ÉTAT, sociologie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'État et le « mécanisme monopoliste »

Que l'État dispose du monopole de la violence physique légitime n'est guère contesté, mais quand l'auteur d'Économie et société renvoie plus ou moins aux circonstances les autres moyens d'administration pour ne définir ce groupement que par son ultime moyen de domination, il suggère un processus de monopolisation qui, focalisé sur la concentration des moyens coercitifs, suscite questions et amendements.

Tout d'abord, il s'agit d'une question de principes pour les durkheimiens et les fonctionnalistes puisque, l'État étant pour Durkheim un produit de la complexité de la division du travail social, sa construction se pose moins en termes de monopolisation que de fonctionnalité. Ainsi toutes les fonctions de l'État sont-elles significatives, mais il importe surtout, pour l'auteur de La Division du travail social, que les « matières » et les « organes » absorbés par l'État se cantonnent, conformément d'ailleurs à ce qu'il estime être leur inclination, à ce qui préside à la vie générale.

Se pose ensuite un problème logique et historique que surmonte Norbert Elias lorsqu'il élabore un « mécanisme monopoliste » instaurant une dépendance mutuelle entre l'établissement des divers monopoles, et particulièrement du monopole fiscal et du monopole coercitif. Déclenché en France à la suite d'une concurrence qui ne laissa plus subsister qu'une demi-douzaine de « maisons » rivales dès le xive siècle, ce mécanisme, qu'il nomme « dynamique de l'Occident », fut favorisé par une monétisation des échanges facilitant la levée de l'impôt et fut attisé, comme le note également Charles Tilly, par des guerres « internes » et externes exigeant des moyens inédits. Vers le début du xvie siècle, lorsque le roi de France n'eut plus vraiment de rivaux, le rassemblement territorial s'accompagna d'une monopolisation progressive des moyens de dominati [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages





Écrit par :

  • : agrégé de sciences sociales, chargé de cours à l'université Paris-X-Nanterre

Classification


Autres références

«  ÉTAT, sociologie  » est également traité dans :

CIVILISATION PROCESSUS DE

  • Écrit par 
  • André BURGUIÈRE
  •  • 1 292 mots

Dans le chapitre « Une théorie du changement social »  : […] Cette traduction venait au bon moment. Depuis les années 1960, les historiens s'efforçaient de penser le changement social dans sa globalité et, tout spécialement, celui de la première modernité, entre la Renaissance et la Révolution. Après un modèle d'explication socio-économique – celui d'Ernest Labrousse, inspiré en partie par le marxisme –, ils ont été tentés, avec Roland Mousnier et Pierre C […] Lire la suite

DÉMOCRATIE

  • Écrit par 
  • Daniel GAXIE
  •  • 10 277 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Une compétition ouverte et pacifiée »  : […] Dans une démocratie, l'accès aux positions de pouvoir (gouvernement, Parlement, exécutifs territoriaux) s'effectue, plus ou moins directement, à travers une lutte concurrentielle sur les votes et, plus généralement, sur le soutien des citoyens. La compétition est, dans l'ensemble, ouverte, sincère et pacifiée. Pourtant, tout au long de l'histoire de l'humanité, la violence physique a été un moyen […] Lire la suite

ELIAS NORBERT (1897-1990)

  • Écrit par 
  • Alain GARRIGOU
  •  • 1 796 mots

À la fin de sa vie, Norbert Elias avait trop attendu la reconnaissance publique pour se croire enfin compris. Si la qualité de l'œuvre en était la seule clé, cette reconnaissance eût dû venir plus tôt. Nul ne dénierait en tout cas son ambition. La théorie de la civilisation forgée par Elias se frotte à des faits empiriques selon une posture méthodologique obstinée. Il fallait de l'originalité p […] Lire la suite

LA NOBLESSE D'ÉTAT, Pierre Bourdieu - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Antonin COHEN
  •  • 1 058 mots

Pierre Bourdieu (1930-2002) est professeur au Collège de France lorsqu'il publie La Noblesse d'État en 1989. Tout en s'inscrivant dans la continuité des travaux que le sociologue a consacrés à l'éducation ( Les Héritiers , 1964, La Reproduction , 1970), cet ouvrage fondamental ouvre la voie d'une sociologie de l'État dont le fil directeur, la théorie des champs, est repris de ses travaux plus ré […] Lire la suite

PARIAS URBAINS. GHETTO, BANLIEUES, ÉTAT (L. Wacquant)

  • Écrit par 
  • Stéphanie WOJCIK
  •  • 936 mots

Dans Parias urbains. Ghetto, banlieues, État (traduit de l'anglais par Sébastien Chauvin, La Découverte, 2006), Loïc Wacquant se propose d'expliciter les mécanismes génériques et les formes spécifiques de la marginalité urbaine à travers une comparaison du ghetto noir américain et des banlieues françaises. Structuré en trois parties et neuf chapitres, l'ouvrage a pour objectif ambitieux de tra […] Lire la suite

SOCIOLOGIE HISTORIQUE

  • Écrit par 
  • Laurent WILLEMEZ
  •  • 3 042 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'autonomisation d'un sous-champ disciplinaire »  : […] Alors que le retour sur ces quelques grands noms de la sociologie a permis de souligner la pluralité des méthodes et des rapports à l'histoire de la sociologie historique, il faut maintenant en montrer l'actualité dans les sciences sociales d'aujourd'hui. Les sociologues et les politistes qui font de l'analyse des phénomènes historiques le centre de leurs recherches peuvent être distingués selon […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Hervé FAYAT, « ÉTAT, sociologie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/etat-sociologie/