EURASIE, biogéographie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les biomes de la région paléarctique

La frange littorale

Le littoral paléarctique s'étend de l'Europe du Nord à la Corée. Pauvres en faune littorale, car gelées pendant la plus grande partie de l'année, les eaux arctiques, de la Scandinavie au détroit de Béring, sont riches en microflore et en microfaune pélagique, et notamment en Crustacés (Euphausiacés) et Mollusques (Ptéropodes) formant d'immenses bancs de « krill » apprécié des baleines et de beaucoup de Poissons ; ceux-ci alimenteront à leur tour Oiseaux et Mammifères pêcheurs. Si les espèces sont dans l'ensemble peu nombreuses, toutes sont représentées par une multitude d'individus adoptant souvent un mode de vie grégaire : colonies de mouettes tridactyles, de goélands sénateurs, de sternes et de plongeons arctiques ; rassemblements de phoques à crête (Cystophora cristata) et de morses sur le littoral au moment de la reproduction. Seul l'ours blanc mène une existence familiale et parfois solitaire.

Dans les eaux européennes et extrême-orientales, l'augmentation de la température moyenne permet un plus grand développement de la vie littorale et pélagique. Maintes espèces sont amphiboréales, c'est-à-dire présentes de part et d'autre du continent eurasiatique : phoque commun ou veau marin (Phoca vitulina), dauphin (Phocaena phocaena), divers Oiseaux marins (goélands, mouettes, labbes), Poissons (harengs, morues, raies, requins) et Invertébrés (Vers, Mollusques, Crustacés). Cette distribution s'expliquerait par un mélange des faunes à la faveur des climats moins rigoureux qui régnèrent au début du Quaternaire. D'autres espèces ont échappé à ce brassage : certaines sont caractéristiques des mers occidentales (rorqual atlantique, phoque gris, phoque du Groenland et nombreux poissons tels que harengs ou morues) ; de nombreux oiseaux nichent sur les falaises et îlots (pétrels tempête et fulmar, mouettes rieuse et pygmée, puffin des Anglais...) ; d'autres sont endémiques de la côte orientale : baleine grise et dauphin à ventre blanc, otarie à crinière, otarie des Pribilov, loutre de mer ; recherchée pour sa fourrure, celle-ci aurait complètement disparu, si des mesures de protection n'avaient été prises ; il n'en fut pas de même pour la vache marine ou rhytine de Steller, sirénien géant proche des lamantins, exterminée peu d'années après sa découverte au xviiie siècle.

Goéland cendré

Photographie : Goéland cendré

Plus petit que le goéland argenté, le goéland cendré (Larus canus) niche en colonie sur les côtes rocheuses ou sablonneuses du nord de l'Europe. En France, quelques couples établissent leur site de nidification sur le littoral du Nord et du Pas-de-Calais. L'hiver, on le rencontre sur tout... 

Crédits : Becky Matsubara/ flickr ; CC-BY

Afficher

Goéland railleur

Photographie : Goéland railleur

Le goéland railleur (Larus genei) ressemble plus à une grande mouette rieuse qu'à un goéland argenté. En colonie tout au long de l'année, il niche à proximité des lacs d'eau douce ou saumâtre, dans une dépression du sol tapissée de végétaux. En France, on ne le rencontre que d'avril... 

Crédits : Ferran Pestaña/ flickr ; CC-BY-SA

Afficher

Mouette tridactyle

Photographie : Mouette tridactyle

Oiseau de taille moyenne (de l’ordre de 40 cm) appartenant à la famille des Laridés, la mouette tridactyle (Rissa tridactyla) vit dans l’hémisphère Nord. Elle doit son nom à ses pattes qui ne sont pourvues que de trois doigts bien visibles – contrairement aux autres espèces de cette... 

Crédits : G. Roli/ De Agostini/ Getty Images

Afficher

La toundra

Le littoral arctique borde la toundra, immensité plus ou moins plate où seuls des bouleaux et des saules nains s'élèvent à quelques décimètres au-dessus du sol marécageux ou caillouteux couvert de lichens, de sphaignes et de myrtilles. Les conditions de vie y sont particulièrement dures : sol gelé en permanence (permafrost) sur plusieurs mètres ou dizaines de mètres d'épaisseur, vents soufflant en tempête, hivers longs, froids et sombres, étés brefs, également froids et peu pluvieux. D'autres facteurs écologiques sont en revanche favorables : éclairement quasi permanent pendant les mois d'été et riche en ultraviolets, rareté des organismes microbiens pathogènes, présence de nombreuses plantes vivaces, de baies et de champignons qui se conservent sous la neige et assurent une nourriture fraîche aux animaux.

