ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Le territoire et les hommes)Religion

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une séparation assouplie des Églises et de l'État

Au vu de l'imprégnation religieuse de la culture américaine, qui va du serment sur la Bible (fermée) du président nouvellement investi jusqu'à la mention de Dieu sur les billets verts, on pourrait imaginer des liens étroits entre les institutions religieuses et l'État. Il n'en est rien. Outre-Atlantique, c'est un régime de séparation stricte qui prévaut, beaucoup plus radical que ses équivalents européens, y compris en France. Ce régime trouve sa source dans le premier amendement de la Constitution américaine, ratifié en décembre 1791, qui interdit l'établissement d'une Église d'État. Cet article stipule que « le Congrès ne promulguera pas de loi relative à l'établissement d'une religion, ou de loi qui empêcherait le libre exercice (d'une religion) ». La séparation entre les Églises et l'État en découle, mais sans être explicitement mentionnée.

C'est dans une lettre de Thomas Jefferson aux baptistes de Danbury, en 1802, que la formule surgit. Elle explicite le premier amendement sous la forme d'un « mur de séparation » (wall of separation) entre les Églises et l'État. L'expression « mur de séparation », bien que contestée, a depuis fait florès, tout comme l'importance normative d'une « séparation » entre les Églises et l'État, qui entre définitivement dans la jurisprudence de la Cour suprême en 1947, à l'occasion du cas Everson versus Board of Education. C'est au nom de cette séparation qu'en 1962 la Cour suprême a déclaré inconstitutionnelles la prière et les lectures religieuses dans les écoles publiques (arrêt Engel versus Vitale), suscitant la fureur d'une partie des Églises chrétiennes américaines, à commencer par les Églises évangéliques, fortes de leur culture prosélyte, conversionniste et moralement conservatrice. C'est également en vertu de cette séparation que, depuis le fameux « procès du singe » à Dayton (Tennessee), en 1925, la biologie évolutionniste et le darwinisme se sont progressivement imposés à l'école publique, en dépit des contestations et les contre-attaques régulières des tenants du créationnisme, qui cherchent à remettre au goût du jour leur vision théocentrée de la biologie au travers des théories de l'Intelligent Design. Cette théorie dite du « dessein intelligent », postule que l'évolution du vivant est guidée par une intelligence supérieure. Ses défenseurs sont montés en puissance dans les années 1990, après que le créationnisme a été retiré, depuis 1987, de tous les manuels scolaires américains. Bien que leur combat, très médiatisé, fasse craindre une contre-offensive religieuse massive, il témoigne plutôt, en réalité, de la situation de marginalité qui est désormais celle des créationnistes. Dans les écoles publiques américaines, Darwin a gagné, et sans contestation !

Le mur de séparation affirmé depuis l'indépendance américaine va si loin qu'un financement d'établissements scolaires chrétiens privés, tel qu'on le pratique dans plusieurs pays d'Europe, apparaît impensable outre-Atlantique.

Cette séparation forte n'empêche pas cependant divers activistes religieux, particulièrement bruyants dans les rangs protestants évangéliques et fondamentalistes – qui rassemblent près d'un tiers des Américains –, de souhaiter rechristianiser les institutions américaines. Dieu aurait été à leurs yeux injustement relégué à une place subalterne, indigne de l'histoire longue des États-Unis, nouvel Israël béni par le Tout-Puissant. Une initiative prise par le premier gouvernement de George W. Bush fils à partir de janvier 2001 a en partie répondu à ces protestations, écornant le principe de séparation prôné par Thomas Jefferson : il s'agit de la décision fédérale de financer des initiatives sociales religieuses (Faith-Based and Community Initiatives), considérées comme une contribution des Églises au bien commun. Fer de lance du « conservatisme compassionnel » sur lequel le même George W. Bush a bâti sa réputation, ce financement a pris des proportions assez importantes puisqu'en 2005 plus de deux milliards de dollars ont été affectés, sous la forme de subventions fédérales, à des activités religieuses charitables, soulevant maintes protestations – y compris de la part de certains [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Médias de l’article

Gala de charité (États-Unis)

Gala de charité (États-Unis)
Crédits : Jim Watson/ AFP

photographie

Jerry Falwell

Jerry Falwell
Crédits : Jeff Fusco/ Getty Images News/ AFP

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : agrégé d'histoire, chercheur au CNRS, laboratoire Groupe sociétés, religions, laïcités

Classification

Autres références

«  ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE  » est également traité dans :

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • René RÉMOND
  •  • 1 251 mots

Sans doute en raison de la richesse de son expérience, la société américaine est peut-être de toutes celle qui présente les contrastes les plus prononcés, et dans tous les domaines. Ainsi le régime politique des États-Unis a-t-il été depuis près de deux siècles admiré et imité comme le modèle de la démocratie ; mais il en est peu aujourd'hui dont les adversaires s'évertuent avec autant d'acharneme […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Le territoire et les hommes) - Géographie

  • Écrit par 
  • Jacqueline BEAUJEU-GARNIER, 
  • Catherine LEFORT, 
  • Laurent VERMEERSCH
  •  • 19 933 mots
  •  • 16 médias

