MÉSOMORPHE ÉTAT

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

États désordonnés de la matière

États désordonnés de la matière
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Formation par rupture d'ordre rotationnelle

Formation par rupture d'ordre rotationnelle
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama

Formation par rupture d'ordre translationnelle

Formation par rupture d'ordre translationnelle
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama

Cristaux thermotropes

Cristaux thermotropes
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama

Tous les médias


Cristaux liquides lyotropes

Les états mésomorphes obtenus par le mélange de certaines substances avec des solvants sont appelés cristaux liquides lyotropes. Ces cristaux liquides comprennent toujours deux constituants : un dérivé mésogène et un solvant (généralement de l'eau). Le solvant n'a pas simplement pour effet de « diluer » la phase cristalline liquide, il participe à l'organisation du matériau. Dans le cas de l'eau, le mésogène est généralement une molécule constituant les savons – c'est-à-dire une chaîne paraffinique substituée à son extrémité par un groupement carboxylate :

Les savons sont des composés amphiphiles, ils possèdent simultanément une partie hydrophile avide d'eau (le groupement carboxylate) et une partie hydrophobe (la chaîne hydrocarbonée). Le type d'organisation des cristaux liquides lyotropes est fortement marqué par cette ambivalence : les parties hydrophiles tendent à s'agréger pour former des régions polaires tandis que les composants hydrophobes s'associent pour former des zones apolaires.

Deux types principaux d'organisation sont rencontrés : les phases de symétries lamellaire et cylindrique. L'organisation lamellaire se rencontre déjà dans la forme solide des savons anhydres. Les groupes carboxylate fortement liés à leur contre-ion (généralement un cation alcalin) tapissent l'extérieur des plans formés par les chaînes paraffiniques. Les parties hydrophiles et hydrophobes sont toutes deux cristallisées et figées. Selon la grosseur de la tête polaire, des structures en bicouche ou en monocouche peuvent être observées. En effet, la distance entre les chaînes paraffiniques cristallisées ne peut être supérieure à 0,45 nm. Dans une structure en bicouche, des têtes polaires trop volumineuses conduiraient à des distances interchaînes plus importantes, une structure en monocouche est donc adoptée. En présence d'eau une phase « gel » est obtenue ; les molécules d'eau s'introduisent entre les plans constitués des molécules amphiphiles et les écartent à des distances po [...]

Phases de symétrie lamellaire

Phases de symétrie lamellaire

Dessin

Structure schématique des différentes phases de symétrie lamellaire formées à partir de molécules de savon : à l'état solide (a et b) ; à l'état de gel (c) ; à l'état de cristal liquide (d et e). 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages


Écrit par :

  • : professeur à l'Ecole supérieure de physique et de chimie industrielles de la ville de Paris (E.S.P.C.I.); directeur du laboratoire de chimie et électrochimie des matériaux moléculaires, E.S.P.C.I.

Classification


Autres références

«  MÉSOMORPHE ÉTAT  » est également traité dans :

COLLOÏDES

  • Écrit par 
  • Didier ROUX
  •  • 5 985 mots

Dans le chapitre « Phases de membranes »  : […] Lorsque la courbure des interfaces entre les domaines hydrophiles et lipophiles est nulle, les molécules de tensioactifs s'organisent sous la forme de bi-couches formant ainsi des surfaces (objets bidimensionnels). Une surface de taille finie a la particularité de voir la longueur de ses bords augmenter proportionnellement avec la taille de l'objet ; ce qui n'est pas le cas d'objets linéaires (mic […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/colloides/#i_28104

CRISTAUX LIQUIDES

  • Écrit par 
  • Henry GASPAROUX
  •  • 4 839 mots
  •  • 9 médias

Contrairement à ce que pourrait laisser penser la dénomination « cristal liquide », ces matériaux ne sont pas caractérisés par leur état plus ou moins fluide mais par leurs structures extrêmement originales appelées phases mésomorphes, qui en font bien des formes entièrement nouvelles de la matière. Les domaines d'existence de ces phases sont d'ailleurs séparés des domaines d'existence des phases […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cristaux-liquides/#i_28104

MATIÈRE (physique) - États de la matière

  • Écrit par 
  • Vincent FLEURY
  •  • 5 801 mots
  •  • 4 médias

D'Aristote à Réaumur, au xviii e  siècle, la nature des solides ou des fluides a posé de grandes énigmes aux savants de jadis. Les découvertes de plus en plus fines de la science moderne sur l'organisation des molécules et des liaisons atomiques dans les matériaux ou dans les composés étudiés au laboratoire, comme dans les corps ordinaires de la vie quotidienne, expliquent largement l'origine de c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/matiere-physique-etats-de-la-matiere/#i_28104

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques SIMON, « MÉSOMORPHE ÉTAT », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/etat-mesomorphe/