EURIPIDE (env. 480-406 av. J.-C.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Homme des libertés et des contrastes

De sa vie, on ne sait pratiquement rien. Il est né dans la glorieuse Salamine vers 480, année de la victoire sur le Barbare. Sans être leur disciple, il écoute les sophistes comme Protagoras et Prodicos, ouvreurs de la curiosité d'esprit, un philosophe comme Anaxagore, ami et conseiller de Périclès, venu d'Ionie pour montrer que la nature est un chaos où l'Intelligence met ordre et mouvement. Avec l'ennemi des sophistes, Socrate, son cadet de dix ans, qui cherche non le succès mais le vrai dans la beauté morale, il a des relations d'amitié. Deux fois marié, il aura trois fils.

Fut-il athlète ? Il écrit contre les professionnels du sport. Fut-il peintre ? Il choisit la tragédie. Sa vie, c'est son théâtre. Les lois scéniques du temps ne le gênent pas : il tourne leurs contraintes en avantages. Les concours dramatiques font partie d'une fête religieuse ? Il proclame sa liberté face aux dieux. Les représentations sont annuelles, donc sans « reprises » ? Il n'en exprime qu'avec plus de souplesse, au gré des jours, les méandres de sa pensée. Le théâtre est fait pour la foule ? Même s'il se défie d'elle, il lui donnera ses avis ; tant pis pour elle s'il n'est pas entendu. Il ne dispose que de trois acteurs ? La tragédie se moque du nombre et, si un sujet le requiert, il donnera l'impression de la multitude.

Quant à la matière dramatique, il la trouve dans les mythes, où puisent tous les tragiques de la Grèce. Le public est heureux que chaque auteur traite à sa manière un même épisode de ce qui est pour lui l'histoire ancienne, aimée, connue. Euripide en est stimulé : il creuse les cycles légendaires d'Argos, de Thèbes, de Thrace, de Thessalie, de l'Attique fabuleuse ou de la guerre de Troie. Il rend la fleur de leur jeunesse aux antiques époques où les dieux et demi-dieux vivaient parmi les mortels et ressuscite Égée, Thésée, les rois mythiques d'Athènes, Héraclès fils de Zeus, co [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages



Médias de l’article

Euripide - Athènes

Euripide - Athènes
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Aristophane – Athènes

Aristophane – Athènes
Crédits : Bettmann/ Getty Images

photographie





Écrit par :

Classification


Autres références

«  EURIPIDE (env. 480-406 av. J.-C.)  » est également traité dans :

IPHIGÉNIE À AULIS, Euripide - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Florence BRAUNSTEIN
  •  • 937 mots
  •  • 1 média

Des grands tragiques grecs, Euripide (480 env.-406 av. J.-C.) est sans doute celui qui a le plus nettement contribué au renouvellement du genre. Iphigénie à Aulis est sa dernière pièce, l'ultime tragédie qu'il composait lorsqu'il mourut en 406 avant J.-C. Comme […] Lire la suite

ARISTOPHANE (445-380 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Jean DEFRADAS
  •  • 4 638 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « « Les Thesmophories » »  : […] L'attaque contre Euripide est menée à fond dans Les Thesmophories , où les femmes, comme dans Lysistrata , qui est de la même année, jouent le rôle principal. Au cours de la fête des déesses Thesmophores, qui est interdite aux hommes, les femmes, réunies à la Pnyx, décident de mettre à mort Euripide qui les a calomniées dans ses tragédies. Un parent du poète, déguisé en femme, prend sa défense, ma […] Lire la suite

DELPHES

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN, 
  • Giulia SISSA
  •  • 9 597 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « La scène littéraire »  : […] L' Hymne homérique à Apollon met en scène l'avènement d'Apollon à Delphes comme étant la fondation d'un temple. D'abord près d'une source qui l'en détourne, ensuite à Crisa, le jeune dieu pose les bases de son sanctuaire de pierre. Le fait de devoir tuer une « bête énorme et géante » ne signifie pas que, dans cette version des événements qui est la plus ancienne, Apollon prend la place d'une divi […] Lire la suite

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - La religion grecque

  • Écrit par 
  • André-Jean FESTUGIÈRE, 
  • Pierre LÉVÊQUE
  •  • 20 051 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les fêtes religieuses »  : […] Une autre preuve de cette communication gentille entre le dieu et l'homme est que la fête du dieu est aussi celle de l'homme. Dans un chapitre célèbre de ses Lois , Platon avait exprimé cette idée que, pour remédier aux difficultés de la vie humaine, les dieux eux-mêmes ont institué les fêtes comme des temps de pause et de « récréation », au sens littéral du mot. C'est là une vue géniale qui trad […] Lire la suite

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - Langue et littérature

  • Écrit par 
  • Joseph MOGENET, 
  • Jacqueline de ROMILLY
  •  • 8 250 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le théâtre »  : […] Issu des traditions populaires en relation avec le culte de Dionysos, le théâtre athénien naît et se développe à travers tout le v e  siècle, illustré d'abord par la tragédie, puis par la comédie dont l'évolution ne s'achèvera qu'à la fin du siècle suivant. Les représentations étaient organisées par la ville sous forme de concours, à l'occasion des dionysies – grandes et petites – et des lénéenne […] Lire la suite

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - Théâtre et musique

  • Écrit par 
  • Jacques CHAILLEY, 
  • François JOUAN
  •  • 5 724 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le corpus »  : […] Sept tragédies d'Eschyle, sept de Sophocle, vingt et une pièces d' Euripide (dont un drame satyrique, Le Cyclope , et une tragédie d'authenticité contestée, Le Rhésos ) : c'est tout ce que le temps a conservé d'une production qui lui est presque dix fois supérieure. Trente-trois tragédies, trois noms pour représenter des dizaines d'auteurs et les quelque quinze cents drames représentés à Athènes a […] Lire la suite

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - Fonctions de l'image

  • Écrit par 
  • François LISSARRAGUE
  •  • 4 758 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Regards sur l'image »  : […] Au-delà de cet inventaire rapide des formes d'images et des objets qui les véhiculent, on voudrait pouvoir analyser le regard que les Grecs portent sur ces images. Une telle enquête n'est pas aisée ; on entrevoit au détour de certains textes la réaction d'un personnage devant une œuvre d'art. Ainsi les suivantes de Créuse, dans l' Ion d' Euripide, découvrent les sculptures du temple d'Apollon à D […] Lire la suite

MÉNÉLAS

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 156 mots
  •  • 1 média

Dans la mythologie grecque, roi de Sparte et fils cadet d'Atrée, roi de Mycènes. L'enlèvement de sa femme, Hélène, causa la guerre de Troie. Pendant la guerre, Ménélas servit sous les ordres de son frère aîné, Agamemnon, chef suprême des forces grecques. Après la prise de Troie, Ménélas reprit Hélène et la ramena chez lui. Ménélas est un personnage de premier plan dans L'Iliade et L'Odyssée où […] Lire la suite

ORESTE, mythologie

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 337 mots
  •  • 1 média

Dans la mythologie grecque, fils d'Agamemnon et de Clytemnestre. D'après Homère, Oreste était absent lorsque son père rentra de Troie et fut assassiné par Égisthe, l'amant de Clytemnestre. Lorsqu'il arriva à l'âge d'homme, Oreste vengea son père en tuant Égisthe et Clytemnestre, conduite que l'on tenait pour exemplaire, conformément au code moral de l'âge héroïque. D'après le poète Stésichore, à l […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Édouard DELEBECQUE, « EURIPIDE (env. 480-406 av. J.-C.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/euripide/