Les États-Unis d'Amérique se classent au troisième rang mondial par leur superficie (9 526 468 km2) depuis qu'ils ont réuni aux quarante-huit États qui les composaient traditionnellement l'Alaska en 1959 et les îles Hawaii en 1960. Leur population, 324 millions […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Le territoire et les hommes) - Histoire

  • Écrit par 
  • Claude FOHLEN, 
  • Annick FOUCRIER, 
  • Marie-France TOINET
  •  • 33 202 mots
  •  • 58 médias

L'histoire des États-Unis est celle – assez improbable – de treize colonies anglaises coincées au xviiie siècle entre la côte atlantique et les hauteurs des Appalaches, devenues quelque deux cents ans plus tard la plus grande puissance mondiale.Le continent nord-américain est abordé par les puissances europée […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Le territoire et les hommes) - Histoire des politiques économiques depuis 1945

  • Écrit par 
  • Ruxandra PAVELCHIEVICI
  •  • 8 699 mots

Au sortir de la Seconde Guerre mondiale, le prestige économique et démocratique des États-Unis est immense : leur autoperception, comme l’image qu’ils renvoient à l’extérieur, est celle d’un pays garant des libertés fondamentales, dont la liberté économique n’est pas des moindres. L’hégémonie américaine s’est donc construite sur cette base, nourrie, dans les premières décennies de l’après-guerre, […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Le territoire et les hommes) - La démocratie institutionnelle

  • Écrit par 
  • Serge HURTIG
  • , Universalis
  •  • 10 418 mots
  •  • 7 médias

Grande puissance mondiale, avec une population de 300 millions d'habitants, les États-Unis continuent à être régis par la plus ancienne Constitution écrite actuellement en vigueur, élaborée en 1787-1788 pour un pays de 4 millions d'habitants. Fondé sur les principes du fédéralisme, de la limitation et de la sé […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Le territoire et les hommes) - Le droit

  • Écrit par 
  • André TUNC
  •  • 2 444 mots
  •  • 1 média

Le trait le plus fondamental du droit des États-Unis, c'est qu'il n'existe pas. Il n'est qu'une abstraction. La seule réalité, c'est, d'une part, cinquante droits d'État (un peu plus, en tenant compte du droit de Washington, la capitale fédérale, de celui de Porto Rico, etc.), et d'autre part, le droit fédéral.Si, en e […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - La philosophie

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI
  •  • 6 286 mots
  •  • 2 médias

L'« Amérique », avant même de désigner un continent ou une nation, est communément assimilée à un « monde » ou à un « esprit » qui s'incarne dans les États-Unis d'Amérique, sources de réactions diverses et contradictoires, à la mesure de l'étendue d'un territoire, de ses contrastes et des particularités de son histoire. Cette histoire, singulière et brève, inséparable des bouleversements qui l'ont […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Marc CHÉNETIER, 
  • Rachel ERTEL, 
  • Yves-Charles GRANDJEAT, 
  • Jean-Pierre MARTIN, 
  • Pierre-Yves PÉTILLON, 
  • Bernard POLI, 
  • Claudine RAYNAUD, 
  • Jacques ROUBAUD
  •  • 40 208 mots
  •  • 24 médias

Le goût qu'ont les lecteurs européens pour la littérature des États-Unis n'est pas une mode passagère. On a pu croire que les troupes de la Libération avaient apporté Hemingway dans leurs bagages et que l'âge du roman américain ne durerait pas. Mais, des décennies plus tard, les œuvres « traduites de l'américain » occupent plus que jamais la devanture des librairies. Même ceux qui y cherchent l'im […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - Le théâtre et le cinéma

  • Écrit par 
  • Geneviève FABRE, 
  • Liliane KERJAN, 
  • Joël MAGNY
  •  • 9 420 mots
  •  • 9 médias

Marqué à la fois par la pérennité des classiques (O'Neill, Miller, Williams, Albee), la domination d'un théâtre des images dans les années 1980 et l'essaimage des mises en scène, le théâtre américain continue de tenir son rang d'avant-garde et de compter dans le monde grâce à ses nouveaux venus, Tony Kushner, Paula Vogel ou Naomi Wallace. Il y a donc de […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - Les arts plastiques

  • Écrit par 
  • François BRUNET, 
  • Éric de CHASSEY, 
  • Erik VERHAGEN
  • , Universalis
  •  • 13 484 mots
  •  • 22 médias

L'histoire de l'art américain est d'abord celle d'un long combat pour échapper à la tutelle de l'Europe et affirmer son autonomie par rapport aux modèles et aux styles que celle-ci véhiculait. La fondation par Alfred Stieglitz, en 1902, du groupe de la Photo Secession, qui donne toute son importance à un médium encore mésestimé, l'exposition de l' […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

6-31 janvier 2017 États-Unis. Investiture à la présidence de Donald Trump.

Le 20, à Washington, Donald Trump est investi président des États-Unis et Mike Pence vice-président. Dans son discours, Donald Trump affirme que le « carnage américain s’arrête ici et s’arrête maintenant » et qu’« à partir de ce jour, l’Amérique passera avant tout ». Il signe aussitôt un premier décret imposant aux agences fédérales de bloquer l’application de l’« Obamacare », la réforme du système de protection sociale instaurée par son prédécesseur. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Sébastien FATH, « ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Le territoire et les hommes) - Religion », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/etats-unis-d-amerique-le-territoire-et-les-hommes-religion/