (E.D.F. souhaitant porter la durée des R.E.P. à quarante ans) ;

– une quantité d'énergie fournie par le combustible plus importante du fait du plus fort taux d'enrichissement de l'uranium (4,9 p. 100 d'uranium 235 au lieu de 3,5 p. 100), ce qui entraîne une augmentation du rendement de la production d'électricité (environ 36 p. 100 contre 33 p. 100).

Le réacteur E.P.R. peut utiliser du combustible MOX, mais ce n'est en aucun cas une nécessité (il n'est pas prévu de s'en servir pour le réacteur finlandais). Le MOX, dont la teneur en plutonium est de 11 p. 100 (contre 7 p. 100 pour les R.E.P. précédents), peut représenter jusqu'à 50 p. 100 du cœur du réacteur, voire 100 p. 100.

Des renforcements en matière de sûreté sont prévus. Ils comportent principalement une épaisseur accrue de l'enceinte de confinement, la multiplication et l'amélioration des systèmes de sécurité et de sauvegarde des fonctions vitales (le refroidissement du cœur par exemple), des renforcements dans les procédures opérationnelles et l'automatisation du système de contrôle-commande (le « cerveau » du réacteur, pour le fonctionnement normal comme en cas d'accident). Tous ces efforts visent à réduire la probabilité d'un scénario accidentel conduisant à la fusion du cœur. L'innovation de sûreté considérée comme la plus emblématique de l'E.P.R. consiste dans son « récupérateur de corium » (ou « cendrier »), placé au-dessous de la cuve du réacteur. Ce dispositif est supposé garantir que, en cas de fusion des éléments combustibles (comme ce qui s'est passé lors de l'accident de Three Mile Island aux États-Unis en mars 1979 et sur les trois réacteurs de Fukushima-Daiichi au Japon en mars 2011), la masse des éléments f [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  RÉACTEUR NUCLÉAIRE E.P.R. (European Pressurized Reactor)  » est également traité dans :

PROJET E.P.R., en bref

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 246 mots

En 2004, le gouvernement français autorise E.D.F. à engager le projet de construction d'une version européenne améliorée des réacteurs nucléaires à eau pressurisée, l'E.P.R. (European Pressurized Water Reactor). Cet E.P.R. doit être construit sur le site de Flamanville, dans la Manche, au bord de la mer, site qui héberge déjà deux réacteurs de 1 300 mégawatts chacun mis en service en 1980. Les for […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/projet-e-p-r/#i_38488

M.O.X. (Mixed Oxide), industrie nucléaire

  • Écrit par 
  • Bernard LAPONCHE
  •  • 1 806 mots

Dans le chapitre « Utilisation du MOX »  : […] En 2011, le MOX était utilisé dans vingt et un des cinquante-huit réacteurs français équipant les dix-neuf centrales nucléaires d' E.D.F. Tous ces réacteurs appartiennent à la filière R.E.P. Ces vingt et un réacteurs « moxés » utilisent environ un tiers de leur chargement en combustible MOX (ce qui représente environ 120 tonnes de MOX par an sur les 140 tonnes produites par l'usine Melox). Mais il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/m-o-x-mixed-oxide-industrie-nucleaire/#i_38488

NUCLÉAIRE - Réacteurs nucléaires

  • Écrit par 
  • Jean BUSSAC, 
  • Frank CARRÉ, 
  • Robert DAUTRAY, 
  • Jules HOROWITZ, 
  • Jean TEILLAC
  •  • 12 397 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Les réacteurs à eau sous pression (R.E.P.) »  : […] C'est la filière qui représente la quasi-totalité du parc électronucléaire français avec 34 réacteurs de 925 MWe (R.E.P.-900), 20 de 1 300 MWe (R.E.P.-1300), et 4 de 1 500 MWe (palier N4). C'est également celle sur laquelle se fonde la stratégie de renouvellement du parc avec le projet E.P.R. (European Pressurized water Reactor) de 1 600 MWe. Prenons pour exemple le modèle le plus répandu en Fran […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nucleaire-reacteurs-nucleaires/#i_38488

NUCLÉAIRE - Applications civiles

  • Écrit par 
  • Pierre BACHER
  •  • 6 686 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « La prochaine génération de réacteurs »  : […] La plupart des constructeurs et des exploitants de réacteurs nucléaires, notamment européens, ont étudié, à partir de la fin des années 1980, des projets qui répondent à des cahiers des charges intégrant l'ensemble des enseignements tirés de plus de vingt ans d'exploitation des réacteurs de deuxième génération et de gestion de leurs combustibles. Les objectifs fixés en matière de sûreté, de radiop […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nucleaire-applications-civiles/#i_38488

NUCLÉAIRE (notions de base)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 4 103 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « L’électronucléaire »  : […] Le principe de la fission de l’uranium est connu depuis 1939 : l’absorption d’un neutron de faible énergie (neutron dit thermique) par un noyau d’uranium provoque la fission de ce dernier en deux noyaux plus légers. Cette réaction libère une grande quantité d’énergie et deux ou trois neutrons énergétiques. Si ces neutrons sont ralentis dans un matériau « modérateur », la réaction peut continuer […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nucleaire/#i_38488

POLLUTION

  • Écrit par 
  • François RAMADE
  •  • 20 844 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « Causes de la pollution nucléaire »  : […] Depuis les premiers travaux du projet Manhattan jusqu'au milieu des années 1960, les essais atmosphériques d'armement nucléaire ont constitué, de fort loin, la principale cause de pollution radioactive de la biosphère. Cette cause de pollution a considérablement régressé après le traité de 1963 qui interdit ce genre d'expérimentation, bien qu'il n'ait pas été ratifié par tous les États. Cependant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pollution/#i_38488

SORTIE DU NUCLÉAIRE CIVIL

  • Écrit par 
  • Benjamin DESSUS
  •  • 2 425 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Coûts de la sortie du nucléaire pour les Français et l'État »  : […] Pour évaluer les coûts de cette sortie du nucléaire à 2030, il faut établir une comparaison avec le scénario central du ministère de l'Industrie en supposant que des réacteurs EPR (European Pressure Reactors) se substituent aux réacteurs actuels au fur et à mesure de leur arrivée en fin de vie (au bout de 33 ans en moyenne). Pour reconstituer la facture globale d'électricité pour la France en 2030 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sortie-du-nucleaire-civil/#i_38488

Pour citer l’article

Bernard LAPONCHE, « RÉACTEUR NUCLÉAIRE E.P.R. (European Pressurized Reactor) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/european-pressurized-reactor/