Ces derniers sont relativement abondants bien que le nombre d'espèces soit réduit. Beaucoup sont des endémiques : renard arctique (Alopex lagopus), renne, lemmings de plusieurs espèces, lièvre variable, chouette harfang, bruant lapon, bruant des neiges, buse pattue, lagopède des saules, nombreux oiseaux d'eau (oies, cygnes). La plupart de ces animaux effectuent d'ailleurs des déplacements saisonniers de la toundra à la zone forestière, et beaucoup sont communs aux deux habitats : loup, renard, belette, etc.

Le sol gelé en permanence empêche le creusement de terriers, donc la présence d'une faune hypogée, en particulier d'Insectivores. Les lemmings ont résolu ce problème en s'abritant sous la neige où ils peuvent même se reproduire ; leur multiplication rapide, favorisée certaines années par des étés longs, conduit à de véritables explosions démographiques entraînant ces rongeurs à migrer parfois en très grand nombre. Certaines espèces présentent des adaptations à la marche sur la neige (larges sabots du renne, « raquettes » du lièvre variable et du lagopède des saules) et au camouflage sur des espaces découverts (pelage mimétique variable du renard polaire, du lièvre, de l'hermine, de la chouette harfang et des lagopèdes).

Harfang

Photographie : Harfang

Le harfang des neiges (Nictea scandiaca), chouette boréale. 

Crédits : Darrell Gulin/ The Image Bank/ Getty Images

Afficher

La ceinture forestière

Au sud de la toundra, de la Scandinavie à la mer d'Okhotsk, s'étend la taïga (épicéas, mélèzes, sapins) qui ne cède la place aux bouleaux et aux trembles que dans les clairières, le long des cours d'eau ou sur les terres incendiées. Aux deux extrémités du continent, en Europe et en Extrême-Orient (Mandchourie, Chine du Nord, Corée, Japon), l'influence marine permet aux feuillus de l'emporter sur les conifères, formant des forêts mixtes de chênes, hêtres, ormes, bouleaux, trembles, pins et épicéas.

Les ressources sont évidemment moins variées dans la taïga que dans les forêts mixtes, mais la présence tout au long de l'année de rameaux, bourgeons et graines de conifères permet à une faune très spécialisée de se maintenir malgré la rigueur des hivers et l'épaisseur de la couche neigeuse. Le dur-bec des sapins (Pinicola enucleator), le casse-noix (Nucifraga caryocatactes), le mésangeai (Cractes infaustus), les deux-becs-croisés (Loxia curvirostra et L. leucoptera), l'écureuil « petit gris » (Sciurus vulgaris), l'écureuil terrestre rayé (Eutamias sibiricus), l'écureuil volant (Pteromys volans), les divers campagnols se nourrissent tous essentiellement de graines de conifères. D'autres vivent de bourgeons et de baies : gelinotte (Tetrastes bonasia), grand tétras (Tetrao urogallus), jaseur boréal (Bombycilla garrulus), bouvreuil (Pyrrhula pyrrhula). Enfin les plantes des innombrables lacs de la taïga forment la base de l'alimentation de l'élan, particulièrement adapté, par la longueur de ses membres, à la locomotion en neige épaisse. Les nombreux Rongeurs de la ta [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages

Médias de l’article

Ours brun

Ours brun
Crédits : James Balog/ Stone/ Getty Images

photographie

Goéland cendré

Goéland cendré
Crédits : Becky Matsubara/ flickr ; CC-BY

photographie

Goéland railleur

Goéland railleur
Crédits : Ferran Pestaña/ flickr ; CC-BY-SA

photographie

Mouette tridactyle

Mouette tridactyle
Crédits : G. Roli/ De Agostini/ Getty Images

photographie

Afficher les 20 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre PFEFFER, « EURASIE, biogéographie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/eurasie-biogeographie/